Témoignages d’addicts au porno

/Témoignages d’addicts au porno
Témoignages d’addicts au porno

Participe en publiant ton témoignage :

  • Comment es-tu devenu porno dépendant ? Ton histoire.
  • En quoi la pornographie est un fardeau, concrètement, pour toi et tes proches. Pourquoi vouloir arrêter ?
  • Tes méthodes pour en sortir, le déroulement  de ton sevrage passé ou en cours.
  • Et cerise sur le gâteau, en quoi stopporn.fr t’aide.

Ils (elles) ont été ou sont encore porno dépendant(e)s

Témoignages de codépendants

Des conjoints en parlent

Quand les parents sont dépendants

66 Comments

  1. Omar 12/07/2014 at 00:24 - Reply

    je m’appel Omar et j’ai 23 ans. il y a environs 2 ans que je consulte les sites de X et maintenant j’arrive pas à m’en passer. j’ai utilisé tous les moyens mais je retombe toujours. en plus ce qui est dangereux c’est que c’est interdit dans ma religion et cela me traumatise. je veux vraiment abandonner ça.

    • Florent 12/07/2014 at 02:32 - Reply

      Aide toi de ce site. La religion peut aider mais aussi paralyser sur ce point précis. Déculpabilise et avance doucement mais sûrement. Courage et confiance.

    • rachid 21/08/2014 at 12:33 - Reply

      Courage je suis dans le même cas que toi, il faut pas lâcher se battre parce que au final quand on réfléchit bien on n’a rien a gagner que le sentiment qui nous ronge.
      C’est juste ça qu’on gagne mais faut se battre pour arrêter.

  2. mickael 18/08/2014 at 11:43 - Reply

    Ca va faire bientôt 4 ans (si ce n’est plus) que je consulte régulièrement des sites X. J’ai beau essayer d’arrêter, je n’y arrive pas. Je n’ai personne a qui en parler ni même de copine pour en discuter. Je me sens seul dans ma vie amoureuse et sexuelle et ma précédente copine n’aimait pas avoir de relation sexuelle -et encore moins en parler-. Je ne sais toujours pas comment m’en sortir et c’est très dur se persuader quand on a personne a qui se confier ni en parler. Ma vie sexuelle et amoureuse est ruinée à cause de ça….

    • Florent 18/08/2014 at 19:15 - Reply

      Mickael,
      Tu dois retrouver confiance en toi. Pour ça, ne te concentre pas sur le fait d’arrêter le porno. Trouve des sources de confiance en toi, d’épanouissement perso ! Si tu trouve ces sources de confiance en toi, arrêter le X sera beaucoup plus facile.
      Pour te confier, tu as les DASA ou sinon des bons copains. Il y a toujours des solutions mais il faut parfois se botter les fesses pour les trouver (et parfois, ça fait mal). La clé c’est de ne pas dramatiser et de se concentrer sur autre chose.
      Courage !

  3. arnold 18/01/2015 at 01:29 - Reply

    je m’appel arnold, je suis porno dépendant depuis 10 ans. Je suis également quelqu’un de très croyant, et la réligion m’a aidé dans mes phases de chute libre. ma vie est depuis 10 ans un perpétuel yoyo ( je suis passé par des moments d’euphorie – déception – honte – espoir…). je pense sincèrement avoir perdu quelques unes des plus belles années de ma vie à cause du porno qui m’a très vite asservi. j’ai un jour décidé d’en parler à ma femme et elle m’a comprise et a décidé d’être mon garde fou. Mais cette situation l’a finalement énormément affectée et je ne lui en ai plus parlé depuis. J’ai récemment découvert ce site que je trouve vraiment excellent, pour toutes les personnes souffrant de cette « maladie » compulsive. Je confirme qu’il est vraiment important de parler de ce problème à quelqu’un, car j’ai essayé toutes les méthodes possibles tout seul (du bridage d’internet à l’autopunition) et rien y a fait. A la lecture des nombreux témoignages je pense renouer le lien avec mon épouse et utiliser tous les conseils présents sur ce site. Je tiens à remercier infiniment son auteur et tous les contributeurs. Par vos initiatives vous sauvez très certainement des vies! Mon message aux croyants (ou non) est que Dieu vous aime et veut vraiment que vous ayez une vie pleine et épanouie.confiez vous à lui! Bon courage à tous dans cette épreuve!

  4. Luc 26/05/2015 at 17:48 - Reply

    Bonjour,

    Je comprends fort bien et vis fort mal ce problème de la pornodépendance pimentée, pour moi, de fantasmes récurrents, et cela depuis de très et trop nombreuses années, avec de fréquentes tentatives pour couper court, groupes d’entraide à l’appui. Mais voilà, je suis toujours « dedans » et je me laisse toujours reprendre avec des idées implicites du genre: juste un moment, ça ne fait pas de mal, j’y ai bien droit, etc. Le pire est que c’est maintenant moins intense et destructeur que par le passé mais dans le fond pas moins pernicieux ni décevant. C’est pourquoi j’écris ici, pour retrouver un contact et des raisons de renouer avec une abstinence dont j’aurais grand besoin, pour y voir mieux dans une vie qui chavire passablement.

    Merci de me faire signe et de m’encourager car je suis… assez découragé pour ne pas dire plus.

    • Florent 27/05/2015 at 07:28 - Reply

      Hello Luc, je ne sais que te dire si ce n’est trouver des moyens de t’empêcher l’accès au maximum à du X. Tu retrouveras plus de liberté. Si tu recherches une solution suivie, essaie les forums de discussion, c’est plus adapté que les commentaires. Tu trouveras ces sites partenaires en pied de page.

      • Luc 28/05/2015 at 00:10 - Reply

        Merci de ta réponse et de ton conseil que je vais suivre: Merci aussi pour ce site intelligent et mesuré qui offre un précieux espace de discussion. Je trouve que maintenir un contact est essentiel sinon c’est l’enfermement en soi-même.

  5. Leo 06/09/2015 at 19:50 - Reply

    Salut, Florent
    Merci beaucoup pour ce blog qui j’espère contribuera fortement à cette lutte contre la pornographie et la masturbation
    j’aimerai juste savoir cela fais près de 10 ans que je lutte sans y parvenir rechute sur rechute , que faire pour l’endiguer de façons définitive car cette porno dépendance a des conséquences néfaste sur toute ma vie sentimentale , familiale et éducative . J ‘ai vraiment peur d’hypothéquer mon avenir à force d’être addicte à ces pratique

    • Florent 07/09/2015 at 07:39 - Reply

      Salut Leo,
      Merci. 10 ans, il te faut franchir des paliers, des déclics dans ton parcours. Je te conseille mon livre (sortie mi septembre) qui compile toutes mes explications et détaille les plus importantes.
      Bon courage !

  6. Plop 16/09/2015 at 22:23 - Reply

    Je suis soulagé de rencontrer enfin ce site.

    Mon histoire à débuter en CE2, quand j’ai commencé à regarder du porno ! Attention, pas sur site, à l’époque le bon vieux Limewire était là ! Un « porn », une sélection de 50 images d’un coup, téléchargement et visionnage, la facilité, le pied, c’était vraiment parfais ! Me voilà à 20 ans et je m’en sort pas !
    La masturbation est arrivé très tôt: été CM2/6éme ! J’essayais, chaque jour, je tentais de nouveaux trucs, mais pas comme les autres ! Quand j’en parlais à mes amis, j’allais toujours trop loin… Le collège passe, rien de spéciale !
    Me voilà en seconde, année importante: une au réveil, une avant de partir sous la douche, une en revenant à 11h/12h, une avant de repartir, une à 16h/17h/18h, une sous la douche (encore une douce, la facture fais mal !), une en me mettant au lit et une juste avant de dormir. Ça c’était mon quotidien, parfois plus, parfois moins ! Je m’arrêtais pas…
    Ensuite est venu l’internat, tout s’est calmé, une par jour, voir une tout les deux jours !
    BTS… reprise à 3 par jour ! Super, c’est drôle !

    Mais au final je me suis rendu qu’il y avait bien pire dans mon comportement que mater du porno: c’est quel porno je regarde ! Au début, comme tout le monde, entrevoir un poil pubien et c’est la joie ! La maintenant, il est question de fist anal, de trucs avec les animaux et le dernier truc à la mode: les mecs ensemble ! Le pire c’est que je suis pas gay, mais je suis complètement dépendant et il me faut toujours plus de « choc » pour que ça me plaise !
    Et c’est là que je me dis que j’ai un putain de gros problème: masturbation sur des vidéos gay alors que je le suis pas du tout… ni même zoophile ! Mais bordel, ça fout mauvaise conscience et ça va beaucoup trop loin !

    Je tiens à prévenir que j’ai une copine et pas des moindre… ! Skieuse, brune, zero poil, 95D, fesse & cuisse de skieuse, oeil de biche ! Donc, il n’y a pas que la masturbation ! Détrompez vous, après avoir fais l’amour, 20 minutes après je m’en vais aux toilettes recommencer en solitaire…

    Je compte bien arrêter cette saloperie de porno, je passe à côté de tas de choses et je vais finir par pourrir mon couple avec ça ! Trop longtemps que ça dure.

    Merci d’avoir fais ce site, ça m’aide et ça permet de me sentir bien moins seul parce que oui, ces saloperies, ça isole !

    • Florent 19/09/2015 at 18:43 - Reply

      Hello Plop, au dela du caractère cru étonnant au premier abord, ton commentaire est vraiment parlant. On voit bien chez toi aussi l’escalade des fantasmes. J’explique notamment dans mon bouquin sorti cette semaine la différence entre désirs et fantasme, cela devrait t’intéresser.

      C’est EXTRA que tu aies déjà pris conscience que tu veux arrêter et pourquoi. Tu as franchi la moitié du chemin.

      Bonne route !!

  7. Yomino 28/09/2015 at 20:44 - Reply

    Bonsoir,

    Je viens de découvrir ce site. Super !! Merci de l’avoir créé. J’ai 44 ans, je consomme du porno régulièrement J’ai commencé ado en découvrant la collec’ de livres de fesses de mon père. Au fil du temps bien sûr, la consommation a augmenté. Érotique d’abord, porno ensuite, avec Canal Plus. Avec le XXIème siècle et l’avènement d’Internet, c’est devenu de pire en pire. Tous les jours ou presque, des heures perdues devant l’écran. Et comme décrit sur ce site, je regarde des trucs de plus en plus gores.
    Cependant, il m’est arrivé un truc vraiment bien cet été. Bon, je travaille mais je suis pas salarié et en été, mon activité est quasi réduite à zéro. Et comme il faut bien manger…je me suis dit qu’il serait bien que je parte faire la saison loin de chez moi. Je me suis donc dégotté un job de serveur en Corse. Évidemment, j’avais un peu de porno sur le téléphone et sur le PC portable. Déjà comme y’avait pas trop de réseau et qu’il faisait beau et chaud et que c’était bien mieux d’être à la plage, je regardais beaucoup moins de porno qu’avant.
    Et j’ai rencontré cette femme. Quand on s’embrassait c’était magique, beaucoup plus intense qu’avec mes précédentes copines. Était-ce le fait que ma conso de porno avait très sensiblement baissé ? Quoiqu’il en soit, j’ai baratté le porno de mon PC à la corbeille. Et le truc marrant, c’est que j’ai perdu mon portable le soir où nous avons fait l’amour pour la première fois. Hasard ou coïncidence… :D Enfin bref, j’ai pas touché au porno pendant deux mois.
    Mais bon, je suis rentré en France, euhh, sur le continent je voulais dire…ah la Corse ^^ :D J’ai acheté un peu de shit, branché les clés USB et c’est reparti. Au début, super, puis de moins en moins bien jusqu’à avoir envie de vomir, j’ai même annulé une soirée avec des amis tellement j’étais déphasé. Mon bénéfice corse était parti en une semaine…J’en ai regardé aujourd’hui en me rendant bien compte que mon érection est moins dure et plus « artificielle ». J’ai décidé de planquer les clés USB loin de chez moi et en revenant à la maison, j’ai tapé accro au porno sur Google, j’ai surfé un peu et me voila ici.
    Bon, je vois que je suis comme un alcoolo en fait :( je m’en suis aperçu en surfant (les dégâts sur le cerveau sont importants). Heureusement, j’ai l’amour de ma belle qui m’incite à avoir une attitude plus noble. Quand on s’appelle (elle est restée là-bas) et qu’on roucoule, je me dis après « putain de connard, tu vas arrêter avec ton porno de merde, elle, elle t’aime ». Pour l’instant, vu que je viens juste de me débarrasser des clés USB, je peux pas témoigner sur les effets d’un sevrage. Mais je pense que c’est pas si difficile que ça vu que j’ai réussi à le faire en douceur et sans trop de difficultés..
    Voila, c’est la première fois que je parle de ça à des gens, ça fait pas de mal. Je vois grâce à ce site que le porno, ça déglingue quand même. Débarrassons nous de ce fléau qui nous pourrit la vie et qui n’aura jamais jamais le goût et la tendresse d’une bouche aimée Bon courage à tous.

    • Florent 28/09/2015 at 20:52 - Reply

      Hello Yomino,
      Merci pour ce commentaire. Ce que je trouve intéressant c’est ta prise de conscience en toute liberté. Hyper honnête et détendu. Je pense que ça t’aidera à couper les ponts avec le X si tu en as le désir. Je trouve ça cool.
      Si le cœur t’en dit, au bout d’une ou deux semaines, tu pourrais développer cet aspect particulier de la prise de conscience. Je pourrais le publier.
      Bonne soirée sans clés USB.

  8. MrG 22/10/2015 at 13:15 - Reply

    Bonjour,

    Une petite heure que je suis sur ce site et j’ai encore du mal à ne pas me dire que je perd du temps, en effet je dois partir travailler…
    Combien d’heures j’ai perdu sur le porno? On pourrait compter ça en mois c’est certain, alors je ne perd pas mon temps ici, je travaillerais plus tard ce soir.

    Pour la troisième fois j’entame un sevrage, le dernier date de l’année dernière, étrangement à la même période, l’entrée dans l’hiver semble me rendre plus fort. Cet été j’ai littéralement pété les plombs, pour un surplus de tout, trop de nourriture, trop de porno, trop de solitude, trop de laisser aller… J’ai lâché prise de la réflection et de la créativité, mis en mode automatique j’ai survécu. Douloureux mais bénéfique, je retrouve enfin la force de vouloir entamer un sevrage, alors c’est aujourd’hui que ça commence.

    Le bilan c’est que j’ai vidé ma vie de toute relation amicale, alors qu’au fond j’aime les gens, j’aime être en bonne compagnie, j’aime aimer et être aimé.
    Ca fait plus de 20 ans que ça dure, voyeurisme, pornographie, prostituées… Ca pèse lourd tout ça, et depuis quelque temps je me dit que ce passé je dois le regarder autrement, ne pas me blâmer continuellement. Il fait mal ce passé à chaque souvenir qui revient violemment, ça me pétrifie lorsque d’un coup je me rappelle un moment ou j’ai fait du mal à quelqu’un, ou j’ai été plus que minable, ou j’ai été simplement ridicule.

    Tout de suite je me sent bien ne serais ce que par la perspective de ne plus être seul, de rencontrer des gens, de savoir que ça ne sera pas parfait, que ça sera enrichissant. Ca ira un peu mal aussi certainement, il aura des problèmes, il y en a toujours car la vie est faite comme ça.

    Moi qui aime la douceur, je vais y aller en douceur, ne serais ce que sur la manière de voir et évaluer la violence des problèmes courant.

    Merci pour ce site, merci d’être là, merci.

  9. Florent 24/10/2015 at 20:54 - Reply

    « il aura des problèmes, il y en a toujours car la vie est faite comme ça. » Tu as raison. Il y aura aussi des joies. C’est sur elles qu’il faut s’appuyer. Être vieux, c’est voir toujours ce qui ne va pas. Tournons nos pensées vers le ++.
    Merci pour le merci, ça vient du cœur :)

  10. colonel moutarde 19/11/2015 at 16:35 - Reply

    Bonjour à tous,

    J’ai 26 ans et je suis addict au porno depuis 10 ans maintenant et ça ne cesse de pourrir ma vie.
    Pour le moment j’en suis à 3j sans masturbation/porno et j’ai supprimé toute ma collection (~38gb)

    J’ai commencé à regarder du porno au lycée à l’acquisition de mon 1er pc. J’ai vite commencé à en regarder souvent le soir après les cours parce-que je ne pouvait voir ma copine que le we. À l’époque j’allais sur des sites payants avec des codes allopass.

    Après 3 ans de relation avec elle j’ai mis un peu plus le pied dedans, auprès tout j’avais plus de copine et des envies je voyais pas le mal.
    J’ai continué à en regarder en couple où célibataire et en plus j’avais découvert comment stocker les vidéos! Là j’ai commencé à stocker mais bien caché! Je commençais surtout à regarder des vidéos amateur et à être de plus en plus selecte. Il fallait qu’elle me plaise beaucoup, qu’elles soient des salopes….

    Je ne me rendais pas compte à quel point je pourrissais ma vie tout court! Tout le temps obsédé à vouloir malmener toutes les jolies filles qu’on croise et à convaincre sa copine pour pouvoir reproduire vite et de manière performante en jouissant le plus possible.

    Ma partenaire n’avait pas forcement le même appétit que moi et envie de tout accélérer d’un coup au lit donc j’étais frustré et dans l’attente permanente avec l’incapacité de gérer mes frustrations. Je suis devenu peu ambitieux, colérique, fatigué, tout le temps en tension, frustré, et quasi incapable de bien me concentrer. J’en ai même presque oublié ma passion pour la guitare alors que j’ai tant travaillé pour devenir bon! C’est du délire quoi.

    Ces pulsions frénétique m’ont souvent donné des problèmes d’éjaculation précoce et aujourd’hui j’ai un appart avec ma copine, on est ensemble depuis 4,5 ans. Depuis un moment je n’avais plus d’érection aussi dures qu’auparavant mais maintenant je suis impuissant, à moins que je ne me masturbe ou qu’elle me fasse une fellation et encore ça tombe vite quand elle arrête.

    Je ne sais plus quoi faire pour retrouver le sens des réalités et surtout mes érections!
    J’ai tout supprimé, j’en ai parlé sérieusement à ma copine qui a bien compris l’ampleur du problème et qui me soutient vraiment! Je vous une psychologue très bien, je vais lui en parler la prochaine fois

    Ave vous eu le même problème? L’avez vous résolu? Je ne sais pas comment réaborder le sexe dans mon couple, on a envie de continuer même si ça nous pousse à être plus inventifs un moment. En tout cas j’essaie de m’occuper, de ne pas bruit du noir et de ne pas me mettre la pression quant au futur. Ma copine ma dit qu’elle respecterai une éventuelle baisse/extinction de libido le temps qu’il faudra et je n’ai pas envie de la laisser en reste alors que je peux toujours lui faire des cunnis.

    Je suis assez confus, je ne sais pas dans quoi je m’embarque ni pour combien de temps. Je garde quand même la peur d’avoir tout gâché de manière quasi irrémédiable.

  11. La fille perdue 04/01/2016 at 20:36 - Reply

    Bonjour, votre site à un côté rassurant quand je vois toutes ces femmes qui disent de quitter/divorcer avec leur conjoint sur certains forums, j’ai 25 ans, je vis actuellement avec un garçon que j’aime plus que tout au monde, cependant notre vie sexuelle se résume à je le cite  » un coup de bite  » par mois.
    À 25 ans ..
    J’ai découvert son addiction quasiment au début de notre relation et j’ai mis des mois avant de lui en parler, je lui trouvais des excuses sans cesse.
    Quand est venu le temps de dire ce que j’avais à dire, il n’a pas fait le fier d’avoir ainsi été surpris à cause d’un historique, il m’a pondu une excuse j’ai pleuré dans ses bras, il s’est fait plus discret mais à recommencé et m’a encore délaissé.
    Il a enfin trouvé du boulot, on avait repris une activité sexuelle plus ou moins normale 1x/semaine ( on se contente de ce qu’on a .. ) et voilà qu’il me rejette à nouveau.
    Il me brise le cœur à chaque rejet, il m’aime je n’en doute pas une seconde mais je ne sais plus si nos projet d’avenir doivent être réaliser ou non.
    Je jalouse ces femmes pour qui il bande, je jalouse mes ami(e)S qui ont des relations sexuelles normales et régulière, j’ai une colère qui me consume de l’intérieur, qui me brise et me rend malade..
    J’en ai marre d’avoir toujours ce fardeau à porter, cette discussion à mettre sur le tapis, le suppliant d’arrêter, il ne comprend pas, il m’endort et basta..
    Il se vente devant ses amis de faire tel ou tel chose alors qu’il ne fait rien  » je suis fatigué demain je travail !  »  » demain promis je te ferais l’amour  » ..
    Comment dire, à chaque fois c’est une blessure en plus que je subi et je n’en peux plus. Je suis loin d’être  » deguelasse  » j’ai plutôt un joli visage et de petites formes et malgré tout il préfère son site favori J&M ..
    J’ai besoin d’aide, il faut que ça s’arrête avant que ça ne brise notre couple .. :'(

    • Florent 04/01/2016 at 20:55 - Reply

      Salut,
      Comme je comprends ce que tu peux ressentir ! Ce qu’il faut c’est qu’il ait un vrai désir de s’en sortir. Pour lui. Pour toi, pour ne pas te perdre. La question se pose de quitter ou non un accro qui n’a pas de vrai désir de se sortir de sa m*rde.
      Je peux te conseiller de parler avec lui à froid de tout cela. Tu peux aussi lui demander de lire le site et s’il veut aller plus loin, le livre (qui est aussi une aide pour le comprendre).
      Un couple, je crois de toutes façons, que c’est toujours fragile. Il faut toujours y faire attention !

    • Véronique 24/02/2016 at 21:17 - Reply

      A la « fille perdue » … Je suis beaucoup plus âgée que toi (et me permets donc de te tutoyer, avec respect tout de même),
      Je voulais te dire que ma relation avec un homme addict au porno vient de prendre fin, après de nombreux mois de souffrance, de doutes, et de mauvaise foi…. et que j’en suis libérée, que je me sens beaucoup mieux, même si j’étais amoureuse de cet homme. Il faut quelquefois avoir mal pour être mieux.
      Tu as une vie à vivre, ne te la laisse pas gâcher. Si tu sens que cet homme ne veut pas vraiment guérir de son addiction, ou fait semblant, je te conseille vraiment de partir, même si c’est dur pour toi.
      Choisis toi.
      Avec toute ma sympathie.
      Véronique

  12. La fille perdue 04/01/2016 at 20:47 - Reply

    Oh et je tenais à féliciter ces hommes qui ont pris conscience du mal que cela faisait à leur amie, je les trouve bien chanceuse et leur souhaite beaucoup de bonheur.

    Je souhaite également aux autres de connaître la réussite d’avoir vaincu cette fichue  » maladie  » !
    Courage à tous et dans les pires moments n’oubliez pas que vous vous faites du mal à vous mais également à votre partenaire, cela vous aidera peut être à vous en sortir je vous le souhaite de tout coeur !!

  13. Yruama 01/03/2016 at 10:19 - Reply

    Hello ! Je pense être dépendant au porno. J’en consomme depuis que j’ai 13-14 ans environ. Aujourd’hui j’en ai 24 et je suis en couple et en ménage depuis 3 ans avec ma compagne. Donc 10 ans d’ancienneté dans le domaine. L’an passé, j’avais pris comme résolution pour 2015 de vaincre ma dépendance au porno. J’ai tenu 5 mois, et puis j’ai échoué. Je n’ai jamais abandonné l’idée d’arrêter définitivement la pornographie, malgré les innombrables échecs. Aujourd’hui c’est le 1 mars 2016, et je suis déterminé à prendre ma revanche sur la pornographie. Je sais que je peux y arriver car je veux y arriver !!! Je commence mon premier jour aujourd’hui. Courage chers confrères, nous pouvons y arriver et nous allons y arriver.

  14. Yruama 14/03/2016 at 10:10 - Reply

    Hey !!! Déjà deux semaines sans craquage. Je suis content. Parfois j’ai des pensées perturbatrices, si vous voyez ce que je veux dire, mais je ne craque pas. Je remarque que si l’on bouge, que l’on va à l’école ou au travail, que l’on fait qqch de constructif comme préparer un bon repas, aller courir…on résiste plus facilement. Bon courage les gars, pensez à la fierté que l’on aura par rapport à d’autres qui sont complétement dépendants et perdent des heures devant le porno.

    Bonne semaine à tous !!!

  15. ali son 15/03/2016 at 12:25 - Reply

    Bonjour , je vis actuellement depuis 10 ans à un dependant . Il avait réussi à tenir 6 mois …..et à rechuté hier . Il a pleurer promis de se faire soigner et àpris l iinitiative de prendre rendez vous chez un sexologue . Je ne sais pas si je dois croire ses bonnes intentions ou si il y retournera toujours . Jusque là j ai toujours pardonné mais cette fois j ai très dur , cette fois je l ai surpris de mes yeux ….pas de crises ni de larmes pour moi juste cette irrépressible déception et envie de prendre nos enfants et de partir . J avoue être dépasser et à bout de force . Cette image me hante je le revois sans cesse en boucle devant son site . Y a t il vraiment un miracle qui puisse se faire ?

  16. Julien 07/04/2016 at 02:57 - Reply

    Bonjour, j’ai 29 ans et j’ai découvert la sexualité avec une K7 porno de mon père trouvé par hasard à l’âge de 10 ans. Cette K7 m’a suivie pendant toute mon adolescence, jusqu’à l’arrivée des premier DVD et du porn en stream. Dès lors ma consommation de porn à considérablement augmenté. J’ai vécu avec une femme pendant 9 ans, c’est la seule avec qui j’ai pratiqué le sexe. Même si tout allait bien dans notre vie professionnelle et personnelle, le sexe à toujours posé problème pour moi, j’ai fait un blocage sur la sodomie qui est un fantasme inassouvi car ma partenaire ne voulait pas en entendre parler, j’ai pris l’habitude de consommer du porn après les coïts. Au fil des ans, nos rapports se sont espacés, à l’inverse de ma consommation de porn. Aujourd’hui divorcé, je suis célibataire et ma vie sexuelle se résume à Pornhub et consort, je n’ai plus eu de rapport réel depuis qu’elle m’ait quitté en 2014 et j’appréhende tellement une nouvelle relation sexuelle que je me renferme sur moi même.
    Je me rend compte que j’ai un problème, je sais que je pourrais avoir de vraies relations, mais j’en ai peur. Le pire, c’est que j’ai de plus en plus de mal à me contenter du porn classique et que je cherche, soit la vidéo parfaite, soit des vidéos extrêmes en décalage complet avec une vraie sexualité. Je ne pense pas que je déraperais vers le pédo porn mais je me fait parfois peur et honte à la fois.
    Bref je ne sais pas comment me défaire de cette relation que j’entretiens avec la pornographie depuis près de 20 ans, et c’est pas prêt de s’arranger avec la réalité virtuelle qui arrive…

  17. Ludovic 19/04/2016 at 13:21 - Reply

    Je ne pensais pas que le porno pouvait prendre au temps place dans un vie
    J’ai 35 ans et je suis un addict aussi. J’ai mis du temps à m’en rendre compte. Je suis en couple gay depuis 5 ans.
    Je devais avoir 10 ans quand je suis tombé sur une VHS de mon père. Un film du premier samedi du mois. Puis il y a eu des échanges de cassettes entre copain. Chaque fois que j’allais chez le buraliste je ne pouvais m’empêcher de regarder l’étagère du haut. Puis j’ai commencé à acheter les magasines avec films inclus. Puis est arrivé internet avec des achats réguliers de films pornos. Puis le haut débit est arrivé avec la découverte des sites de partage. Heureux de me réveiller le lendemain et avoir une collection de films entiers sur mon ordinateur. Quand une actrice ou un acteur me plaisait j’allais voir leur filmographie sur internet et j’essayais de me procurer le plus de films possibles dans lesquels ils avaient joués.
    Dès que je me trouvais seul , je pouvais me faire toute une journée porno sans même m’habiller, je faisais même un plateau repas au lit et si le téléphone sonnait je ne décrochais pas.
    J’ai refusé plusieurs sorties entre potes ou en famille pour me consacrer à mes séances de masturbation.

    Et aujourd’hui je passe plus de temps à m’astiquer la nouille que de donner du plaisir à mon conjoint. Je suis en reprise d’étude et je passe beaucoup plus de temps devant les sites de streaming à trouver des scènes de films pornos hétéros qui ont marqué mon adolescence qu’à étudier. Et plus les examens approchent plus j’ai besoin d’aller voir du porno alors que je devrais être en train de réviser à fond.
    Le porno est en train de me détruire bien que j’avais diminuer sa consommation mais dès que le stress est là, cette envie de voir des sexes ou anus en gros plans refait surface.
    Je veux m’en sortir

    • Florent 20/04/2016 at 15:58 - Reply

      Hello Ludo,
      Comme je te comprends. C’est un long travail de s’en sortir. Il faut prendre le taureau par les cornes, changer de vie sur certains points. Mais on peut y arriver. C’est l’amélioration continue qui est importante.
      Courage :) et bonne lecture sur le site/livre.

  18. Yruama 23/04/2016 at 08:56 - Reply

    Hello. J’ai essayé qqch qui fonctionne plutôt bien avec moi. Il s’agit du sevrage progressif. Plutôt que d’arrêter d’un coup, j’ai espacé de plus en plus ces séances de plaisir solitaire. D’une à deux fois par jour, je suis passé à un jour sur deux, puis 2 à 3 fois max par semaine…Ajd, il m’arrive de temps à autre de rechuter, mais je peux rester plusieurs semaines voir plusieurs mois sans m’astiquer le manche à balais. Idem pour le contenu visionné. Au début je regardais du hard type gonzo que l’on retrouve chez Brazzers and co, puis simplement des strip-teases, et donc plus de scène de « baise ». Petit à petit, je sens que je me débarrasse de cette dépendance…On y va les gars !!!

  19. La fille perdue 23/04/2016 at 12:48 - Reply

    À Veronique,

    Merci pour votre conseil, et votre tutoiement n’est pas dérangeant :)

    Je salue votre courage d’être partie mais je ne m’en sens pas capable, je ne vois pas sans lui, c’est quelqu’un de fidèle et d’aimant, et de nos jours ça ne court plus les rues. Après 1 mois passé sans sexe, après avoir pleuré, et l’avoir fait culpabiliser, j’ai fini par retrouver mon homme en espérant que ça dure. Nous allons acheter une maison dans les semaines qui viennent.
    Nous sommes complémentaires, et j’espère de tout mon coeur qu’il se débarrassera de son addiction qui me semble pourtant pas si présente que ça c’est derniers temps, alors je garde espoir encore un peu, il le faut, je l’aime à mourir.

    Courage à vous tous, et n’oubliez pas que vous pouvez faire mal à vos proches accrochez vous à cela et battez cette saloperie de dépendances !

    Bisous à tous

  20. Valoche. 01/05/2016 at 22:37 - Reply

    Porno-dépendant, dérivant ou ayant dérivé totalement sur la pente du hard et du dégueulasse, je n’en peux plus. Si jeune, je me coupe doucement de la vie sociale abandonnant une à une les soirées camarades et les relations familiales. Je veux m’en sortir, je dois m’en sortir ! Je cours après ma vie et ma sexualité depuis déjà quelques années, quelques trop longues années.. Je fatigue ! Je fatigue gravement ! Je vais commencer mon sevrage aujourd’hui. Le millième d’une longue suite de sevrages tous voués à l’échec. Celui-ci sera long, agressif et douloureux mais il sera : une victoire ! Je veux le croire.
    Bonsoir et bon courage.

  21. Yruama 02/05/2016 at 19:43 - Reply

    Hello ! Bien dit Valoche ! Déjà le vouloir c’est déjà bcp. Les rechutes ne sont pas graves si toutefois on ne se laisse pas abattre, que l’on se relève et qu’on revienne à la charge. Courage les gars, et peut-être les gattes s’il y a des filles dépendantes du porno, ça doit exister…

  22. Valoche. 09/05/2016 at 20:12 - Reply

    C’est rappé. 7 jours et je dérape ! Petite nature je suis. C’est reparti pour une seconde (si on peut dire ça!) chance. J’y crois. Je vais peut-être tenir un journal de bord ?
    Courage à tous et toutes !

  23. Véronique 16/06/2016 at 20:37 - Reply

    Bonsoir,
    Je cherchais depuis un moment un site tel que celui-ci afin de lire, échanger, partager…
    Je partage ma vie avec un homme que j’aime profondément, à la folie. Nous avons tout pour être heureux. Mais nous vivons une terrible épreuve qui n’est autre que l’addiction au cybersex, celle de mon compagnon.
    Malgré des suspicions que je n’admettais pas, que je croyais au départ être une aventure avec une autre femme, il a fallu que je tombe sur des flagrants délits, que j’explose son PC à terre, qu’il me violente pour se rendre à l’évidence que c’est une tout autre affaire
    J’ai fais des recherches,me suis informée, ai passé des heures et des heures sur le net à l’affût de tout détail important à ce sujet, j’ai acheté des livres, ai trouvé des émissions qui traitent du sujet etc, j’ai essayé de comprendre ce qui nous arrivait, ce qui lui arrivait.
    Travaillant à la semaine loin du domicile depuis maintenant + de 10 mois, j’ai vécu un véritable enfer dès le début : 10kg en moins, anorexie, tabagisme abusif, insomnies, mal dans ma peau, idées noires… refus de sa part de garder contact avec moi, des excuses bidons pour ne pas pouvoir nous connecter ensemble (alors qu’il était très fortement gentleman avec le faux profil que j’avais inventé et très disponible), pas de réponses aux sms que j’envoyais, des phrases qui me raisonnent encore dans la tête « je ne veux plus voir ta gueule, je suis très bien à l’hôtel » (…) Je suis tombée tellement bas que je me suis présentée au CSAPA de ma ville afin d’être prise en charge en tant que co-dépendante… et il était grand temps !
    J’avoue aujourd’hui que j’ai beaucoup de mal à me souvenir de la vie que nous avions avant ça, ces jours qui étaient bons, merveilleux, ces jours où nous étions sous le même toit avant qu’il ne parte par contrainte professionnelle…. je rêve désormais que nous passions au delà de ce fléau, qu’il passe au delà de ce fléau qui l’empoisonne, le ronge, le rend malheureux et qui le fait souffrir.
    Nous avons échangé plusieurs fois sur le sujet mais je reste devant un homme très peu expressif, c’est un ours… il a toujours été comme ça ! C’est un homme qui croit être capable de s’en sortir tout seul lorsqu’il est confronté à un lourd problème, mais, je suis persuadée après être bien renseignée sur la chose qu’il ne peut le faire seul cette fois ! Je lui ai tendu une myriade de perches pour l’aider à s’en sortir, trouver des solutions, l’écouter même si cela m’aurait blessée mais voilà… cette pulsion reste trop forte. Il est toujours dans sa phase de dénie, j’ai proposé de l’aider dans une démarche de prise en charge auprès de professionnels de la santé… la seule petite « victoire » que j ‘ai pu gagner est qu’il a toujours la plaquette de l’association que je lui avait glissée dans la valise.

    Beaucoup dirons « quitte-le c’est une cause perdue » ! C’est une question qui vient forcément sur le tapis, même en thérapie ! J’y ai pensé croyez-moi ; les addicts, comme vous le dites ont des phases où ça va, d’autres où la rechute ressort des abysses… sachez que pour la conjointe c’est exactement la même chose ! parfois je passe outre, me concentre sur autre chose et passe une bonne journée, parfois c’est l’hécatombe et j’ai conscience d’être malheureuse, délaissée, l’objet 3D à contrario des virtuels et c’est à ces moments là que la petite voie vient chuchoter dans le creux de l’oreille « pars ma Véro » !

    Les addicts, sachez que lorsque la compagne ou le compagnon sait, voit, surprend, lit ce qui se passe et comment ça se passe (car effectivement j’ai farfouillé sur pas mal de choses, de sites, ai lu des mots tendres que mon compagnon échangeait avec des « cyberfilles » alors que jamais il ne m’avait dit de mots si attentionnés, si beaux et si gentils, ai inventé de faux profils pour pouvoir avoir un contact avec lui, pour savoir comment il s’y prenait, connaître la vie qu’il s’est inventé auprès de ces dames qui ne sont que tissus de mensonges (…) ) sachez que nous subissons une grande souffrance tout autant que vous subissez vos pulsions et votre mal être !

    Je sais qu’il m’aime, il sait que je l’aime… pour le moment je laisse le temps au temps… combien de temps ? je ne le sais pas…
    Il est certain que je rêve le voir me dire un jour, ce fameux jour :
    « pardon… tu es une femme merveilleuse et je t’ai fait énormément de mal… tu es très courageuse et je t’ai maltraitée… et pourtant tu as su rester… Merci, ma chérie… je t’aime », c’est à ce moment là que nous pourront enfin à nouveau regarder devant… sans plus jamais nous retourner !

  24. Mathieu 21/09/2016 at 16:51 - Reply

    Bonjour, je m’appelle Mathieu, j’ai 32 ans, et je suis accroc au porno depuis mon adolescence. J’ai découvert les films X à l’age de 10 ans, en tombant sur une VHS par hasard.Et je pense avoir construit mon éducation sexuelle à travers le porno. Depuis, ma consommation de X n’a cessé d’évoluer, avec une période de célibat (environ 2 ans) où j’ai consommé en excès.
    Aujourd’hui, j’ai trouvé l’amour de ma vie, et c’est elle qui m’a ouvert les yeux sur ma porno-dépendance. Je suis conscient que je suis addict au X, et il est temps pour moi de me guérir: j’ai lu votre bouquin ces derniers jours, je m’y retrouve beaucoup, et j’ai envie de m’en sortir, car si je ne fais rien, je vais perdre ma femme et je m’en remettrai pas.
    Je n’ai encore rien fait de concret, j’en suis seulement à rechercher toutes les possibilités de m’en sortir, les prochaines étapes seront l’installation de filtres sur mes outils numériques, d’éviter la masturbation et enfin de consulter un spécialiste.
    Je suis motivé et à la fois « triste », je ne sais pas pourquoi… c’est comme si on jetait le jouet préféré de son enfant à la poubelle…c’est bizarre.
    C’est comme se dire que c’est sans doute la dernière cigarette que l’on va fumer…Doit-on la savourer? Doit-on ne jamais l’oublier? Doit-on simplement ne pas la fumer?…
    En tout cas, merci beaucoup pour vos témoignages, c’est important de ne pas se sentir seul et de voir que l’on peut y arriver. Je vous tiendrais au courant de mon évolution!^^
    Bon courage à tous

  25. nedab 07/11/2016 at 13:49 - Reply

    Très bon Site. J’ai 20 ans et je suis accro à la pornographie depuis 5 ans. Je consommais au début (habitant chez mes parents) 1 à 2 pornos par semaine ce qui n’est pas énorme mais je prenais énormément de risque pour les regarder (dans ma chambre la nuit alors que les bruits s’entendaient très facilement, pendant que j’étais seul à la maison mais très souvent mon frère ou mes parents rentraient pendant l’acte et je devais tout arrêter précipitamment). J’étais déjà addict avant la consommation de porno depuis la puberté (12/13 ans) via le visionnage de clip notamment, il n’y a donc pas eu de début net a cette addiction. En terminal, la consommation atteint pratiquement 1 porno par jour et je deviens très irascible quand je n’ai pas ma dose. Pendant les vacances d’été, il m’arrive au mieux de m’abstenir 15/20 jours et je me sens beaucoup mieux mais dès que je rentre chez moi, je rechute. A l’âge de 18 ans, je pars à l’autre bout de la France pour mes études (Rouen) et la consommation de porno n’est plus allié à la prise de risque. Je consomme sans ménagement 1 voir 2 si ce n’est 3 pornos par jour. Je commence à comprendre que c’est une véritable addiction. Depuis le début de mon addiction, j’essayais de m’arrêter mais cette fois ci, je décide d’y aller par étape. Je ne réussis pratiquement pas mes tentatives : au mieux, j’ai du faire 5 jours cette année là. En parallèle ma vie affective est un véritable enfer. Je n’ai embrassé aucune fille depuis ma naissance (et aucun garçon) et cette année loin de mes parents qui devaient s’annoncer radieuse se finit avec un comportement extrêmement impulsif sur l’alcool et aucune histoire avec des filles (ne serais se qu’une amie).

    A cause d’une mauvaise soirée, (tête rasé, black out de 4 heures, un casi coma de 2 heures), ainsi qu’un mauvais premier semestre : je sèche les 3/4 des cours du second semestre et ne participe pas aux examens terminaux. Je suis viré de l’école. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayer améliorer ma vie affective. Fin terminal, je m’intéresse au domaine de la séduction et tente d’aborder dans la rue. Je suis sortit environ une centaine d’heure dans le rue pour aborder. Je fais même un voyage à Paris avec un hôtel pour tenter d’aborder dans le rue : en 2 jours je parcours 40 kms à pied mais je n’aborde aucune fille !!! Je ne trouve qu’une seule fois le courage, à Rouen : la conversation dure 30 s, la fille que j’ai abordé avait 25/30 ans. En revanche, en soirée je me détermine : par 2 fois j’aborde, une fois en me décalant du bar avec mes amis vers la fil d’attente d’une boite de nuit, je récupère un numéro avec lequel j’aurai une petite conversation. Une semaine après je sors et je m’intègre à un groupe de 2 filles et un mec. Le mec a 10 ans de plus que moi, il avait abordé ce groupe plus tôt dans la soirée (je suis descendu seul, vers 2 heures du matin, dans le centre ville, après une soirée en appart qui m’avait laissé sur ma faim ^ ^). Intégré au groupe, je parviens même a rentrer en boite avec les filles en payant que le vestiaire à l’une d’elle en échange de son kebab mais je n’obtiendrai qu’un faux numéro cette fois si. Tant-pis, pour 2 euros, le jeu en valait la chandelle :p !

    L’année d’après, à 19 ans, je dois quitter l’école. Plus de soirée, la fac est terrible, il ne se passe rien : je parviens tout de même a avoir mon année et a arrêter porno et masturbation pendant 70 jours !! Durant cette période, je rencontre 2 filles avec qui j’ai mes chances : l’une en laissant un numéro sur un ordinateur, elle me recontacte et je réussi a obtenir un rendez-vous mais pendant le celui ci le courant ne passe pas entre nous (on ne se connaissait pas) et je ne trouve aucun moment pour l’embrasser. Avec l’autre fille (rencontré lors d’une petite soirée) tout se passe bien, elle est hyper libérée, on se revoit régulièrement le soir en tête à tête pour réviser mais je finis par tout lâcher : le fait que je suis puceau, que je n’ai jamais eu de copine et que je suis addict au porno. Pourtant elle ne le prend pas si mal et après ce passage je me retrouve même sur son lit ! pourtant la frustration d’avoir révélé tout ça et tel que je reste là, a discuté avec elle, sans même tenter quoi que ce soit alors, que c’était le moment parfait.

    Aujourd’hui, je viens d’avoir 20 ans et mis à part quelques prises de risques comme parler à une fille dans le train, l’idée de réessayer d’aborder dans la rue me terrifie et ma consommation de porno reviens a environ une fois tout les 2 jours. Je pense qu’arrêter le porno ne peut se faire qu’avec une amélioration de la vie affective ; les deux étant intiment lié. J’espère qu’un jour je pourrai embrasser une fille. Très souvent j’attribue le manque de sensation et de pris avec le moment présent au moment de devoir embrasser, à mon addiction à la pornographie. Pourtant je sais bien qu’il ne s’agit pas que de cela. Je pense qu’une abstinence prolongée me permettra un jour de franchir cette étape, dont je me sens si proche mais qui me fait si peur. J’espère aussi un jour ne plus être puceau et avoir une relation amoureuse avec une fille. Cela demande énormément de volonté et de courage et je me demande parfois si je n’ai pas épuisé toute la volonté et le courage que j’ai. Dans tout les cas, je soutiens les gens qui sont dans ma situation et j’espère qu’ensemble, on pourra surmonter nos peurs et nos addictions. Merci à la communauté d’avoir lu ce témoignage et bon courage a tous !!

  26. Yruama 12/11/2016 at 11:44 - Reply

    Hello Nedab ! Lâche pas le steak par rapport à notre addiction au porno. J’ai 25 ans et j’ai déjà au moins autant de rechutes depuis que j’essaye d’arrêter. Ajd, cela fait 15 jours que je n’ai pas flanché. Mais le risque est toujours là. Je pense que le plus important quand on est addict, pas seulement à la pornographie, c’est de combattre cette addiction et peu importe le nombre de rechutes. A mon sens une addiction qui se combat est une addiction à moitié vaincue. En effet, si nous sommes sur ce site, c’est que nous avons une prise de conscience par rapport à la pornographie et que nous refusons de subir son joug. Avant cela, nous étions aliéné par cette dernière. C’est déjà un bon début ! Après, il faut essayer de la combattre mais je pense qu’il ne faut pas en faire une maladie si on tombe à nouveau. Les personnes anciennement addicts qui ne rechutent plus jamais sont très rares. Si tu souhaites l’abstinence totale, que tu essayes de l’atteindre mais que tu fais une rechute, il y a fort à parier que tu seras déjà moins braqué sur le porno qu’avant. A titre d’exemple, je consommais du porno 1X par jour au sommet de ma dépendance. Depuis que j’ai essayé de vaincre cette dépendance, voici plus de deux ans, je suis passé dans un premier temps de deux à trois porno par semaine, et puis ces derniers temps je regardais un porno, puis plus rien pendant une à deux semaines. Donc, à défaut d’être totalement affranchi du porno, j’arrive à m’en penser et à modérer en tout cas ma consommation. Donc il y a une amélioration par rapport au début où j’étais à une fois par jour. Enfin, pense aussi à tous ceux qui sont dépendants et qui ne s’en rendent même pas compte. Toi au moins, tu ne te laisses pas abattre. Allons bon courage grand chef ;-)

    • nedab 01/03/2017 at 20:18 - Reply

      Merci !! J’essaie de pas lâcher l’affaire mais la molassitude de mes études et de mes compères ne me laissent pas vraiment de chance !! Dernièrement j’essaie l’arrêt les écrans (tout sauf le portable) et je trouve que les choses vont en s’améliorant. Pour ma part j’ai toujours considéré que si j’arrivais a pratiquer une activité moins d’une fois tout les 15 jours, cela voudrais dire que je ne peux pas y être addict ! Donc même si tu dois rester vigilant, je pense que tu es tiré d’affaire ! ahaha :)

  27. AIGOUI 01/02/2017 at 15:17 - Reply

    Bonjour à tous
    J’ai 38 ans et cela fait 16 ans que je vis en couple.
    Depuis le début, je n’ai pas pu avoué ma dépendance au porno. Pour moi elle a commencé avec le minitel rose :(
    Je n’arrive pas à lui en parler sereinement, à vider mon sac en quelque sorte …
    Je lui mens sur mes (re)chutes. Je lui dis que je n’ai rien fait, bref le parfait imbécile.
    J’ai honte mais chaque fois que j’en parle je fais tout pour minimiser la réalité.
    Je vais tout compromettre (femme, enfants, vie commune …) et ce sera bien fait pour moi.

    Je me reconnais dans un peu tous les témoignages, comme certains j’ai réussi à arrêter de fumer.
    Mais là je reconnais mon incapacité à m’en sortir.
    Donc mes questions sont nombreuses :
    – Comment arrêter ?
    – Comment ne plus y penser ?
    – Comment restaurer la confiance, si c’est possible à ce stade ? (j’y crois plus du tout)

    Bref si je ne réagis pas mieux et radicalement je vais plonger et tout perdre et je ne m’en remettrai pas …
    Merci de vos réponses et commentaires.

  28. Pierre 05/02/2017 at 18:56 - Reply

    Bonjour, le porno pendant des années c’était pour moi, une détente du style « y’ a pas de mal à se faire du bien ». Puis en 2008, à la suite d’un licenciement j’étais sans occupation et en dépression. La masturbation me détendait… Et puis tout s’est amplifié avec le temps, jusqu’à ne plus arriver à résister, surpris par mes filles et ma femme, j’ai perdu leur amour. Ma femme à qui j’ai demandé de l’aide refuse de m’aider.
    Souvent je pense même au suicide.
    J’essaye je n’arrive pas… Merci de m’aider.

    • MrG 07/02/2017 at 09:01 - Reply

      Pierre ne perd pas espoir, vois un psychologue ou un psychiatre. Evite les autres type de Psy (psychothérapeute, psychanalyste …etc ils ne sont pas scientifiques et souvent des charlatans), fais attention aux médications surtout, pas de benzodiazepine par exemple. Commence par faire ce qu’il faut pour t’aider et peut être que ta femme à besoin d’accuser le coup, elle est sous le choc donc en état de défense par rapport à toi, à l’agression de cette situation.
      Globalement c’est un procédé de survie, et la masturbation comme d’autres addictions évitent le suicide, mais lorsqu’il est temps de s’en défaire alors c’est plus compliqué. Nous ne sommes pas tous égaux en matière de douleur, par exemple les autistes et surdoués sont soumis à des souffrances beaucoup plus fortes au quotidien pourtour un tas de raisons. Forcément le recours à l’addiction devient une solution, va vite prendre RDV, ne t’avoue pas vaincu, fais le pour ta famille et peu importe les décisions de ta femme tu dois sauver ta peau, tes enfants ont besoin de toi !
      Courage !

    • nedab 01/03/2017 at 20:29 - Reply

      Essaies de lire des livres et de tout recommencer depuis le début. Le mieux est d’aller loin de hommes dans des espaces naturels pour s’y promener en oubliant un moment le regard des autres. Puis, à partir de cette base, il faut commencer à travailler sur le nouveau sois, petit à petit, sans jamais culpabiliser de ses échecs. Il n’y a pas d’échecs, juste un obstacle de plus à franchir, une péripétie nouvelle à surmonter. Il faut raisonner sur toutes formes de réussite et ne pas hésiter à les analyser ainsi que les échecs pour s’améliorer de jour en jour.

      Je ne suis pas croyant mais peut être que l’amour de Dieu peut te sauver… Essaies d’éviter les sectes et engages toi vers des Religions qui semblent ouverte et compréhensive (si tu n’en as pas peur et envie ou que tu ne vois plus d’autres alternative)

      Mais je maintiens que lorsque on souffre du jugement des autres, le mieux et de se retourner vers la nature primaire, loin des brouhas de la ville.

      Petit à petit, tout peut recommencer, sous un autre jour, la vie est un éternel recommencement mais le cerveau a besoin de temps quand des schémas mentaux profondément ancré doivent être changer et il est vrai que pour beaucoup, le fait de devoir les changer brutalement donne des idées très noirs.

      Ne lâche pas l’affaire, nous sommes tous plus ou moins porno dépendant et nous savons ce que c’est. Nous sommes tous derrière toi ! Ne lâche pas l’affaire :)

  29. Pierre 16/02/2017 at 22:23 - Reply

    Merci MrG, excuse je n’étais pas retourné sur le site… Ma femme, mes filles, elles sont grande maintenant, ne me renvoient que de la haine, je vois une psy mais je n’ose pas lui en parler…
    J’ai perdu l’amour de ma femme et de mes enfants, la solutions c’est le départ vers le néant.

  30. MrG 17/02/2017 at 09:03 - Reply

    Je connais ce sentiment de désespoir, mais mourir n’est pas si simple et c’est surtout plus difficile que de s’en sortir. Crois moi j’ai étudié la question, et sans oublier que tu fera encore plus de mal à ta famille si tu les abandonne pour de bon. Ce qu’il est important de comprendre c’est que dans une situation complexe et douloureuse on se sent opprimé, perdu et désespéré, mais on ne vois pas que tout peu s’arranger. Parle en à ton psy, soigne toi pour ta famille et la vie sera plus douce.
    Dis toi que ça va te demander du courage, mais que ce courage n’est rien comparé à ce que demande le suicide, donc soigne toi c’est la solution la plus facile et la plus belle pour tes proches.

  31. Ly 19/02/2017 at 14:47 - Reply

    Bonjour,
    J’ai découvert il y a 4 jours que mon conjoint était  » porno-addict ». Je suis tombée sur des centaines de films notés par préférence et frequemment visionnés. Dans l’historique internet, j’ai pu constaté qu’il jouait aussi a des « jeux porno » (je ne savais meme pas que ça existait ! ) avec 1ere connection dès 6h30 le matin (moi jme leve a 7h) puis le midi, en rentrant du travail le soir, plusieurs fois dans la soirée et encore plus longtemps ou je nétais pas la ou les weekend.. Jai même découvert quil avait « acheté » 35 euros de points sur un jeu sexhansters je crois. Apparemment cela ferait une dizaine d’années (nous sommes ensemble depuis 9 ans) et visiblement ça s’est renforcé petit a petit.. Nous avons toujours eu des soucis dans notre vie sexuelle car il n’avait jamais envie et étais constamment en demande et frustrée. De plus lorsque nous avions un rapport il mavouait quil navait pas beaucoup de sensations et pas d’orgasme.. C’était très dur pour moi et j’ai tout tout essayé sans relache de trouver comment le satisfaire et pour quil me désire ! La que je l’ai découvert il est vraiment désolée, me dit quil est un gros con que je méritais pas ça et que je n’étais pas du tout responsable, que c’était uniquement lui le problème.. Ma 1ere réaction de la colère.. Beaucoup de colères ! Tous ces mensonges et cachoteries pendant toutes ces annees.. Acheter une maison et me faire des enfants sans même me parler de cette part de lui.. Javais limpression quil mavait comme piégée.. Ensuite jme suis sentie proche de lui parce que j’avais l’impression d’avoir percée son épaisse carapace (même si je n’aime pas du tout ce que j’y ai trouvé en dessous..). Et jme suis mise a me lever a 6h30 pour petit déjeuner avec lui, lui écrire de longues lettres a lire le midi en ventant ses qualités et la force de mes sentiments pour lui. Le soir jlui collé un loulou a doucher (le soir je moccupais souvent seul des enfants pendant qu’il était sur le PC et une fois les enfants couchés, visionnage d’un film l’un contre l’autre.. Mais hier aprem il ma avoué quil avait envie daller regarder des vidéos.. Jsavais pas trop comment réagir.. Jlui ai dit que jallais 30 min dans la chambre pour quil aille sur le PC mais quensuute on passait la soirée tranquile sans PC. Mais 30 min c’est long.. Très long.. Je pleurais toutes les larmes de mon corps et en avait la nausee.. Sortant de la chambre jai compris que la situation ne serait pas supportable pour moi.. Je lui ai dit que j’envisageais de partir.. Et puis ce matin j’ai lu votre livre.. D’une seule traite ! Et ça m’a fait un bien fou ! Ça a répondu a pas mal de mes interrogations et çam’a fait comprendre que je voulais faire partie de la catégorie des femmes « qui restent » et font tout pour aider l’homme qu’elles aiment à s’en sortir ! Jsuis déterminée car très amoureuse mais très inquiète aussi.. Vais je etre assez forte ? Sera til vraiment capable de sen sortir ? Si oui est ce quil ne restera pas des traces irréparables de toute façon.. Merci encore pour votre livre et jvais continuer a suivre attentivement vos articles et tous les témoignages ! Merci !

    • nedab 01/03/2017 at 20:33 - Reply

      C’est extrêmement courageux de ta part d’aider un homme comme cela, alors qu’il te met dans une situation si terrifiante ! Quel leçon d’abnégation je ne pensais pas que des personnes pouvaient être si forte !

  32. Laeti 10/03/2017 at 18:20 - Reply

    Bonjour, je ne sais pas si je peux témoigner car je ne suis pas porno dépendante mais je subit cela de mon mari, enfin je crois, en fait pour le moment on est en froid à cause de cela, 17 ans de mensonge , je n’en peut plus, je cherche un logement, je cherche à le quitter, je n’arrive plus a le regarder, a partager le lit conjugal ni même a lui parler ne serais que lui dire bonjour, IMPOSSIBLE. Une chose est sûr c’est que je l’aime mais je préfère souffrir de son absence que de souffrir de sa présence et surtout de son désintérêt à mon égard. Merci d’avance de vos réponses

  33. Laeti 11/03/2017 at 16:16 - Reply

    Bonjour,

    Tout d’abord je tiens à vous remercier pour ce site et l’ensemble des témoignages, ils mon beaucoup aider et ce rien que par le fait de lire les témoignages de ces hommes et femmes qui sont addicts et ceux de partenaires qui vivent la même situation que moi. Ca fait énormément de bien.

    désolé pour mon commentaire d’y hier, quand je l’ai posté j’étais emprise d’un mélange d’émotions et à la limite du désespoir et je reconnaît qu’il est assez confus, en fait je ne sais pas par où commencer ( par le début vous allez me dire ☺), bon je me lance !

    Voilà, ça fait 17 ans et demi que je suis avec mon mari et nous avons 3 merveilleux enfants. Après quelques mois de relation son comportement à mon égard à commencer à changer et de façon assez radical pour en arriver à un désintéressement total, il ne me vois plus, je suis complètement transparente (comme je dis je fais partie des vieux meubles qu’on garde pas parcequ’on les aime bien mais juste par habitude).

    La première fois que je l’ai surpris à regarder un porno (il y a 17 ans), il m’a dit que c’était pour apprendre car il n’avait pas beaucoup d’expérience (3 femmes avant moi et comme il disait c’étaient des planches, couchées sur le dos à attendre qu’il ai fini et ce sens prendre vraiment part à l’acte), je lui ai dis qu’on pouvais regarder ensemble, il n’a pas voulu. Étant donné que moi même j’étais novice (il est le seul homme que j’ai eu que ce soit pour l’acte en lui même mais aussi tous les petits plaisirs connexes) et désireuse d’apprendre et me « perfectionner » en la matière, je lui ai proposé d’apprendre ensemble, ça met du piment et ça peu même être amusant,il n’a pas voulu, il me disait qu’il n’était pas porté sex.

    Les années passe, étant consciente qu’il y avait un problème, on en parlait régulièrement et tous ce que je pouvais lui proposer il le refusait. Lui il sait tout de moi, mes pensées les plus profondes, mes faiblesses, mes forces et même mes fantasmes du plus simple et réalisable au plus étoffé et non réalisable.
    Je suis une personne pour qui l’honnêteté est primordiale et je suis consciente que c’est même dans l’excès mais de mon point de vue l’honnêteté mène à la confiance, la confiance en l’autre mène au bien être d’être ensemble et le bien être mène au bonheur (plus facile à dire qu’à faire vous allez me dire ).

    Les années continuent à s’écouler, les discutions ne mènent à rien, les propositions d’aller voir un spécialiste ensemble ou lui tout seul le rebutent, il me délaisse de plus en plus, je me sens de plus en plus mal dans ma peau.

    Étant assez ouverte (car je l’aime, je sais qu’il m’aime même si j’en ai parfois doute), quand j’ai vu des photos sur l’ordi je lui ai dis que si c’était le fait d’avoir un support visuel qui lui procurait du désir et du plaisir je voulais bien prendre des photos de moi en tenue légère ou sans pour qu’il puisse se soulager, il a refusé j’en ai conclu que je n’etais pas assez belle et desireuse a ces yeux ( d’où estime de soi encore plus affaiblie). Quand je l’ai surpris en pleine masturbation un jour matin (colère, dispute, sentiment d’être trahie, humiliée, séparation d’un mois), il m’a promis qu’il allais aller voir un spécialiste pour savoir ce qui n’allais pas chez lui et une fois remit ensemble les belles paroles se sont vite envolé et même là, j’ai essayé, je lui ai dit que si c’était une stimulation manuelle qu’il avait besoin et bien que je ferais avec et je lui ai proposé de le lui faire moi, il a refusé.

    Mon mari refuse tout ce que je lui propose, que se soit des massages pour réapprendre le plaisir d’être touché par l’autre et le plaisir de toucher l’autre, la réalisation de ces fantasmes (là il me dit qu’il en a pas et je lui réponds que c’est pas normal, que tout le monde en a), le livre kamasutra (mais pas le modèle d’il y a 30 ans, un livre très ludique qui explique par exemple les petites choses pour sortir de la routine et bien d’autre chose).

    Quand on achète des tenues ensembles qui lui plaise, qu’il choisit là encore aucune réaction ni regard, ni intérêt … Rien. Ho si il lui est arrivé de se moquer de moi et de dire en rigolant « qu’est-ce-que tu as mis là  » et rebelote, humiliation, dégoût de soi etc….

    A l’extérieur il regarde des femmes d’une façon qu’il ne m’a jamais regardé moi, avec envie ( et hop humiliation pour moi), quand on fait l’amour ce qui est rare (le pire ça a été 1 ou 2 fois l’année aussi non une moyen de 5,6 fois l’an) il est comme absent, il a des difficultés ….. dans des moments difficile je lui ai déjà dit (excusez moi d’avance du terme assez cru) que je n’étais qu’un vide couilles occasionel, et oui c’est comme ca que je me decrit, c’est vraiment triste.

    Le plus dure c’est le mensonge et la manipulation psychologique. Quand il est pris sur le fait en premier lieu il nie puis il avoue à demi mot puis il miniminise puis il retourne la situation contre moi et puis il fini par me dire que c’est moi qui ne suis pas normale, que j’ai un problème, que je suis parano, folle etc…

    Pouvez-vous me dire en quoi c’est pas normal de toucher le sex de son mari, de vouloir être dans ces bras quand on regarde un film, de vouloir avoir de l’intimité avec lui avec ou sans sex, juste le plaisir de partager un moment ensemble ?

    Il y a trois semaines, j’ai découvert sur sa tablette des sites pornos mais pas juste quelques uns, plus de 200 (j’ai arrêté de compter), j’en ai noté une dizaine, j’ai effacé l’historique pour pas que mes enfants tombent dessus par mégarde mais aucun problème pour moi de lui mettre la preuve sous le nez car on retrouve les site visités dans les paramètres, je suis monté avec mon petit papier et la tablette et je lui ai dit « bon maintenant tu m’expliques « et là même processus que d’habitude mensonge, avoué à demi mot etc….. et bien sûr dispute.

    Maintenant il a pris rendez-vous avec une sexologue, il ou on y va mardi, hier, après lui avoir demandé s’ il voulait s’ en sortir pour lui avant tout et pas seulement pour me faire « plaisir », je lui ai montré votre site, c’est moi qui ai dû lire car il n’aime pas lire mais c’est pas grave car on a partagé ce moment de pleine conscience et de complicité ensemble et même si ça fait mal et bien ça fait du bien aussi. Il m’a dit que vos temoignages c’était lui a du 200 pourcents, il comprend le mal que ca lui engendrent et le mal qu’il me fait, il réalise la destruction de ces sites tant pour la personne qui vit dans le mensonge que pour sa partenaire et que pour la famille dans son ensemble ( nous et les enfants). Il a pleuré, j’ai pleuré, on va faire tout ce qu’il y a à faire ensemble même si pour le moment l’un comme l’autre on ne sais pas si on arrivera à surmonter cela, pour ma part vais-je réussir à réapprendre à lui faire confiance, vais-je réussir à passer outre ces 17 années de souffrance, vais-je réussir à tenir toute la durée de sa cure, vais-je surmonter les rechutes ? Je crois que pour réussir à faire celà pour lui, il faut avant tout que j’arrive à me reconstruire en tant que femme, retrouver de la confiance en moi et de l’estime de moi et ça je ne sais pas si j’y arriverais.

    Enfin, pour ce qui est de son ressentit, il vous l’expliquera certainement lui même car il m’a dit qu’il voulait partager avec vous, il m’a même dit qu’il se sentait libéré (ce sont c’est propre mot) que je soit au courant et que le fait d’en parler avec moi lui fait beaucoup de bien même s’ il y a de la souffrance et des pleures.

    On espère tous les deux avoir de vos nouvelles et des réactions car biensur je vais lui lire mon témoignage, je vous l’ai dit je partage tout avec mon mari

    Voilà c’est fini pour ce long et interminable échange.

    Merci d’avance à vous et courage à tout ce petit monde qui mérite tout simplement le bonheur pure et simple.

    • Véronique 14/03/2017 at 21:05 - Reply

      Bonsoir,
      Je vous félicite d’être aussi courageuse. je vis la même situation et je comprends ô combien vous avez besoin de soutien dans ce si difficile et éprouvant périple.
      Ne vous diminuez pas à ce point cela n’en vaut pas la peine. En tant que « femmes co-dépendantes » nous nous devons de nous rassurer sur le fait que nous sommes des personnes entières, nous sommes avant tout des Femmes, chacune avons notre beauté, notre charme, notre bonté, notre humour…
      Bien évidemment dans cette situation nous tombons de très haut, là on ne se sent plus désirées, sexy, charmeuse, c’est un phénomène qui nous enfonce encore plus dans la « totale perte de confiance en soi ». Mais je dis « stop », nous n’avons pas le droit de nous diminuer ainsi, ne le faites pas ! Bien sûr nous nous sentons trahies, salies, malmenées, nous subissons des violences psychologiques de nos hommes addicts. La boule dans le ventre, l’angoisse de se demander ce qui peut arriver dans le couple, le désarrois de constater que rien avance, que le bout du tunnel est très voire trop loin ! J’ai moi-même ces sensations, ces peurs, ces craintes d’être trompée, d’être encore plus salie, d’être complètement abandonnée, d’être invisible.
      Je conçois qu’il doit être vraiment difficile pour nos conjoint de nous dire « aide-moi », « je n’y arrive pas », « c’est plus fort que moi »…. mais l’avantage que vous avez Laeti (comme d’autres « chanceuses » je dirai) c’est que votre mari, conjoint, compagnon accepte tout d’abord d’en discuter avec vous, puis de consulter ensemble ou en individuel.
      Le principal c’est qu’il faut prendre conscience qu’un pas est déjà fait. Donc un pas vers de plus beaux jours. Comme l’explique Florent dans son livre, ce sera long, mais vous avez déjà gagné un bon point : vous consultez !
      Pour ma part, je n’en suis pas là, à mon grand regret – mon compagnon est toujours dans le déni, même si ses mensonges le trahissent de par son comportement, sa façon de s’exprimer, de se justifier parfois alors que je ne lui demande rien. Nous sommes séparés à la semaine et c’est d’autant plus compliqué de gérer un tel fléau qui a une emprise phénoménale pendant la semaine. je m’efforce tant bien que mal de communiquer avec lui, d’essayer de lui faire sortir ne serait-ce que quelques phrases, porter des mots sur ses maux, mais rien n’y fait :-(
      Je me suis complètement détruite ou plutôt je dirai « il m’a complètement détruite » ! Nous subissons moralement, psychologiquement mais physiquement aussi. J’en suis arrivée au stade de limite « agoraphobie » car toutes ces femmes que j’ai pu voir sur son ordinateur, ces photos de nudité soft, hot, hard, ces navigations sur ces sites si faciles d’accès, ces vidéos visionnées, je ne peux plus voir ces femmes (qui ne sont pas toutes aussi chaudes, provocantes, dénudées, assoiffées de sexe et heureusement) ; ça devient un véritable « nouveau » problème à gérer !
      Si vous n’avez pas encore lu le livre de Florent, lisez-le… je l’ai annoté, je l’ai avalé en une journée, je l’ai même envoyé à mon conjoint pour qu’il le lise, pour qu’il ait au moins une once de curiosité en l’ouvrant. Malheureusement, il a refusé – tout comme il refuse encore et toujours le dialogue à ce propos -. Cette lecture vous fera un bien « fou » car là vous comprendrez certaines choses, vous comprendrez que vous n’y êtes pour rien, que ce n’est pas question qu’il ne vous aime plus, que ce n’est pas le cas de ne plus vous trouver attirante, sexy, belle, désirable… vous comprendrez que par le visionnage, le tchat, la masturbation il ne cherche que combler un besoin. Je suis persuadée que nos maris souffrent énormément au fond d’eux du fait de ne plus avoir de relations sexuelles avec nous comme au premier jour, de ne plus avoir de vie de couple merveilleuse et pleine de joie comme au premier jour. Ils souffrent de ne plus avoir envie. Ils souffrent de devoir y retourner et d’emmagaziner moultes images pour se procurer du plaisir. Il souffrent de se replier sur eux-mêmes, de se défausser du monde réel, de s’écarter des êtres humains « normaux », de la famille, des amis…
      En aucun cas je me réjouis de ces faits, pas du tout. Mais force d’observer, de me documenter, d’aller chercher les conséquences sur la santé que procure ce trouble du comportement, de lire les témoignages ici, d’être suivie au CSAPA de ma ville, je comprends quelque part comment ils peuvent se sentir parfois.
      Un petit détail que je peux peut-être reprocher au livre de Florent c’est qu’il n’a pas écrit un petit chapitre sur ce que sa femme a pu ressentir dans toutes les phases de l’addiction. Son témoignage aurait pu nous être utile ne serait-ce pour nous encourager, nous « rassurer » et nous montrer quelle attitude elle a dû et pu adopter, s’est-elle effacée à certains moments, a-t’elle eu envie de tout laisser tomber et partir (comme nombreuses des femmes qui en témoignent ici), comment vit-elle aujourd’hui ce renouveau ? etc…
      Ne sachant que faire, car moi aussi j’ai douté de mes compétences amoureuses, d’amante… j’en étais arrivée à limite me « parer de dessous provocateurs », à provoquer mon compagnon pour limite me donner autant d’estime que ces femmes très/trop frivoles… et puis une prise de conscience m’a fait arrêter : je n’ai pas besoin de me déguiser, de jouer un rôle pour être désirable ! Bien entendu il est très difficile et humiliant de faire l’amour avec un homme qui finit par l’avoir « molle »…. parce qu’on étai habituées à autres choses, on avait du plaisir et il était naturel, tellement agréable et jouissif. Malgré en avoir discuté avec mon conjoint, même lui avoir expliqué ce que peuvent apporter ses dérapages sexuels du Net sur la dégradation de son physique, sexuel, psychique il reste dans le déni.
      Alors soyons fortes, nous sommes courageuses et ça, nous le savons déjà. Il nous faut encore de la patience. A la limite de la rupture, car mon compagnon préfère peut être mettre un terme à notre vie commune, peut-être pour m’éviter de souffrir encore et toujours face à son problème qu’il n’arrive pas à « guérir » ou encore surmonter et affronter… j’ai malgré tout encore de l’espoir… même au bout de tant d’années que je combats qui me semblent une éternité.
      Par contre ne lâchons rien ! Profitez Laeti du fait qu’il consulte, qu’il ait déjà franchi ce pas ; je pense que c’est un point très positif ; encouragez-le mais sachez que je vous encourage de mon côté.

      Pour en finir avec ce long courrier, je réponds donc à une question que m’avait posé en privé le psychologue (Dominique) : il a bien reçu le livre et non il n’a jamais voulu le lire ni même l’ouvrir. Donc rien avance.

      Bonne soirée à vous tous et toutes.
      Véronique

      • Laeti 16/03/2017 at 12:42 - Reply

        Bonjour Véronique,

        Un grand merci pour votre soutien, même si on est au plus bas cela fait vraiment chaud au coeur.

        De plus, quel courage vous avez d’avouer les problèmes de comportements liés aux dégâts psychologiques infligés par votre mari (agoraphobie), j’en ai été incapable lors de mon témoignage car j’ai eu peur que l’on me prenne pour une folle mais en vous lisant, je pense que sortir tous ça me fera du bien, même si j’ai peur du jugement.

        L’agoraphobie je connais vraiment bien, j’ai fini par me couper de toute vie sociale et depuis plus d’un an même de ma famille (parents, soeurs) et pourtant dieu sait que je les aiment plus que tout mais ils ont toujours su lire en moi alors je ne les vois plus toutes les semaines comme avant (il s’écoule plusieurs mois, et ce quand j’ai suffisamment d’énergie pour faire comme si tout allait bien) et je leur téléphone très rarement pourtant je pense tout les jours à eux.

        De plus ça fait plusieurs années que j’ai des problèmes de santé et là ca fait 4 ans que je suis cloisonné chez moi, ayant pour seul vie sociale les sorties pour aller voir les médecins et faire de temps en temps des courses, ce qui n’a pas du tout été bénéfique pour notre problème de couple et les ruminations du mal être que je ressens face à cette situation de couple.

        Le problème c’est que je ne me suis pas arrêté à l’agoraphobie. Il y a 2 ans j’ai fait une tentative de suicide suite à des tensions avec mon mari (toujours les même raisons que vous connaissez que trop bien). J’ai fait énormément de mal à ma famille et surtout mes enfants (mais même là je n’ai pas osez dire la vrai cause de cet acte, car je ressens énormément d’humiliation face à ce que je vis avec mon mari).

        Et il y a pire, je n’arrivais pas à me dire que ce que j’avais fait c’était une bêtise (et je n’y arrive toujours pas) donc les envies de mettre fin à mes jours sont toujours présentent et quand ça me prends je revois mes enfants ce jour là , la détresse dans leurs yeux, leurs pleurs et ce qu’ils mon dit et je n’arrive pas à passer à l’acte. Je suis donc tombée dans un autre travers, la scarification. Quand je dis qu’il m’a complètement détruite je n’exagère pas mais je l’aime et je sais qu’il m’aime.

        Depuis plusieurs mois je ne veux plus souffrir et surtout je ne veux plus que mes enfants souffrent, je suis suivie psychologiquement (mais je n’ai toujours pas dit à mon psy les vrais raisons à cela et je ne sais pas si je lui dirais un jour). Mon psy m’a fait passer le test de Rorschach, il en découle que je suis hypersensible ( ce qui n’aide pas).

        Mon but est de me reconstruire (si j’y arrive), c’est pour cela que je me demande si j’arriverais à tenir car pour pouvoir aider mon mari il faut que je sois mieux dans ma peau.

        Enfin, cela pour dire que je comprends mon mari, ses pulsions, étant donné que moi même je dois faire face au mienne. J’ai plusieurs combats à mener en même temps, me reconstruire, aider mon mari à se reconstruire, faire que mes enfants vivent dans un environnement serein et sois épanouis et sauver notre couple, en serais-je capable ?

        Je suis sûr que cela en vaut la peine mais comme on dit c’est toujours plus facile à dire qu’à faire.

        En tout cas j’espère de tout coeur que votre mari arrivera, aura le courage d’admettre son addiction et surtout d’en parler avec vous car comme vous dite c’est un bon début.

        La sexologue nous a dit qu’il y a un grand nombre de raisons qui fait qu’un homme regarde du porno et qu’il faut trouver le pourquoi du comment pour y remédier. Pour ce qui est de mon mari, elle a constaté qu’il avait un gros blocage affectif, que son manque d’intérêt pour moi n’était pas volontaire que c’est tout simplement qu’il ne sais pas comment faire. Il doit être suivi en individuel aussi. Donc voilà maintenant on va être suivi individuellement chacun et en plus on va suivre une thérapie de couple (on est devenu des assistés sur le plan psychologique, c’est fou quand même).

        En ce qui vous concerne, il est peut être possible que votre mari même s’il ne vous parle pas encore de tout cela, qu’il y réfléchisse, que ça le travaille, qu’il est perdu, qu’il ne sais ni quoi dire ni quoi faire, qu’il a honte et qu’il s’en veut. Son retrenchement est peut être une remise en question de ce qu’il est et de ce qu’il veut.

        En tout cas, vous êtes une femme qui fait preuve d’un grand courage et d’une force immense face à tout cela et vous avez entièrement raison quand vous dites qu’il ne faut pas se laisser démolir psychologiquement, qu’on est avant tout des femmes (et sous entendu qu’on doit le rester).

        Encore un immense merci pour votre soutien. Si vous me l’autorisez j’aimerais imprimer votre courrier pour pouvoir le relire aisément à chaque fois que j’en ressens le besoin (et je ne le montrerais à personne). Vous m’avez inspiré et vous me redonné de l’énergie et de l’espoir. Je vais me battre. Merci, merci et encore merci Véronique.

        Bonne journée et bon courage à tous

        • veronique 18/03/2017 at 17:40

          Bonjour Laetitia,
          C’est avec joie que je vous autorise à garder mes mots pliés dans votre poche afin de les sortir dès que vous en ressentirez le besoin. Et je permets à d’autres de le faire aussi.
          Votre réponse m’a quelque peu fait monter une petite larme à l’oeil. Je vous remercie de vos encouragements en ce qui concerne ma situation.

          Bien que dans un mal être quotidien, nous vivons toutes deux la même chose je me dois de vous donner quelques tuyaux : ne craignez pas le jugement auprès de votre thérapeute, que ce soit en individuel ou en couple, dites les raisons pour lesquelles vous avez tenté de vous supprimer. C’est son métier d’entendre le mal être d’une personne car elle va mal, ceci lui permettra ô combien d’avancer avec vous et que VOUS vous avanciez. Vous verrez le bien et le soulagement que vous ressentirez en mettant des mots, en avouant ce que vous ressentez et vivez. Même si vous en parlez devant votre mari, n’ayez aucune crainte, vous entendez des choses qui vous blessent dans sa thérapie, à oust de dire aussi ce qui blesse. Il aura une prise de conscience, une bonne claque dans la tête mais au moins vous serez soulagée vous verrez !

          Question famille et amis, reprenez contact avec eux, appelez les, allez les voir ! Nous vous Coupez plus des gens qui vous sont chers. On a tendance à se replier sur soi, à se plier aux comportement de son conjoint de peur qu’une fois le dos tourné il recommence, mais ZUT revivez pour vous. C’est ce que j’ai décidé de faire et rien qu’en une semaine je me sens déjà mieux !

          Je ne peux m eterniser aujourd ‘hui car j’ai beaucoup de choses à faire mais sachez que c’est avec grand plaisir que je vous lis et vous encourage.

          Bon week-end à tous

  34. RechercheSexualité 13/03/2017 at 21:04 - Reply

    Bonjour à tous !

    Je me permet de rédiger un commentaire ici car je fais actuellement un travail de recherche sur l’addiction à la sexualité en ligne dans le cadre de mon master de psychologie. La recherche a besoin d’avancer pour que l’addiction sexuelle en ligne soit reconnue ainsi, votre participation est précieuse. Que vous pensiez être addict ou non votre réponse nous sera d’une grande aide.
    Cette recherche est réservée aux personnes majeures, hommes et femmes. Toutes les réponses à ce questionnaires sont anonymes et il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. Ce questionnaire prend environs 10min !
    Merci à tous et n’hésitez pas à le partager autour de vous !

    https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfbcE4YjAGIDgf0xb_TyjZNiRLNkWl2j6ZFroc1snH2Hrd5vQ/viewform

  35. Mathieu 14/03/2017 at 22:06 - Reply

    Bonsoir tout le monde,
    je suis Mathieu, j’ai écrit un post il y a environ 6 mois, période à laquelle j’ai décidé d’accepter ma « porn-addiction », de me prendre en main et de commencer mon sevrage.
    Bilan à ce jour: le mot exact serait « mitigé »…
    6 mois alternant les périodes d’abstinence et de rechute, de sérénité et de mal-être, de satisfaction et de déception.
    A l’heure où j’écris ces mots, je ne traverse pas une très bonne période, il y 4 mois j’ai tout quitté (travail, amis, famille) pour rejoindre ma compagne dans une nouvelle région, et je pense que je commence à ressentir une certaine nostalgie, ce qui m’a mené à une nouvelle rechute depuis environ 15 jours.
    Durant ces 6 derniers mois, j’ai eu plusieurs petites rechutes ( ne dépassant pas 1 ou 2 jours ), précédées et suivies de périodes d’abstinence allant de 2 à 4 semaines.
    Mais aujourd’hui, j’ai l’impression de retomber dans anciens travers, où je consomme quotidiennement du porno et pratique par la même occasion la masturbation. J’ai du mal à repartir dans mon sevrage, je viens de tenir 4 jours et rechuter il y a quelques heures…
    Je recommence de nouveau à mentir à ma compagne ( à qui j’ai promis de la tenir informée de mes rechutes…), elle traverse une période stressante dans sa vie professionnelle et je n’ai pas envie d’en rajouter une couche!
    A vrai dire, je me sens un peu seul, je ne travaille pas régulièrement (intérim oblige!…) et je me retrouve souvent seul chez moi, avec rien d’autre en tête que des pulsions sexuelles. Il m’arrive de les maîtriser et de me contenir mais en ce moment le moral n’est pas au top et je suis plus enclin à me laisser aller en me disant que ça ira mieux demain; et demain, je recommence en me disant la même chose et cela fait plusieurs semaines que cela dure.
    Je n’avais pas revisionné du porno depuis 4 mois lorsque j’ai rechuté fin janvier, cette étape a été traumatisante sur le coup mais je m’en suis vite remis. Aujourd’hui, je visionne du X et me masturbe quasi quotidiennement depuis environs 2 semaines et j’ai du mal à remonter la pente.
    Je sais que ça ira mieux lorsque j’aurai retrouvé une stabilité professionnelle et que mon esprit sera davantage occupé à autre chose, je le sais car c’est ce qui m’a fait avancer depuis le début de mon sevrage il y a 6 mois: une vie active, des projets à réfléchir et à mettre en place, des moments de solitude à éviter….en gros occuper son esprit le plus possible afin d’éviter les pensées dérivantes!
    Je sais que c’est juste un moment à passer et que ça ira mieux dans quelques temps, je n’ai pas écrit ce témoignage pour me plaindre, ni pour demander de l’aide; je crois que j’ai simplement besoin d’en parler et de sortir un peu tout ce qui reste bloqué à l’intérieur. Quand les mots n’arrivent pas à sortir de la bouche, rien de mieux que le clavier azerty pour y remédier!
    J’espère ne pas vous avoir trop saouler, un grand bravo à tous les « dépendants » qui osent témoigner sur ce site, un immense bravo à toutes les femmes qui vivent avec des « dépendants » et un énorme merci à Florent pour son livre et son site!
    Gardez espoir et surtout continuez de persévérer ( ça sera mon conseil du jour! ^^)
    A bientôt!

  36. Yruama 01/04/2017 at 09:33 - Reply

    Bonjour à tous !

    J’ai visionné un reportage sur le monde et le marché de la pornographie réalisé par une ancienne actrice X et diffusé en janvier sur canal +. Bien réalisé, il traite de tous les travers du milieu, de l’aspect bien sombre de cet univers et le business qu’il y a derrière. Un tel reportage peut vous fournir bien des raisons d’arrêter le visionnage de la pornographie et vous aider dans votre cheminement anti-porno. Voici le lien pour voir le reportage : http://voirfilms.enstreaming.eu/pornocratie-nouvelles-multinationales-sexe-streaming-vf/

    Bon week-end.

    • Jean-Baptiste 18/08/2017 at 19:57 - Reply

      Le reportage publié par Yruama le 01/04/2017 est intéressant pour dénoncer ce marché plus que douteux. Toutefois, certaines scènes assez explicites pourraient choquer les personnes fragiles. Je le déconseillerais aux personnes dépendantes (ou désireuses de s’en défaire). En tout cas, il reste certainement beaucoup à faire pour éradiquer ce fléau et surtout protéger les plus jeunes et vulnérables.

  37. Anonyme 21/01/2018 at 23:01 - Reply

    Bonjour,

    Je voudrais vous parler de mon histoire personnelle. J’ai 25 ans et habite actuellement chez mes parents. Il y a peu j’ai fouillé dans l’ordinateur de mon père à cause d’une intuition. Je suis tombée, à ma grande stupeur, sur une immense collection de photos et vidéos pornos. Ce n’était pas quelques photos qui se battaient en duel c’était une véritable bibliothèque du porno. En regardant ces images avec horreur, j’ai eu un flashback: ce dossier, je l’avais déjà vu, par hasard, quand j’étais petite, dans les 8-9 ans. Toutes ces années, j’ai réussi à m’auto-persuader que ce que j’avais vu n’était pas réel (la force du subconscient…) et j’ai même vécu une adolescence toute à fait normale dans une famille aimante mais où l’amour entre les parents n’est plus.

    Par contre revoir ces images 15 ans plus tard (avec un dossier qui avait été updaté le jour-même) m’a fait un choc terrible. Et aujourd’hui je le vis terriblement mal. Je passe mes journées à pleurer en pensant que mon père est un pervers. Je ressens un véritable dégout envers lui que j’arrive de moins en moins à dissimuler. Ma mère me demande souvent pourquoi je suis méchante avec lui. Je ne lui en ai pas parlé, ni à mon grand frère. Et certainement pas à mon père. J’ai fait ce choix parce que je souhaite protéger ma famille, de peur qu’elle n’éclate. ET SURTOUT, je ne veux pas que ma mère et mon frère le regardent avec mes yeux. Le sexe a toujours été un sujet ultra tabou dans notre famille. C’est pourquoi en parler est au dessus de mes forces. J’ai trop peur de ce dialogue, et je ne veux pas qu’il sache que j’ai brisé son intimité. Parfois pourtant lors de disputes j’ai envie de le lui hurler ou d’en parler à ma famille mais je n’en fais rien. Je me suis donc condamnée à ne jamais en parler, à part à des amis de confiance, ce qui m’a fait un bien fou. Maintenant je tente de me reconstruire, avec ce secret tapis en moi, en me maudissant d’avoir consulté son ordinateur, même si au fond je l’ai toujours su. Mon véritable malheur a été de rentrer dans le bureau de mon père quand j’étais jeune et d’être tombée sur ces photos… J’aurais voulu ne jamais l’avoir su. Je pense que ça aurait changé beaucoup de choses.

    Aujourd’hui je me sens incapable de l’aider car je ne sais même pas s’il a conscience de son addiction, et s’il souhaite en sortir. Et pourtant je me demande s’il n’y a vraiment rien que je peux tenter?

    C’est ironique quand j’y pense. J’ai toujours cru que j’était une personne assez libérée, sans tabou, ouverte d’esprit. Mais là… Merci de m’avoir lu en tous cas. Ca me fait du bien étrangement de me confier sans filtre.

    • veronique 24/01/2018 at 09:32 - Reply

      Bonjour.
      Difficile de se trouver face à une réalité cachée depuis si longtemps. Comment vous diriger ?
      2 solutions s’ouvrent à vous : en parler directement tout en étant diplomate avec votre père (il est conseillé de ne pas brusquer l’interlocuteur, l e dependant), peut être aura toujours il un électrochoc – ou gardez ce secret qui vous mine et vous minera tjs. Sachez qu’il ne faut pas vous empêcher de vivre, nous faisons toutes cette erreur ! La consultation chez un professionnel peut aussi vous aider, moi je vous le conseil (préférence vers un psychiatre qu’un psychologue).
      Vous avez eu raison de vous livrer à des personnes de confiance, ne gardez pas tout pour vous et en vous. Courage.

    • def 29/06/2018 at 23:18 - Reply

      Bonjour,

      Peut être pourriez-vous lui envoyer par mail le lien du site stopporn ou des informations sur la dépendance au porno, cela lui fera peut être un déclic à court terme ou long terme. Vous pouvez créer une boîte mail anonyme si vous ne souhaitez pas qu’il découvre qui lui envoie ces informations souvent salutaires.
      Bon courage,

  38. ladegaillerie 10/02/2018 at 10:47 - Reply

    Bonjour,
    j’ai trouvé votre site parce que j’avais besoin d’aide . cela fait deux jours que je lis vos témoignages en pleurant et je me décide à vous écrire à mon tour . Je viens de comprendre que l’homme avec lequel je vis et que j’aime plus que tout est porno addict . Nos relations sexuelles se déteriorant peu à peu j’ai voulu comprendre , je lui ai posé des questions il a tout fait pour me rassurer avec des mensonges . Dans certains témoignages j’ai vu des femmes allaient dans l’historique de recherches de l’ordinateur de leur conjoint Alors je l’ai fait moi aussi , honteusement mais je l’ai fait ! Et patatras !! chaque fois que je suis au travail , il visite des dizaines de sites !! je suis effondrée , partagée entre l’ecoeurement et la douleur ! j’ai tellement cru que sa baisse de libido venait de moi …
    je lui en ai parlé , il a reconnu son addiction et m’a dit qu’il allait tout faire pour arrêter, il m’a dit aussi qu’il allait avoir besoin de moi ! je suis prete à l’aider tellement je l’aime et que je veux sauver notre belle histoire mais je suis terrifiée à l’idée que l’on puisse échouer et de ne pas savoir comment l’aider ….aidez moi si vous pouvez …

    • Veronique 12/02/2018 at 11:25 - Reply

      Bonjour,

      Je ne peux que compatir à votre situation, nous sommes passées par là nous aussi au début !
      Je vais vous conseiller un livre que je viens de terminer et qui vous aidera, vous, à comprendre certaines choses :
      SEXE SANS CONTROLE, Surmonter l’addiction – de Dr François-Xavier Poudat & Marthylle Lagadec – aux éditions Odile Jacob. 17€ et 250p qui vont vous permettre d’y voir clair dans le phénomène de l’addiction de vote mari, dans sa façon de penser et d’agir et comprendre certainement pourquoi il a mis le nez dans ce cercle vicieux !
      Je le conseille à toutes les femmes qui témoignent ici, lisez-le avant de vous détruire, avant de faire un choix… 3 années que je planche sur ce trouble de comportement problématique, en le lisant, j’ai compris encore plus de choses.
      Soyez forte, ne culpabilisez surtout pas, interdisez-vous de vous détruire c’est LUI qui a un problème pas VOUS !
      Le livre de Florent vous aidera également ainsi que le forum http://www.pronodependance.com & Thérapeute Addicto.
      Consultez immédiatement un CSAPA ou un ANPAA de votre ville afin d’être prise en charge (gratuitement) le plus tôt possible, car c’est une nécessité de vous faire suivre par un thérapeute vous aussi.
      Dans le cas d’une thérapie et dans le souhait de votre conjoint de se soigner, soyez intransigeante dans les buts et objectifs que vous mettrez en place au niveau de votre couple et votre sexualité à reconstruire, dites ce que vous n’accepterez pas, ne pliez pas de peur de le perdre ou de vouloir lui faire plaisir ! Soyez vigilante à ce qu’il mette vraiment en pratique sa guérison : elle doit être honnête et ne comporter aucun mensonge, prétexte. Vérifiez tout toujours et devant lui, montrez-lui que vous êtes là pour l’aider, car ils ont besoin de nous pour s’en sortir !
      Courage, je suis de tout coeur avec vous ;-)

  39. ladegaillerie 13/02/2018 at 05:56 - Reply

    Je vous remercie énormément pour vos conseils , se sentir comprise et soutenue est déjà un grand pas .

    • veronique 13/02/2018 at 21:44 - Reply

      Bonsoir,
      Vous n’en êtes qu’au début, le chemin va être long et on ne guérit pas à 100%, il restera des séquelles.
      J’ai omis de préciser que le livre que je vous conseille est une technique d’auto thérapie : votre mari trouvera des tests et exercices à réaliser pour faire un bilan de son addiction, prévoyez un cahier ou un journal de bord afin qu’il le remplisse et le suive. Ceci sera un début de prise en charge déjà mais une thérapie reste importante auprès d’un professionnel de la santé.
      Tout est expliqué dans le bouquin : phénomène déclencheur, rechutes, la place de la conjointe, les différents spécialistes, l à confiance en soi, les ressentis etc… livre vraiment complet et abordable pour tous vue sa simplicité.
      Si ce n’est soyez forte, patiente, ouverte à la communication, ne le jugez pas, n’entrez pas en conflit, comprenez (même si ça fait mal)… courage, je suis de tout coeur avec vous ; les 17€ en valent le coup

  40. Yvonna.a 06/04/2018 at 20:02 - Reply

    Au début je n’ai pas vu beaucoup de femme témoigner mais j’ai décider de le faire quand même en espérant trouver de l’aide. En effet je me masturbe depuis que j’ai 11 ans et j’en ai actuellement 18, j’ai longtemps chercher à m’en debarasser de cette addiction, à chaque fois que je la pratique je m’en degoute juste après, ce désir peut naître soudainement, je peut être couché et avoir envie de le faire, alors je m’aide de la pornographie, j’ai réellement envie d’arrêter, j’ai prié pour cel , j’ai demandé de l’aide à Dieu, je suis aller sur des sites qui pouvait m’aider à arrêter et j’ai suivis leur conseil, je peux ne pas le faire pendant 2 semaine maximum Et je rechute, j’ai tellement honte et je me dit que je ne pourrais jamais avoir de copain si ça continue… j’espère que vous pourriez m’aider

  41. Yoann 30/05/2018 at 17:08 - Reply

    Bonjour a tous yoan 26 ans je suis porno dépendant depuis maintenant 15 ans,15 ans à passer à côté de ma vie sans m’en rendre compte.je souhaiterais tout particulièrement remercier FLORENT BADOU pour se site ainsi que pour son livre,il m’aide énormément et ma fait prendre conscience de ma dépendance,merci également à toutes ces femme qui témoigne et qui m’ont montrer à quel point la douleur de ma compagne et imense. Cela fait 8 ans que je suis avec ma compagne 8 ans à la faire souffrir de la pire des manières qu’il soit avec cette addiction et pourtant elle est toujours à mes côté je me demande encore pourquoi?je me dégoute j’ai honte je suis furieux contre moi, furieux d’avoir était aussi faible d’avoir était égoïste.j’arrive pas a comprendre pourquoi j’ai pas réussi pendant ces 8 dernière années a me rendre compte de la gravité de mon addiction alors que je savais très bien que à chaque fois qu’elle le découvrais c’est comme si je lui enfoncer un couteau en plein coeur,je l’aime plus que tout je donnerai ma vie pour cette femme alors pourquoi sa n’a pas suffit ?? je sais même pas comment elle fait pour me regarder,me toucher,avoir des relations intimes,me tolérer. Elle est tellement meilleurs que moi elle ne mérite pas sa,je ne la mérite pas,j’ai songé à partir de moi même pour ne plus la faire souffrir de la sorte mais encore une fois je suis trop faible je peut pas me passé d’elle,elle est mon monde ma raison d’être.
    j’ai décidé de contacter la SCAPA pour qu’ils me viennent en aide en espèrent qu’il peuvent m’aider à traversé ses épreuves.
    J’ai fait mon premier rdv hier cela c’est plutôt bien passé,c’est dur de parler de se sujet quand on est de nature timide,quand on se devoile jamais,mais l’infirmier à su me m’être en confiance et j’ai tout déballer, en rentrant j’ai craqué je me suis effondré dans la voiture tellement ma haine et la souffrance que j’inflige à ma compagne et forte,plus jy pense et plus je me degoute,je ne me supporte plus je peut plus me regarder dans le miroire. J’espère que cela passera un jour.
    2ieme et 3ieme rdv semaine prochaine avec deux professionnelle différent pour établir un diagnostique et un plan de « bataille »,j’ai hâte d’avoir ces rendez vous je veux agir rapidement et retrouver une vie saine,montrer à ma compagne que je fait tout pour ne plus la faire souffrir avancer dans la vie et avoir des projets d’avenir. Merci pour se sites et merci à Florent.

  42. Jean 22/07/2018 at 17:01 - Reply

    Salut à tous, voilà comment j’ai fait pour limiter mon accès au porno de 95% sur mon smartphone : j’ai installé Kaspersky kids (appli de contrôle parental qui bloque tous les principaux sites) en demandant à un proche de me mettre un code connu de lui seul, (accordez tout les droits que l’appli demande pour que vous ne puissiez pas la désinstaller) puis j’ai modifier mon wifi avec opendns (ce qui bloque tout les mots-clés liés au porn) [tuto ici https://youtu.be/Z0-gsRoqaD8 ]
    et enfin j’ai installé AppLock en demandant à un proche de mettre un code pour verrouiller mon appli paramètres afin de ne pas pouvoir désactiver open dns.
    Voilà ça prend à peu près 10 minutes mais ça peut changer une vie, bon courage à tous.
    PS : pour votre pc c’est beaucoup plus dur de bloquer alors je vous conseille de le bazarder ou de le passer à un proche pour un moment.

  43. florian 01/08/2018 at 20:17 - Reply

    Je pense avoir besoin de le dire car je suis autant concerné que vous , pour le porno est une maladie , une maladie si puissante et redoutable. J’ai décidé depuis quelque jours d’arrêter définitivement le porno car sa ronge mon futur, mon couple , ma vie. J’ai décidé d’être radical en commençant à ne plus jamais mentir à ma femme, mon meilleur amis et à ma famille , je doit réglé mon mal être en demandant de l’aide même si cela doit avoir des conséquences dramatique. J’ai totalement arrêter les jeux vidéo car pour moi il y a forcément des personnages ou autre de sexe féminin surréaliste. j’ai arrêter les réseau sociaux qui pour moi était affecté par la pornographie, et surtout que mes seul vrai amis je les connais et parle déjà. j’ai décidé d’allez voir une sexologue et psychologue pour tous vider, de demandez des conseils des solutions pour arrêter tous ça Tous ça peux sembler radical mais je veux par détermination, retrouvé un amour propre , un esprit et des pensés saines, Me sentir LIBRE. Mais je redoute le pire, la rechute comme beaucoup d’entre vous , c’est pourquoi je m’éfforce a avoir une autre vision de la femme, en me disant que c’est une humaine , un être extraordinaire , que d’avoir de telle pensée a son égard est horrible , qu’une femme ne doit pas subir c’est pulsions animal. J’aimerais et jeux veux parler a une femme sans avoir des arrière pensé ni m’aime ressntir le besoins de la regarder qu’un un bout de viande. Mais tous cela est très dur chaque jours et un combat, je pense pouvoir m’en sortir car j’ai la chance d’avoir la meilleur femme que j’ai connu, doter d’une patience, d’une sincérité et d’un amour égal à la bonté de la vie que la nature à pu nous donner, de mon amis qui après avoir entendu toutes ces horreur que je vous témoigne, ma dit qu’il m’aidera et seras le plus disponible possible pour combattre ce calvaire.
    Je vous laisse lire ce texte que j’ai écris pour ma femme, c’est presque toute ma vie. j’aimerais savoir vos avis, car j’ai besoins de savoir si ce que je suis en train de réalisé et bien ou pas , si mes solutions sont bonne ( ma femme ma conseil certaine solution surtout celle de voir ce site.
    (je me sens si honteux d’avoir fait tout cela, et c’est ça ma plus grande difficulté à sortir de tous ce mal être..)

    Mon amour je doit t’expliquer,

    hier en début d’après midi j’ai eu une pulsion que je n’arrivais pas à controler, J’ai regarder des sites porno en commençant par plan cul périgueux, ( pourquoi ? Pour rien , je n’avez aucune envie de voir une autre fille ni hier ni jamais de ma vie) pourquoi j’ai tapé c’est absurdité? Je me sens perdu, démuni de ma propre psycologie. Mon passé me ronge, quand j’ai commencé a sortir avec mon père il m’a amené la première fois en boite dans une blackroom où des gens été gay, transexuelle, bi, nympho. Il m’ont littéralement influencer pendant toute cette nuit pour que je face un truc avec une fille, mon parler montrer et mon pousser a faire des choses pendant des heures que s’était normal alors que rien n’était normal, j’ai dù lécher la chantilly des seins jusqu’au vagin de la fille , j’ai du danser a poil, des gay mon déshabiller de force et on essayer de toucher mon pénis . Toute cette nuit ma traumatiser au fond de moi , et quand on est parti j’ai demandé a mon père si s’était normal, il m’aexpliquer que en gros que s’était normal.Je ne connaissais rien je venez de quittez anthéa d’une relation depuis 2ans , c’est là ou mon père m’a amener dans diverse endroit glock. Je savais pas si s’était normal ou pas de penser et agir de cette sorte, comme un enfant perdu dans sa majorité j’ai écoutez mon père. Cela a durer quelque années et pendant ces années j’ai vu des choses qu’au fond je trouver normal car je ne comprennais pas, j’était inconscient loins d’imaginer que la vie était autrement , alors ma vision de penser ses assombri , jusqu’au jours au j’ai trouver enola, je susi rester un an avec elle , on sorter quelque fois en discothèque a l’autre monde mais sans plus , pendant cette années là rien était normal de ce que j’avais vu avant d’être avec elle (de ce que mon père m’avez montrer ), Nous nous sommes quittez car je les tromper pour la première fois de ma vie car mon passé avec mon père m’a rattraper. Je me suis tellement senti mal après ça, je me suis retrouver seul sans amis , sans pote , sans quelqu’un a qui parlé pas même mon père que pour lui je devais revenir dans l’optique qui m’avez « enseigner » (vivre la vie de la même manière qu’après son divorce) . Sauf que je ne voulais pas redevenir comme ça , alors j’ai commencé a fumer vraiment beaucoup, mon frère un jours est venu avec de la cocaine et son pote qui lui fournissez , et de là je suis tombé dedans car je voulais au fond de moi me punir de ce que j’avais fait , je voulais oubliez ce que mon père m’a fait traversé , sa à durer des mois plus les semaines passez plus j’en prenez ,a ce moment là j’ai trouvé camille qui elle aussi est tombé dedans jusqu’au jour ou j’apellais son fournisseur directement pour en prendre avec elle .Un jour j’en est tellement pris que mon corp m’a donné un avertissement , j’était à la limite de l’overdose , mon battement de coeur s’accéléré et ralentissez d’un coup ,je pense que j’ai failli mourir car je senter plus de douleur ni rien d’ailleur , a ce jour j’avais plus de boulot , je rester cloitrer dans ma chambre avec cette substance. Un jour mon grand père est venu me voir et m’a parlé qu’il ne me voyait plus , que je le téléphoner plus , qu’il avait peur que je face des bétises , c’est pour cela qu’il a commencé a venir tous les mercredi , il m’a démontrer que la vie pouvait être belle. Mais j’avais tellement vu de chose mal , tellement fait de chose mal , que je ne savais plus quoi faire ni même de penser . J’ai quittez camille car je l’aimez pas au fond de moi , car elel est tombé a cause de moi dans ça .Jo est venu un soir et j’ai craquer je lui est dit que j’avait envie de mourir car ma vie était fichu , il a essayer par tous les moyens de m’empécher de faire une bétise , au moment ou il est partis en fin d’après midi je suis allez acheter une boite de somnifère puissant pour des personnes insomniac et j’ai avaler sur mon lit le 3/4 de la boite, je me suis endormis d’une telle vitesse que j’ai cru que s’était la fin , mais le matin a 5h00 je me suis réveiller en sursaut en sueur froide mon corp tremblé, ce jour la ma concience m’a parlé , mon corp ne voulais pas mourir , il voulais que j’arrete tous ça que la vie est magnifique , que l’amour n’est pas ce que mon père a pu m’apprendre . J’ai arrêter de prendre de la cocain de voir tous ces gens malsein même mon frère.Pendant plusieur semaine je me suis senti vraiment mal , cette cure que j’ai du faire seul était épouventable, j’avais des crise de colère de manque , je devenez violent a moi même (mon père était en bas et frenchement ignorer de ce que j’étais entrein de subir) plusieur moi passez jusqu’au jours ou j’était s’euvrer de cette cocain , j’ai alors commencé a chercher desespérement un boulot une vie normal . Et bathiste est arrivé je ne lui est jamais parlé de tous ça d’ailleur , jusqu’au jour ou je tes rencontré , a ce moment la j’avais juste réussi a arrété de prendre de la cocaine mais je n’avez pas régler le problèmes de cette séxualité que mon père m’avez influencer . Je suis tombé amoureux a peine une semaine avec toi , cette sensation que je n’avez pas connu depuis anthéa , mais cette amour était encore plus fort que tous , jamais j’ai cru un instant que sa allez être aussi dur de supassé ce cauchemar , ce cauchemar d’échoué a nouveaux d’être impuissant de moi même et de mes propre acte . J’ai mit 6 mois , 6 mois de réflection d’effort extrèmes pour changé ma mentalité de obsédé séxuelle , de ce que mon père a pu me faire subir , de la j’ai cru que j’avais réussi de changer ma vison de l’amour , que enfin je sais ce que s’était d’être heureux , mais au fil du temp avec toi je voyait que je faisait trop d’érreur dans un couple , que mon passé me ronger encore et encore comme si s’était la drogue la plus dur a s’en débarrasser , de ce fait j’ai fait tous mon possible pour devenir quelqu’un de presque parfait de t’écoutez et d’agir mais s’était plus compliqué d’arreté ma façon de penser que d’arreter n’importe quel drogue sur cette terre . Même après toute ces érreur tu est resté ce qui me donner tellement de force pour me surpassé , mais au bout deux deux ans j’ai vu que j’arriverai jamais tous seul . Au jours d’aujourd’hui je suis perdu , énormément triste de savoir que je peux te perdre , j’ai tellement honte de moi , que je suis devenu plus distant vis a vis de toi peur de te faire trop mal , peur de perdre la seul femme qui m’a écoutez qui est resté à mes coter en sachant que tu connaissait vaguement mon passé. Mais a ce jour grâce a toi j’ai réussis rayé définitivement tous ce que j’avait honte sauf une chose , ce que mon père m’a influencer tant d’année , l’amour. C’est pourquoi sans arrivé a me controler je surfer sur des sites porno , en tapant plan cul a périgueux ou vidéo de cul . Mais jamais je suis allez plus loin que des vidéo car au fond de moi , l’amour que je porte a ton égard est si forte que jamais je tromperais encore une fois . Mais mon seul problèmes qui ronge aujourd’hui notre couple qui l’affaibli est le fait que je regarde encore , c’est chose ignoble. Je ne pensez pas que sa allez être aussi dur. j’ai besoin d’aide car c’est maladif , j’y arrive pas , j’ai réussis a surpassé beaucoup chose je suis pas loin d’être une personne sain mais cette abomination me ronge jour après jour . Je t’aime tellement , tu ne peux pas imaginez comment mon amour pour toi est si forte , san toi je serais sans doute mort a leur qu’il est.

    Voila pourquoi aujourd’hui nous sommes un peu distant en quelque sorte , et sa me fait si mal de voir que j’échoue , que j’ai tellement peur de perdre la seul femme que j’aime d’un amour plus fort que l’envie de vivre sur cette terre .

    J’ai besoins de toi, de ta famille que je n’est jamais eu dans ma vie, j’ai besoin de ton aide et de ton amour le plus sincère .

    Je T’aime d’Amour avec un grand A.

    (je ne peux te dire ça a voix haute car je suis minable , et honteux d’avoir était aussi fragile et influenssable) ,

    Je t’aime d’une force incalculable , d’une force qui surpasse toute chose dans cette univers.

    Sans toi je ne suis rien.

    Si je devais faire un voeux , ses d’effacer tous ce que j’ai pu faire pendant ces années maléfique, et de vivre a tes côté pendant l’éternité.

    Je t’aime

Leave A Comment

Commentez, échangez, merci pour votre participation ! Restez cool et respectueux.
Votre commentaire est anonyme (votre adresse email ne sera pas publiée).