Pour qui arrêter le porno ?

/Pour qui arrêter le porno ?
Pour qui arrêter le porno ? 2017-12-29T20:04:58+00:00

Pour vous

Les premiers bénéfices du sevrage seront pour vous.

Un lion !La porno-dépendance est un esclavage, le sevrage en libère. Si vous n’avez pas de vie sexuelle active avec un partenaire et que vous vous dites : « Quand je serai en couple j’arrêterai, j’aurai alors une meilleure source d’épanouissement sexuel », vous avez tort et cherchez un moyen de vous rassurer. Une vie sexuelle active ne coupe pas la porno-dépendance !

Ensuite, la pornographie peut mener à des dérives graves comme la pédophilie ! Même si c’est certainement anecdotique, c’est pourtant une réalité : tous les consommateurs de pédopornographie sont d’abord passés par la case pornographie. On trouve sur Internet des photos d’adolescentes qui se dévoilent sans réfléchir (sensuelles sans être forcément pornos), des sections Teens sur les sites classés X. Ces images sont choquantes et font fantasmer sur la jeunesse. Certains s’arrêteront là, profondément choqués, d’autres continueront, par curiosité (comme les premières images pornographiques), par goût de l’interdit. Je ne généralise pas bien-sûr mais c’est une évolution possible et extrême de l’addiction :

« Il peut aussi y avoir des addicts qui ne sont pas des pervers à la base, mais qui glissent vers le délit. »
Marc Valleur, médecin-chef de l’hôpital Marmottan dans les Sex Addicts

Pour achever de vous en convaincre, écoutez cette émission sur un groupe de parole de pédophiles : l’ange bleu. Vers 35 minutes (et suivantes), le pédophile qui s’exprime a commencé comme ça.

Sur les docks – France culture

Vous gagnerez en liberté. Vous pourrez être seul chez vous sans forcément vous masturber. Pourquoi pas avec un accès Internet non filtré à terme. Vous gagnerez du temps et de la disponibilité intellectuelle pour faire des projets.

Test-etes-vous-porno-dependant


Pour votre partenaire

L’autre grand gagnant de votre sevrage sera votre partenaire. Vous serez plus agréable à vivre car vous serez fier de vous et libre ! Rempli d’estime de soi.

Ma vie de famille a souffert de ma dépendance dans le sens où je n’étais plus disponible, mais surtout parce que j’étais devenu invivable car très irritable, très dépressif et très malheureux. Parce que cette addiction entraîne une destruction de son estime de soi ! Comment avoir une bonne image de soi quand votre vie n’est plus qu’une succession de plaisirs dégradants suivie de frustrations puis de dégoût de soi ?
Paul B., Le nouvel Obs
Souffrance de coupleIl/elle sera considéré en vérité et sans arrière pensée. Si vous avez une vie sexuelle active, elle pâtit de votre addiction, vous cherchez à imiter des positions vues en vidéo, votre partenaire ne vous attire pas autant qu’elle le devrait… Tout cela va changer avec votre libération de la pornographie.

Enfin vous augmenterez grandement vos chances de lui faire échapper à l’adultère. Non pas que tous les pornos-dépendants tromperont leur femme (ou seront pédophiles) ! La pornographie se nourrit de la nouveauté et de l’interdit. Deux caractéristiques de l’adultère. Pour assouvir vos fantasmes, vous pourrez un jour ou l’autre passer à l’acte avec une nouvelle femme que vous consommerez comme vous consommez un média porno.

Le processus de sevrage fera potentiellement intervenir votre conjoint. Réussir à vous sevrer contribuera à resserrer vos liens et à développer le dialogue dans votre couple.


Pour vos enfants

Imaginez-vous, devant votre écran, pantalon baissé devant une vidéo de boules. Un de vos enfants vous surprend. Les boules justement non ? Où alors, ça peut être des échanges, trouvé sur l’ordi, des photos que vous y stockez, etc. C’est le premier point : ça la fout mal d’être surpris par ceux qu’on aime. Mais aussi, il faut pouvoir parler de sexualité simplement à ses enfants avant l’adolescence car après, les paroles des parents dans ce domaine sont comme de l’urine dans l’âme d’un violon. Pouvoir parler de ça sans tabou et sans gêne à ses enfants, c’est vraiment confortable !

Ado, mes parents avaient découvert que je me masturbais. Ils m’ont dit “c’est normal”, c’est bien. En fait, c’est parce que ma mère acceptait que mon père regarde du porno en se disant qu’il valait mieux qu’il le fasse en sa présence. Pourtant le porno n’était qu’un symptôme du fait que leur couple n’était pas au top…
Clément
Plus tard, une fois sevré, et si besoin, vous pourrez parler du porno à vos enfants en les regardant dans le blanc des yeux.


Pour les personnes derrière les images

Enfin, boycotter le porno, met un frein à petite échelle à l’industrie du X. Les hommes et les femmes sur vos écrans ne font pas toujours ça par choix. Les enfants sur les images pédopornos sont des victimes. Les femmes qui sont filmées en mode “amateur” le sont parfois à leur insu.


Pour aller plus loin

Avant j'étais accro au porno


Lion en peluche crédit photo BY NC ND

27 Comments

  1. Ced 11/12/2014 at 20:30 - Reply

    Bonsoir à tous, je suis supra dépendant aux pornos, c’est de pire en pire, j’essaye de lutter, je supprime mes pornos, je le re-télécharges, je passe des heures a chercher une vidéo, elles sont de plus en plus violentes, bref c’est un cercle infernal.

    Je suis célibataire, je souhaite pas pour le moment être en couple, j’aimerais arrêter définitivement toute cette merde qu’est le porno, je souhaite continuer la masturbation, mais moins souvent, mais j’aimerais avoir de l’aide, savoir si un autre support (photos érotique par exemple) pourrait être une alternative, bref si vous pouvez m’aider, j’en serait plus que ravis.

    • Florent 11/12/2014 at 22:36 - Reply

      Bonsoir Ced, merci pour tes commentaires. Je les valide en général le soir, ils n’apparaissent pas immédiatement ;)
      Continuer la masturbation, pourquoi pas mais c’est très, TRÈS difficile ! Il faut arriver à ne pas fantasmer, ne rien imaginer dans ta tête en même temps. Autant te dire que la solution de facilité c’est d’arrêter toute forme de support masturbatoire si vraiment tu n’arrives pas à te passer d’elle. Contrairement à ce qu’on croit, arrêter la masturbation est possible.
      Il faut aussi que tu te fasse aider par quelqu’un en chair et en os, une personne que tu peux voir et à qui tu peux parler. C’est super important.
      Je préconise aussi pour vivre de manière plus agréable d’installer des barrières sur ton ordi pour éviter le mode zombie qui télécharge du X.
      Tiens moi au courant ! ;)

    • Guillaume 05/02/2017 at 11:31 - Reply

      Je suis acutellement dependant en plein sevrage depuis vendredi. J etais en couple de puis que j ai 17, la j en ai 27.
      J aime teriblement ma copine et je cassé sa confiance a plusieurs reprise en allant sur des site de rencontres, mentant, etc. Sans aller au bout. Mes amis font n importe quoi aussi, ils mennent tous une double vie et du coup moi aussi.
      J ai ete en thailand avec eux dans des endroits festif ou finalement la morale nexiste plus vraiment… Je l ai quitter pour quelqu un que jz croyai aimer. En fait ce n etait pas de l amour, seulement une image que je trouvais jolie. Ensuite j ai demandé pardon a mon ex qui a acceoter de me reprendre en croyant le simple fait de se remetre allait tout arranger. 2 apres, mes connerie continue. Certes moins graves mais elles sont la. Et lundi ma copine est partie apres avoir decouvert les photo que je stockais des femmes que je voyais, meme celle que je n avais JAMAIS vues. J etait triste de ca, mais cela m a liberer d un poids de savoir quelle avait tout decouvert. Mais j etait triste et je ne voulais pas qu on se separe etc, en gros je voulais etre pardonné encore une fois.
      Apres avoir discuter de mon chagrin avec ma mere, j ai eu le besoin eternel de matter un boule. Et a la fin, j me suis dit : Et si la source de tous mes problemes ne venait pas de la?
      j en ai parler autour moi et c est la que je me suis appercu que personne n a pu me dire le contraire, si ce n est ceux qui sont pornodependant. Et nous sommes nombreux. Mon frere l a ete et ca l a detruit. Il a reussi a se sevrer en parlant de ca, en etant entourer et refaisai des activités pour remplacer l ennuie. C est TRES DUR CAR C EST UNE DROGUE. Il faut se reconstituer une vie saine. Et suivre le bon chemin, celui qui est de savoir ce que l on veut vraiment, savoir si ce que l on fait est bien ou mal. Savoir si l entourage dans lequel on vit est approprié ou non. Lorsque l on est droguer, on se rapproche des gens qui nous ressemble, pour s en sortir malheureusement il faut faire des choix. Mon frere, qui est tres cultivé, m a expliquer qu il y a deux mille an, il a ete ecris dans beaucoup de livre religieux que le corps humain est comme une maison rempli d anges et de demons. Si la maison est propre, les demons partirons d eux meme et ne chercheron jamais a rentrer dans que la maison est propre. Si parfois un demon arrive a rentrer il suffit de nettoyer a nouveau. Il faut suivre cette voix qui va vous pousser a resister a la pornogra. Parfois vous aller etre tenté, mais GARDER cette force en vous de ne pas le faire. Je viens de tout comprendre et je vais me battre pour me sevrer et essaye de recuperer ce que j ai perdu, ma copine. Je veux qu elle recupere quelqu un de bien, quelqu un qui ne se branle pas sur les autres.
      Tu sais mon sens une image ou un film c est pareil. Mais deja le fait que tu descende d un cran avec les images c est bien. Ensuite il faut que tu essaye de remplacer ce temps par une activité, musique, cuisine, tennis, ballade, ou pourquoi pas une copine.
      Tout ce que je veux c est que moi, ca m a detruit je sais mainetant que ca ne me detruira plus. Il m aura fallu deux ruptures et faire deux fois du mal a la personne que j aime pour mettre le doigt dessus.

  2. Ced 12/12/2014 at 12:50 - Reply

    Merci pour ta réponse et tes conseils Florent!
    Ton site et ton blog sont très utiles et très réussi.

    Le problème c’est que mon entourage sont soit en couple, soit regarde du porno (même peu mais ils en regardent), mais le problème c’est que, comme tu la bien dit, je fait parti de ceux qui même si pendant deux trois jours j’en regarde peu, je vais vouloir de nouveau en télécharger, consommer des vidéos a la pelle et avoir des envies de vidéos très hard.

    Les barrières le problème est que je vais les enlever forcement quand je vais être en manque, bref je vais approfondir les choses, lire en détail toutes les réponses apportés sur ton site, et voir ;-)

    Si il y’a des personnes dans la même situation que moi, j’ai une adresse mail : cedcourriel@outlook.fr

    A très vite

  3. pf 12/12/2014 at 21:54 - Reply

    La masturbation peut-elle mener à la depression ?

    • Florent 12/12/2014 at 22:01 - Reply

      Euh ??… comment dire ?
      Non.
      Par contre, la perte de contrôle, la perte de ses proches, de son travail, l’addiction, oui.

  4. fad 17/12/2014 at 06:53 - Reply

    Slt, je suis devenu accro à la pornographie et à la masturbation depuis maintenant une année! Au début, je considérais pas vraiment la chose au sérieux jusqu’à me rendre compte que ce truc a un impact sérieux sur mes relations avec les autres, sa me rend isolé et me fait me sentir vulnerable! Comme beaucoup, j’ai essayer de m’en passer mais je rechute a tout le temps! Aidez moi

    • Florent 17/12/2014 at 22:14 - Reply

      Salut Fad,
      Déjà, déculpabilise. Prends le temps de bien lire les articles du site. De te faire ta propre méthode pour t’en sortir. C’est possible d’arrêter, déjà, c’est bon de le savoir quand on a la tête dans le guidon.
      Courage.

  5. burrhus 19/01/2015 at 23:44 - Reply

    L’isolement peut se combatre aussi parl le partage de ses difficultés et de ses solutions. Deux forums spécialisés existent, regardez les liens que Florent à mis sur Stopporn.

  6. robert 27/01/2015 at 13:45 - Reply

    Salut!

    tout ça est très bien fait mais il y a des réponses que je ne trouve pas. Tu dis « Une vie sexuelle active ne coupe pas la porno-dépendance ! » Seulement pour moi c’est le cas, lorsque j’ai des copines ou des sex friends, je vis en général une vie très épanouie, moins déprimée moins solitaire, je suis ouvert aux gens et aux aventures. J’ai déjà réalisé que le porno était une mauvaise chose et bien diminué, ça reste un plaisir de noël. Le problème pour moi n’est pas tant la pornographie mais la masturbation. Le truc c’est que quand je fais l’amour, il y a un vrai partage, des émotions, quelque chose d’humain, de positif, une communication, je ne sais pas exactement quoi mais c’est quelque chose qui me donne de l’énergie, m’aide à vivre, me rend heureux. Au contraire, après une masturbation même sans porno, je me sens épuisé, mon corps est dans une mauvaise énergie, souvent ça me plonge dans la paresse et la déprime. Pourtant si ne fais aucun des deux, au bout d’un moment je pense tout le temps au sexe c’est insupportable, ça péjore mes rapports sociaux avec les filles parce que j’ai tellement envie d’elles que j’arrive pas à avoir de la conversation avec, parler d’intérêts commun, comme deux êtres humains. Du coup, dans les périodes solo qui peuvent être assez longue, depuis mon adolescence depuis que j’ai des hormones, je jongle entre les deux et ma vie est constamment affectée soit par la fatigue de la masturbation, soit par l’obsession et l’excitation qui déforment la réalité. J’ai cru comprendre que tu avais carrément arrêté la masturbation? Mais si on fait ça en solo, ça veut dire ne plus jamais se vider. du tout. J’ai l’impression que si je fais ça je vais juste devenir de plus en plus excité et obsédé. Y’a t-il un moment où ça se calme, où l’on est comme sevré, où l’on ne se vide plus ni par sexe ni par masturbation mais où le désir disparaît? Les seules autres solutions que je vois c’est demander le service de professionnelles à savoir des prostituées comme on dit. J’ai pris le temps de chercher et j’ai trouvé une ou deux filles qui font vraiment ça parce qu’elles aiment ça, avec qui j’ai un bon contact, une complicité et une certaine affection, ça m’aide vraiment de conserver ce partage humain, sensoriel et émotionnel, c’est ok une fois qu’on a accepté ce que c’est et qu’on fait pas semblant. Je me sens mieux moralement de faire ça, dans le sens où les deux partis savent à quoi on en est, plutôt que de draguer une meuf en boîte pour « tirer un coup », ce qui implique beaucoup plus de notions d’amour potentiel, de malentendus possible, de mensonge. seulement ce n’est pas la solution parfaite, parce que j’assume pas, socialement je pense que mes potes comprendraient pas du coup je le cache. Et puis ça coûte une blinde. Donc voilà je sais pas si t’as une autre solution pour tout ça. merci d’avance.

    • Florent 27/01/2015 at 19:31 - Reply

      Salut Robert,
      Tu mène une réflexion poussée sur toi même. Merci de la partager.
      En fait, pour arrêter la masturbation, le changement doit être vraiment profond. Lent à mettre en place et profond. Je comprends ce que tu veux dire quand tu dis que la masturbation te met KO. Il y en a (comme moi) que la masturbation ramène au porno. Je crois que c’est à chacun de placer le curseur. Les images mentales et les fantasmes qu’on veut s’interdire jouent beaucoup aussi.
      Une sexualité épanouie, c’est formidable. Le problème c’est la passion dévorante qui bouffe de l’intérieur je crois.
      Arrêter la masturbation n’est pas une fin en soi. Ce qui compte c’est la liberté. Les éjaculations nocturnes sont là pour évacuer. Par contre pour vider la tête, c’est là que le changement doit être profond. Pour quelqu’un avec une vie sexuelle active ou non.
      Le fait d’avoir une vie sexuelle avec des prostituée, bien que je ne cautionne pas, je suis d’accord avec le raisonnement de dire que ça évite le mensonge (à elle en tout cas). C’est autre chose pour quelqu’un déjà en couple !
      Voilà, je n’ai pas de solution miracle (ça se saurait si ça existait). Ce qui compte c’est de ne pas se mentir, de ne pas mentir aux autres et d’être libre et heureux.

  7. fredo 24/02/2015 at 17:13 - Reply

    Bonjoour,

    est ce que l’arret de la masturbation peut provoquer des symptomes de sevrages selon vous ? comme l’alcool par exemple

  8. Mumtriste 18/12/2015 at 22:29 - Reply

    Bonjour, depuis peu j’ai appris que mon fils était probablement addict au sexe notamment à des vidéos de masturbation. Je suis complètement démunie face à cette découverte et j.avoue que j.ai de la peine a y croire. Comment puis je l aider car je ne le sens pas bien dans sa vie et le trouve de plus en plus renfermé ? Merci de os conseils.

    • Florent 21/12/2015 at 09:09 - Reply

      Bonjour,
      Essayez de lire le site (et pourquoi pas, le livre) en détails et voyez ce que vous pouvez faire pour lui.
      Ça dépend de son âge. Ça dépend aussi de s’il vous en a parlé. Pourquoi ne pas lui installer un contrôle parental en parlant avec lui pour lui dire que c’est pour l’aider à moins passer de temps sur l’ordinateur.
      J’avoue ne pas avoir beaucoup d’expérience avec les ados et que c’est délicat. Je regrette juste que mes parents n’aient pas saisis la portée du problème quand ils s’en sont rendu compte à l’époque.

  9. JeBaGi 21/12/2015 at 05:22 - Reply

    Bonjour.

    Votre site et le commentaire de la maman et de son garçon me font réagir. Je repense à mon adolescence, à mes expérience, au temps présent et à nos modes sociétaux actuels. Il est très difficile pour un homme de ‘tirer son coup’. Il n’y a plus de bordels, la prostitution est punie par la loi et les femmes sont devenues plus libres et logiquement plus exigeantes (C’est un constat, je n’estime pas que c’était mieux avant; je constate donc halte au jugement de valeur).

    J’en veux pour preuve la popularisation de livres de séducteurs comme The Game de Neil Strauss et de films comme Hitch avec Will Smith qui témoignent de cet état de fait. Les hommes se remettent en cause et comme dans tout changement de paradigme, beaucoup galèrent pour s’adapter. Il y a les gagnants (les baiseurs au sens propre) et les perdants (les baisés au sens figuré xD). La concurrence devient rude et seule une minorité d’hommes parvient à faire l’amour à des femmes régulièrement. Et encore, je ne parle pas de ceux qui se mettent tellement la pression au moment des préliminaires qu’ils bandent mou les pauvres. Or des études tendent à prouver (et c’est aussi évoqué dans ce site) que ce besoin est généralement plus important chez l’homme que chez la femme pour des raisons essentiellement physiologiques mais aussi liées à l’évolution de nos mœurs.

    Faut-il s’étonner d’observer l’augmentation de la dépendance au porno? Faut-il être surpris de savoir qu’un grand nombre d’homme sont accro à la masturbation solitaire associée au X? Faut-il s’étonner du harcèlement des femmes par des ‘gros lourds’ quand ça dégénère pas en violences, en viols (rappel des récentes lois sur les agression sexuelles qui ont été modifiées). Que penser de la démocratisation des sex toys, des ‘canards’ et autres ‘vibro de sacs à main’? Pourquoi autant de mecs se retrouvent les weekends à peloter des petites roumaines à la Jonquera? Que dire ou croire concernant l’immense popularité de Jacky et Michel de nos jours?

    Vous proposez aux personnes dépendantes de stopper la pornographie/masturbation mais il s’agit bien souvent de se masturber pour combler un manque, oublier la solitude, d’atténuer un stress, de pouvoir profiter de l’effet de somnolence provoqué par la branlette pour pouvoir s’endormir vite et sans se retourner en ressassant le quotidien et les soucis qui nous attendent le lendemain.

    Je ne crois pas qu’il faille recommander aux gens de réfléchir à pourquoi arrêter le porno en les culpabilisant puis de dire se sevrer comme ça direct comme si l’on prendrait les bonnes résolutions de l’année. Le ‘problème’ est ailleurs. Pour moi le porno vient combler un manque et apaiser une tension bien présente dans la société. Le sexe ayant une place cruciale au sein de notre espèce car nous sommes (bien que plus malins) des animaux animés par le besoin, les pulsions et dépit de notre raison.

    Le porno c’est du sexe par procuration qui vient ‘combler le vide sexuel’ provoqué par le contexte actuel. Cela ne m’étonnerait pas qu’il y ait encore plus de violence si le porno devait être interdit par exemple. On pourrait se retrouver dans une situation similaire à l’Inde ou aux pays du Moyen Orient (l’ Arabie Saoudite est le pays ou le téléchargement de films X est le plus important) dans lesquels les viols collectifs et les violences à l’égard des femmes sont légions.

    Si tous les gars pouvaient aller faire leur affaire plus souvent et surtout aimer une femme, apprendre à la connaître, vivre avec elle dans un climat de confiance mutuelle et construire un projet de vie commun (gosses, famille, bagnole, la maison avec jardin, pas de crédit sur le dos, etc) alors le porno ne serait plus une drogue pour beaucoup.
    En attendant, la société (spécialement en France) est telle qu’elle est et dans ce contexte, le porno (comme peut l’être l’alcool et les stupéfiants) est devenu un tranquillisant ‘social’ qui maintient sous perfusion les groupes humains aux bord de la folie. Remarque mieux vaut regarder une bonne sexe tape de visionner Les Chti à Miami :p

    Voilà c’est mon avis.

    • Florent 21/12/2015 at 09:06 - Reply

      Bonjour,
      Merci pour ce commentaire. Je réagis à ce que vous écrivez car, non, je ne propose nulle part d’interdir le porno. Ce serait une fausse solution.

      Pour vous le porno vient combler un manque et apaiser une tension bien présente dans la société. Je suis d’accord avec vous, on cherche, avec le porno, à combler un manque. J’invite le lecteur de mon site (et de mon livre) à réfléchir sur ce manque. A savoir pourquoi il en arrive à ne pas se contrôler.

      Vous seriez surpris de voir combien de temps on arrive à se passer de sexe (en couple ou solitaire) quand on est bien dans ses pompes.
      Le problème majeur, c’est la perte de liberté.

      • Cappi 27/01/2016 at 18:55 - Reply

        Je suis d’accord avec vous. J’ai une expérience propre avec la pornographie. C’était à mes 17-18 ans…
        Au début ce ne fut qu’un film pour braver les interdits puis ils sont devenus très nombreux. Mais cela ne me suffisait pas, alors j’ai acheté des bandes dessinées au même contenu… puis des magazines, y compris des jeux sur ordinateur avec des images très suggestives.
        Il m’a fallu rencontrer ma femme pour que je comprenne que je n’allais pas bien. Qu’il me fallait faire un effort!
        Mais plus je luttais et plus la sortie me paraissait compliquée! Un peu comme une forme de sable mouvant qui m’entraînait vers le fond.
        Avec à chaque fois une immense culpabilité! Celle de n’être jamais assez fort!
        Aujourd’hui je souhaite vraiment m’en sortir… car c’est une drogue aux effets puissants.

  10. Jebagi 29/12/2015 at 03:43 - Reply

    Bonsoir,

    Merci de m’avoir lu. Non je ne vous accuse pas directement de vouloir interdire ça. J’évoque seulement les conséquences possibles qu’il y aurait à interdire légalement le porno de notre société par ex. Oui je suis d’accord, effectivement on peut se contrôler un minimum. L’ascèse existe depuis des millénaires et le shit est légal au Pays-Bas.

  11. Noel 07/01/2016 at 18:02 - Reply

    Bonjour
    Je suis en couple. Mon homme est accro au porno, a la masturbation même après nos rapports et pourtant nos rapports sont intenses et chat avec diverses femmes sur les réseaux sociaux. Comment une femme peut vivre avec cela?

    J’ai limpression que la grossesse a accentué ces états.

