Parler de sa dépendance à la pornographie

/Parler de sa dépendance à la pornographie
Parler de sa dépendance à la pornographie 2017-12-29T20:14:45+00:00

Une caractéristique centrale de l’addiction est la perte de volonté. Ce qui signifie que la volonté est bien souvent largement impuissante au départ. Le Dr. William Lowenstein (addictologue et auteur de Ces dépendances qui nous gouvernent) définit l’addiction comme étant « une maladie dont les caractéristiques sont l’inefficacité de l’effort pour s’en sortir et la perte de la volonté ».

Il faut donc petit à petit redonner à la volonté la place de choix qui doit être la sienne.
Pour ça une aide extérieure n’est pas un luxe !

La technique qui m’a sauvé a consisté à mettre mon orgueil dans ma poche et à réguler ma consommation d’Internet très concrètement par un tiers. Car la volonté est éteinte par l’addiction à la pornographie. Cela permet de prendre de bonnes habitudes et de se détacher des mauvaises.

En fonction du degré d’addiction il peut-être utile, voire même indispensable d’aller consulter un spécialiste.
Voici différent types de personnes à qui s’adresser et pour quoi.

Un ami

Vous pouvez parler de votre addiction avec un bon ami. S’il n’est pas dépendant c’est mieux mais si il l’est, mieux vaut qu’il ait la volonté de s’en sortir aussi ! Evitez par exemple les cyber-copines tentatrices. Le plus souvent rien de bon à en tirer pour sortir de l’addiction

Un de mes potes m’avait promis de m’emmener au restau quand je serais tiré d’affaire. Cette perspective m’a amusé et motivé. Savoir que certains n’ont pas (ou plus) de problèmes sur ce point là m’a aidé à prendre conscience du caractère faisable du sevrage.
Samuel
Moi aussi, ça m’avait motivé de savoir que des potes vivaient sans porno et sans masturbation compulsive. Ça prouvait que c’était possible !

Le conjoint

Couple qui parleSi le climat de confiance et d’écoute est bon dans votre couple, je vous conseille vivement d’en parler avec votre partenaire. Personnellement c’est ce que j’ai fait. Elle m’a compris et écouté. Ça nous a soudé. Nous avions convenus que je lui disais dès que je regardais du porno. Au début ça a plutôt bien marché. Au bout d’un temps ça a été trop dur à porter pour elle. Grâce aux techniques que j’ai mis en place j’ai finalement pu m’en sortir sans lui en parler à chaque fois.

De la même manière, je lui dit dès que j’ai peur de me sentir attiré par telle ou telle minette. Ça aide à dédramatiser. Évidemment ça n’arrive pas tous les quatre matins !


Parce que tous n’ont pas forcement le luxe de pouvoir en parler avec des proches dans leur vie privée, voici donc d’autres personnes accessibles et qui peuvent prendre le relais.

Un professionnel

Il y a plusieurs types de « praticiens » que l’on peut voir : psychiatre (qui est un médecin spécialisé), psychologue (non médecin), psychothérapeute…

Chaque psy petit avoir une approche différente : l’un aura une méthode liée à la psychanalyse freudienne, un autre lié à la psychanalyse analytique, à la thérapie familiale, etc. renseignez-vous près de chez vous. On trouve aussi sur Internet des psysdes sexologues qui consultent par téléphone ou Skype. Il y a aussi partout en France des addictologues spécialisés dans les addictions.

Je n’ai pas trop de recul sur ma thérapie car j’ai commencé à voir une psy que depuis septembre dernier. Et je crois que je ne suis qu’au tout début de ma thérapie. Ce qui est certain c’est que cela me fait du bien. Je n’ai jamais autant avancé que depuis que j’ai ces rendez-vous qui reviennent chaque semaine.

DASA

3201752691_f6bf53fd04_zDASA France (Dépendants Affectifs et Sexuels Anonymes France) est une fraternité d’hommes et de femmes pratiquant le rétablissement selon le modèle établi par les Alcooliques Anonymes. Pour être membre de DASA il suffit d’avoir le désir de mettre fin à ses comportements de dépendance affective et/ou sexuelle. L’accès aux réunions est libre et gratuit. Il n’y a pas de cotisation ni de frais d’inscription à payer. Renseignez vous, il y en a sûrement près de chez vous. Si non, créez un groupe ! Les Alcooliques Anonymes ont fait leurs preuves, DASA aussi !

 

Un religieux

Si vous êtes croyant, une bonne idée peut être de rencontrer régulièrement un homme de religion : imam, prêtre, rabbin, moine ou bonze et qui sais-je encore… Mais ces rencontres doivent finir par atteindre des limites car on ne peut pas demander aux religieux d’être experts en tous les domaines, psychologie, théologie, sophrologie, sexologie, finances… Si ça peut vous aider en tous cas, n’hésitez pas.

Les forums

Il existe sur Internet des lieux d’échanges pour parler de sa dépendance avec d’autres hommes et femmes qui sont ou ont été dans la même situation (voir liens en pied de page).

Forum Dependance sexuelleLes forums présentent plusieurs intérêts :

  • ce sont des bases de données très riches sur le sujet puisque capitalisant des années de conversations, par toutes les approches possibles,
  • c’est aussi des « sites de rencontres saines » (même privées grâce à la messagerie privée intégrée), et beaucoup de conversations se font en off. C’est très important car la lutte contre l’addiction, c’est aussi la lutte dans les moments de solitude
  • l’entraide est personnalisée selon la personnalité de chacun.

Attention ceci-dit car pour  moi les forums peuvent être une aide pendant un petit temps. Mais si vous me demandez mon avis, je crois qu’on fini par tourner en rond. Rien ne vaut le contact humain, le vrai pour s’en sortir. Pas le virtuel.


En conclusion, je dirais que toutes ces approches sont complémentaires. Si vous décidez de partager sur votre addiction avec telle ou telle personne et que ça ne vous fait pas avancer, alors changez ! Variez les moyens, et ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier !

Pour aller plus loin

Avant j'étais accro au porno


Couple crédit photo BY NC SA
Canards crédit photo BY NC SA
Forums capture d’écran

57 Comments

  1. Alex 06/11/2014 at 12:31 - Reply

    A L’AIDE…A L’AIDE…A L’AIDE…ca fait 2 ans que me bats contre moi meme, mais apres des centaines de rechutes je perds espoir et la motivation n’y est plus….AIDEZ MOI SVP

    • lol 20/11/2014 at 13:15 - Reply

      Salut Alex! