Mon père regardait du porno sans arrêt

//Mon père regardait du porno sans arrêt

Je m’appelle Mickaël, j’ai 32 ans. Quand j’étais ado que mon père était accro à la pornographie.

J’ai découvert que mon père était accro à la pornographie

J’ai été vraiment dégoûté à l’adolescence quand j’ai découvert petit à petit que mon père était accro à la pornographie. Au départ j’ai trouvé curieux qu’il y ait un trafic de cassettes autour du magnétoscope puisqu’on ne regardait jamais de film.

Mon père restait souvent tard dans le salon télé et un soir en passant par hasard dans le couloir j’ai compris. J’ai fait demi-tour pour ne pas qu’il me voit, ça a vraiment été un choc. Un jour il m’a demandé de prendre un document dans sa mallette et je suis tombé sur une revue. Plus tard encore, je surfais sur internet et Google me suggérait des recherches que je n’avais jamais tapées.

Ça devenait angoissant, j’avais peur de découvrir un nouveau truc ou de le surprendre. Je l’ai vécu comme une trahison et une humiliation vis-à-vis de ma mère et vis-à-vis de moi-même et de mes frères et sœurs. J’avais l’impression qu’il préférait nous « bousiller » que d’arrêter sa pornographie.

En bradant sa propre intimité, j’avais le sentiment qu’il ne me respectait pas, qu’il m’éclaboussait aussi. Je découvrais des choses sur lui que je ne voulais pas savoir. L’image que j’avais de mon père s’est totalement écroulée. Je ne supportais pas cette situation, mais je ne voulais en parler à personne pour ne pas faire éclater la famille.

Ton site m’a aidé à le comprendre

J’ai quitté la maison à 18 ans pour les études et il m’a fallu plusieurs années pour que le mouvement de révolte intérieure s’apaise. Ces dernières années j’ai tendu quelques perches pour essayer d’en parler avec lui, mais il ne les a pas saisies. Aujourd’hui j’ai construit ma vie et j’ai réussi à prendre du recul par rapport à cette situation.

J’ai pu en parler récemment à quelques personnes de confiance et cela m’a beaucoup aidé. J’ai réussi à lui pardonner, même si cette épreuve laisse encore des traces et des blocages dans notre relation.

Ton site Florent m’a aidé à comprendre ce qui a pu arriver à mon père. Je suis convaincu que c’est un homme profondément bon, malheureusement pour lui et pour moi la pornographie l’a ligoté et aveuglé

3 Comments

  1. greco 27/06/2016 at 19:17 - Reply

    bonjour ,
    J’ai découvert que mon mari allait voir en mon absence des sites porno et, je ne vis plus depuis que j’ai découvert qu’il s’est inscrit dans un site porno avec photos de lui à l’appui.
    Il ne veut pas en parler et dit qu’il a fait une connerie et qu’il ne recommencera pas.
    Il ne veut pas aller voir un psy ou autre personne pour en parler.
    Nous allons bientôt nous séparer car je n’arrive pas à oublier son comportement et que surtout il refuse d’en parler.
    Merci de m’aider à y voir plus clair car je suis au bout du rouleau

  2. estevan 07/08/2016 at 01:09 - Reply

    bonjour je m’appelle Estevan. je regarde la pornographie depuis l’age de 12 ans et j’en ai actuellement 34. un jeune de très mauvaise moralité m’y a introduit quand j’était encore trop jeune. ayant grandit dans une culture ou la communication avec les parents n’est pas forte, je me suis trouvé obliger de porter toute cette charge tout pendant tout ce temps. aujourd’hui je suis conscient que je dois changé et j’en ai bien envi, mais j’y arrive pas. je trouve tellement difficile d’en parler autour de moi et je ne sais pas quoi faire. vos conseils me seront d’une grande aide. merci

  3. GREGOIRE 04/08/2017 at 18:49 - Reply

    Bonjour, je m appelle Stéphane et j’ai 32 ans actuellement. Mon père aussi était accro à la pornographie. Je l’ai découvert aussi avec stupéfaction. Je ne sais pas depuis combien de temps , je ne juge pas car moi aussi j’ai basculé dedans progressivement lors de mes « hautes études » et ai été par la suite addict-accro. Mes parents ne faisant plus l amour – leurs relations étaient plutôt froid et hostile. Pas vraiment de tendresse. Pas vraiment de temps à partager avec leurs enfants. Pas vraiment d’amis n’ont plus… J’étais légèrement autiste et mais parents ne le savait pas et ne l’on pas détecté – d’ailleurs aucun médecin ne l’avais détecté…(je l’ai découvert suite à un reportage à la télé sur le phénomène des têtes plates – pression constante sur la boite crânienne). Mes parents ont fais ce qu’ils pouvaient , je les aiment et ne les juge pas.
    J »ai été obnubilé par la réussite scolaire parce qu’on m’a dit qu’il fallait travailler dur pour « réussir » et « souffrir pour être beau »… Alors je n’ai fais que travaillé scolairement , puis un peu après vers 15 ans j’ai été addict à la cigarette et au jeux vidéos pour compenser…pour stimuler et avoir une sorte de récompense vers mon cerveau. Je n’avais pas de petite amie , j’avais un peu « peur » de mes émotions lorsque je regardait les filles trop longtemps dans les yeux. J’ai basculé lentement moi aussi vers la pornographie vers l’age de 17 ans. Progressivement en ayant « honte » et en me répétant que « c’est pas bien ». Puis trop de pression scolaire, trop d’hormones , trop d’énergie ; le corps se développe végétativement parlant durant la période de 15 à 21 ans , alors le besoin est toujours croissant et exponentiel.
    Mon manque de contrôle, mon inexpérience et mon désespoir sentimental m’ont poussé à en consommer plus (dans cette société de consommation ou tout est un produit – voir toutes les affiches marketing sur les murs…). En l’espace de 5 ans j’étais devenu un « Zombi » et de plus accro à la cigarette (et la mal « bouffe ») qui m’a rendu encore plus léthargique. J’étais en colère, mon entourage ne le savait pas – j’avais des problèmes de timidité et d’expression. J’avais le ventre en feu, un stress paralysant, une haine croissante envers la société et une honte culpabilisante tous les jours en allant travailler. Je me suis enfermé sur moi même. J’ai ensuite évidemment eu des problèmes d’érection – d’énergie vitale que je compassait par toujours plus de haine et de colère. J’ai arrêté en premier lieu la cigarette qui m’a fait comme un électro choc , je n’étais plus moi même – j’avais perdu le contrôle sur ma vie , je n’avais plus d’amis à 25 ans (j’étais devenu exécrable en permanence) et évidemment j’étais sous Prozac. Mais j’ai vite compris que j’étais brisé et encore accro. J’ai arrêté progressivement tout seul pendant 5ans car la souffrance physique et psychique était trop énorme. Durant 12-15 ans j’étais accro à la pornographie. Ma période de sevrage a été un Enfer dans le sens propre du terme, mon corps est déjà en quelque sorte en enfer et je sais que je vivrai l’enfer encore et encore. Je me lève le matin sans savoir pourquoi avec un corps détruit et en ayant des pensés suicidaires.Depuis je suis un homme brisé qui a compris trop tard que l’on rentre progressivement dans « l’ombre » et que l’on ne peux pas y réchapper sans séquelle.
    Par la suite, j’ai été voir 4 thérapeutes pour m’en sortir à l’age de 32 ans. Dans mon cas cela ne m’a pas servi – Mais cela aurait pu si j’en avais parlé à mon entourage ou même à ma famille plus tôt. IL FAUT EN PARLER LE PLUS TOT POSSIBLE SANS HONTE (des thérapies alternatives, des médicaments, des plantes médicinales peuvent enrayer, diminuer voire stopper les symptômes de manque et de récompense vers le cerveau humain) – Je ne me juge pas (comme je ne juge pas mon père) car je sais qu’une partie de moi même était quand même « volontaire » pour accéder et rester accro à autant de vidéos et de films. Cette addiction est le MAL ABSOLU , encore plus tabou que la drogue dure dans notre société. Elle détruit ABSOLUMENT TOUT sur son passage : les cerveaux, les cœurs, le corps et l’âme. ON PEUT EN MOURIR !!! Comme l’héroïne ou bien l’alcool – Plus tôt on en parle sans honte plus l’on a de chance de se sevrer et de s’en sortir. Chaque famille sur cette planète devrait en parler à table…PARLER DOIT ÊTRE LA PRIORITÉ ABSOLUE.

    Aujourd’hui je ne suis que l’ombre de moi même – je sais que j’ai été stupide au début et vraiment très lâche. J’ai vu pourtant tous les signes que « dieu » et les anges m’ont envoyé mais je n’y prêtais pas attention. J’ai été un vrai pécheur – un monstre – un démon ou pire encore. J’ai continué et j’ai complètement raté ma vie et détruit mon corps. Pourquoi n’en ai-je JAMAIS PARLE? Pourquoi personne ne l’a vu? Pourquoi j’ai continué? Je n’étais pas destiné à faire de hautes études, je l’ai compris aussi trot tard – j’étais dans l’ombre et l’orgueil sans aucune aide pour m’en sortir. J’ai demandé PARDON à dieu et je le fais chaque jour aujourd’hui – ma souffrance est irrévocable et éternelle – elle le sera à tout jamais.

    Je ne suis pas venu pour vous faire pitié, de la peine ou pour vous faire pleurer – je sais ce que j’ai fais c’est tout. Je réalise ce témoignage pour parler de ma vérité celle que j’ai vécu seul durant ma jeunesse et m’en libérer. On a tous besoin de se droguer à quelque chose pour vivre et continuer d’espérer. Parler de ces problèmes d’addiction (quel quelle soit jeu, drogue, sport, alcool…) à quelqu’un voire n’importe qui doit être la Priorité – NE PAS en parler est synonyme de MORT. Les gens qui n’ont pas ce genre de problème DOIVENT savoir les détecter et proposer d’en parler avec la personne ‘suspecte » , concernée (quel que soit son âge, son sexe ou sa race) est essentiel et peux sauver des vies , d’innombrables vies. La vie peut être belle, ensemble protégeons la tant qu’on le peux. La mienne est un enfer éternel.

    J’espère que mon témoignage pourra sauver des vies et être un lanceur d’alerte à votre entourage. Que dieu nous pardonne pour nos péchés, nos manques de foi et nos faiblesses. Parce que dieu est omnipotent, omniscient et SAIS toutes choses à chaque instant.

    S.

    PS. Pour soigner et guérir le corps physique de nombreuses thérapies existe : médicamentale, énergétique, ré-éducation et j’en passe – parler en le plus tôt possible, sortez de l’ombre le plus tôt possible – fuyez l’enfer le plus tôt possible avant qu’il ne soit trop tard.

Leave A Comment

Commentez, échangez, merci pour votre participation ! Restez cool et respectueux.
Votre commentaire est anonyme (votre adresse email ne sera pas publiée).