  12. Will 18/03/2016 at 21:34 - Reply

    Bnjr,je suis ado âgé de 17 ans je suis dans le cas de ceux qui regarder juste pas curiositer puis je suis tomber.je peut arreter le porno pendant des jours voir de mois mais je fini par retomber et ca me met en colère contre moi meme et de fois je me sens impure devant les autres j’essayais de toute le manière de m’en debarrasser je pas put(voir meme la parole de Dieu ) j aimerai vraiment qu’on m’aide Svp

  13. Will 18/03/2016 at 21:41 - Reply

    En plus malgré que je sais le méthode qu’il faut pour arrêté je pas le courage de le faire comme si n’avait peur d’arrêter le porno.besoin d’aide

  14. Jmc 22/06/2016 at 00:32 - Reply

    Bonjour Florent
    Merci de votre initiative et de vos mots pour d’écrire ces problèmes, j’en suis très touché.
    J’ai personnellement des difficultés qui rejoignent ce que vous décrivez mais qui prennent leur source dans une problématique différente : moi je suis tombé dans un cercle infernal de masturbation compulsive avec parfois (mais pas très fortement) consultation d’images pornographies homosexuelles. Je suis marié. Mais mon support mental est lié à l’homosexualité, que je refoule peut être. Mon problème est que je me suis construit un univers de fantasmes homosexuels qui viennent apaiser une frustration de ne pas avoir de lien masculin amical complice. La sexualité homosexuelle me repousse paradoxalement, je n’y trouve aucune tendresse, aucun respect alors que je rêve d’une complicité masculine simple, faite de tendresse vraie et non de convoitise sexuelle homosexuelle. La masturbation est le seul exutoire que j’ai trouvé pour l’instant pour apaiser des tensions violentes de manque de tendresse masculine.
    Voilà, ces difficultés sont différentes mais rejoignent votre combat. Par moments j’arrive à arrêter tout support fantasmatique homosexuel mais une grande tristesse et un grand manque de relations saines et tendres entre hommes finissent par me faire plonger dans un désespoir que seule la masturbation permet de masquer faussement.

    Je vous confie cela. Sans comparer les souffrances, j’ai l’impression que ça va être encore plus dur pour moi car vos solutions d’en parler se heurtent souvent à des incompréhensions encore plus grandes.

    Merci en tous cas. Je me sens proche de votre combat.

  15. Vanessa 30/10/2016 at 23:20 - Reply

    Bonsoir,
    Je tombe sur votre site par hasard (je cherchais des infos sur l’idée d’interdire la pornographie sur les smartphones et tablettes pour protéger nos gosses). Je me lance à féliciter tous ces messieurs qui essayent de se comprendre et d’être meilleurs, d’être libres et bien dans leur peau. C’est une démarche très honnête, à une époque où parler d’addiction du sex ou de la pornographie est encore taboue. Je suis une femme de 43 ans, née en 1973. Détail qui me semble important car je suis clairement témoin de l’évolution de la popularisation de la pornographie et des conséquences. La presque totalité des porno-addictives que j’ai rencontrés ont la trentaine et moins. Dans les années 80, nous tombions ados sur des fluide glacial, des revues de récits x, Emmanuelle et 9 semaines et demi. C’est à dire: beaucoup d’érotisme. La part imaginaire était intacte. Nous avions toute la vie devant nous pour apprendre à chaque étape de maturité, une nouvelle sexualité, de nouvelles expériences…
    Puis sont arrivés les téléphones roses…. et le journal du hard. C’était le début de la fin… A quel âge la pornographie est-elle entrée dans vos vies? Certainement très jeunes, entre 10 et 15 ans? Mes pauvres bébés….
    Enfin bref…. je suis fière de vous Messieurs. Le sexe n’est pas anodin. De peur que ce soit mal interprété, je n’ose pas dire ‘dangereux’. Je me contenterai donc de dire LE SEXE N’EST PAS ANODIN. J’ai eu la chance de l’apprendre à 20 ans, en côtoyant les prostituées. Ce sont elles les premières qui m’ont mise en garde contre l’addiction au sexe. Que ce soit réèl ou virtuel, la sexualité a un impact direct sur notre personnalité, et il est addictif. Les fantasmes ont un sens que nous nous devons de comprendre, sans les appliquer dès qu’ils frôlent la perversion ou la mal traitance. Par exemple, moi, les périodes de vie où j’ai été sans partenaire, il m’est arrivé au bout de 6 mois, pour compenser un vide immense, de commencer à fantasmer que je faisais l’amour avec plusieurs partenaires. Dieu merci j’ai vite compris le sens de ce fantasme et je ne suis jamais passer à l’acte ! Un autre exemple, le père de ma fille est addicte à la pornographie. Il avait la sale manie d’avoir besoin de m’insulter pour s’éclater. L’aspect systématique, donc banalisé, m’a profondément perturbée. J’en pleurais. Je me mets à la place de ces ados qui se construisent avec les codes du porno, bousillant leur imaginaire et les invitant à être des experts de la fessée, avant d’être des experts de l’amour. Je crois beaucoup en l’importance de parler de sexualité librement. Elle ne doit pas être un tabou. Par contre je crois aussi que la pudeur est une alliée nécessaire, et que rendre l’accès à la pornographie moins facile est un bien qu’il faut faire à nos enfants. Vive le sexe, mais attention! C’est un acte qui a des conséquences, parfois douloureuses et très perturbantes. Nous ne sommes jamais les mêmes après.
    Force à vous Messieurs. Vous êtes les meilleurs !

  16. Karen 07/12/2016 at 17:16 - Reply

    Je suis une femme qui vient de découvrir l’addiction au porno de mon conjoint. Il me disait toujours vouloir la « transparence » dans notre relation et qu’il n’aimait pas la « performance » et que le porno « ne l’intéressait pas, le dégoûtait ». Il me disait être très amoureux de moi et il est vrai que nous passions des moments ensemble forts plein de complicité et de tendresse et des relations sexuelles intenses. Malgré une relation équilibrée à priori, je découvre qu’il se masturbe devant des séquences pornos dès que j’ai le dos tourné. Cela a détruit notre couple, nos souvenirs et m’a lttérallement anéantie. Nous en avons parlé. Il ne voit pas la gravité et ne comprends pas que cela ait pu nuire à notre couple. Je lui ai demandé de consulter votre site. Merci à vous.

  17. Ly 19/02/2017 at 14:54 - Reply

    Bonjour,
    J’ai découvert il y a 4 jours que mon conjoint était  » porno-addict ». Je suis tombée sur des centaines de films notés par préférence et frequemment visionnés. Dans l’historique internet, j’ai pu constaté qu’il jouait aussi a des « jeux porno » (je ne savais meme pas que ça existait ! ) avec 1ere connection dès 6h30 le matin (moi jme leve a 7h) puis le midi, en rentrant du travail le soir, plusieurs fois dans la soirée et encore plus longtemps ou je nétais pas la ou les weekend.. Jai même découvert quil avait « acheté » 35 euros de points sur un jeu sexhansters je crois. Apparemment cela ferait une dizaine d’années (nous sommes ensemble depuis 9 ans) et visiblement ça s’est renforcé petit a petit.. Nous avons toujours eu des soucis dans notre vie sexuelle car il n’avait jamais envie et étais constamment en demande et frustrée. De plus lorsque nous avions un rapport il mavouait quil navait pas beaucoup de sensations et pas d’orgasme.. C’était très dur pour moi et j’ai tout tout essayé sans relache de trouver comment le satisfaire et pour quil me désire ! La que je l’ai découvert il est vraiment désolée, me dit quil est un gros con que je méritais pas ça et que je n’étais pas du tout responsable, que c’était uniquement lui le problème.. Ma 1ere réaction de la colère.. Beaucoup de colères ! Tous ces mensonges et cachoteries pendant toutes ces annees.. Acheter une maison et me faire des enfants sans même me parler de cette part de lui.. Javais limpression quil mavait comme piégée.. Ensuite jme suis sentie proche de lui parce que j’avais l’impression d’avoir percée son épaisse carapace (même si je n’aime pas du tout ce que j’y ai trouvé en dessous..). Et jme suis mise a me lever a 6h30 pour petit déjeuner avec lui, lui écrire de longues lettres a lire le midi en ventant ses qualités et la force de mes sentiments pour lui. Le soir jlui collé un loulou a doucher (le soir je moccupais souvent seul des enfants pendant qu’il était sur le PC et une fois les enfants couchés, visionnage d’un film l’un contre l’autre.. Mais hier aprem il ma avoué quil avait envie daller regarder des vidéos.. Jsavais pas trop comment réagir.. Jlui ai dit que jallais 30 min dans la chambre pour quil aille sur le PC mais quensuute on passait la soirée tranquile sans PC. Mais 30 min c’est long.. Très long.. Je pleurais toutes les larmes de mon corps et en avait la nausee.. Sortant de la chambre jai compris que la situation ne serait pas supportable pour moi.. Je lui ai dit que j’envisageais de partir.. Et puis ce matin j’ai lu votre livre.. D’une seule traite ! Et ça m’a fait un bien fou ! Ça a répondu a pas mal de mes interrogations et çam’a fait comprendre que je voulais faire partie de la catégorie des femmes « qui restent » et font tout pour aider l’homme qu’elles aiment à s’en sortir ! Jsuis déterminée car très amoureuse mais très inquiète aussi.. Vais je etre assez forte ? Sera til vraiment capable de sen sortir ? Si oui est ce quil ne restera pas des traces irréparables de toute façon.. Merci encore pour votre livre et jvais continuer a suivre attentivement vos articles et tous les témoignages ! Merci !

  18. Leonidas 25/04/2017 at 01:41 - Reply

    Bonjour,

    Il y a quelque chose qui me gêne dans votre site.

    Vous semblez oublier que le sexe est une activité aussi naturelle à l’homme que l’alimentation ou le sommeil.
    Ce n’est pas une histoire de « manque de volonté » ou de « temps perdu ». Sauf à considérer qu’avoir faim
    c’est un manque de volonté. Et prendre le temps d’un bon repas une perte de temps.

    L’homme a régulièrement besoin d’éjaculer et d’apaiser sa tension sexuelle. Généralement associée à des
    pensées, des fantasmes, des envies stimulées par la vue d’une femme dans la rue par exemple.

    Il peut soit le faire « à la va-vite », sans plaisir, pour s’en débarrasser. Comme quelqu’un qui avalerait
    en 10min un repas insipide, juste pour avoir ses calories quotidiennes. Ou il peut prendre du temps
    pour se faire plaisir. Comme on prend le temps de cuisiner un bon petit plat et de le déguster tranquillement.
    Sur ce point, il n’y a pas de norme pour moi. A chacun de déterminer l’équilibre qui lui convient le mieux.

    On peut très bien passer plusieurs heures à se masturber ou faire l’amour sans que ça cause des soucis
    pour ses études, son boulot ou ses relations sociales. Pour moi ce n’est vraiment pathologique que
    lorsqu’il y a des envies permanentes. Au point de devoir se masturber 10, 15 fois par jour.
    Et au point où rien en dehors du porno ne suscite plus de satisfaction ou de plaisir sexuel.
    Là oui faut consulter un sexologue.

    Au passage, c’est dommage que la masturbation soit si mal vue en couple.
    Et que des hommes ou des femmes soient obligées de se masturber avec honte et en vitesse comme
    des voleurs. Comme si ça revenait à tromper son conjoint. Ou que c’était forcément mauvais pour le couple.

    De plus si ça va mal sexuellement dans un couple, la consommation importante de porno n’est peut-être pas la cause
    mais plutôt la conséquence. La personne ayant du mal à être épanouie dans son couple, cherche un autre moyen
    de se satisfaire.

  19. Eric 11/07/2017 at 23:04 - Reply

    Bonsoir, c est après de nombreuses années « de pratique » que je realise que je suis porno dépendant. Les premières masturbations d adolescent,, les frustrations de mes precedents couples, les tromperies que j ai pu subir…etc…etc…je me réfugiais dans le porno les tchat afin de susciter un intérêt plus qu illusoire et forcément virtuel.
    Apres une rupture recente avec la femme de ma vie (que j ai eu le bonheur de croiser) j ai recherche quel mal pouvait bien m atteindre. j ai pris conscience du mal que je me fais et de l isolement psychologique que cela a entraîné chez moi la descente en fleche de l estime de moi de la confiance en moi l impression de constament prendre la mauvaise decision accentuée par nos desaccords qui devenaient de plus en plus frequents…. Au travail, dans ma relation amoureuse, avec mes enfants, ma famille. J ai plus que tout envie de la récupérer. Pour l équilibre qu elle m apporte pour la perfection de son âme pour retrouver notre complicite sexuelle notre complementarite evidente…J avais tellement de choses à faire pour faire évoluer notre relation mais m endormais, perdais toute motivation toute confiance en moi. Le pire fut à la perte de mon emploi en août dernier. Je suis tombé dans une déprime que j essayais de cacher à tout le monde. Notre relation a eu ses hauts ses bas comme toutes relations amoureuses et c est lors de ces phases basses que je me réfugiait excessivement dans le porno virtuel les tchat puis une fois dans la mise en pratique reelle qui m a quelque peu degoutee. A partir de la chaque fois que je me fesais prendre sur ces sites elle me pensait mettre en pratique physique. Beaucoup de masturbations en essayant de retrouver dans des videos une nana lui ressemblant. Mais cela ne me rassurait en rien et ne fesait qu accentuer mon sentiment d abandon d etre incapable d avancer d être à la hauteur de ses attentes. Puis nous recolions les morceaux avec les promesses de tout arreter mais les moindres contrarietes, les moindres réflexions désagréables quelles soient professionelles ou prive et je me renfermais , n arrivant pas à communiquer, tout en sachant que c est la seule personne à qui je pouvais parler de tout. Mais je n y parvenais pas.
    Cela fait aujourd hui un peu plus d un mois que je la supplie de me soutenir dans ma demarche de mieux etre, de mieux vivre, que j ai pris conscience de mon probleme psy et de cette dépendance qui me ronge et me mets aujourd hui au fond du trou. Je retrouve un emploi qui me demande énormément d attention mais je n y arrive pas je n ai qu elle en tete et qu un objectif c est me libérer de ce mal de tout ce qui fesait barrage à notre bonheur. Je rencontre un infirmier psy dans quelques jours afin de me diriger vers une thérapie. J ai envie de parler de ça (enfin) ne plus m enfermer seul avec mon mal être. Elle m a dit vouloir elle aussi le rencontrer pour lui parler de ces pratiques pour etre sûre que je ne transforme pas ma réalité. Mais je sais qu elle exagére et amplifie tout (merci docteur Google!) .maintenant elle se débine mais j irai seul…
    Je suis sûrement pas assez precis dans le sujet de ce site mais j ai tellement de mal à me confier à mettre les mots justes et l esprit tellement embrouillé ces derniers temps…. Le psy saura trouver les bonnes questions pour que je lâche tout pour qu il m amene à tout dire, du moins je l espère…. En tous cas pendant que j écris ce message mon esprit est ailleurs et ça me soulage un peu pour quelques minutes.

Leave A Comment

Commentez, échangez, merci pour votre participation ! Restez cool et respectueux.
Votre commentaire est anonyme (votre adresse email ne sera pas publiée).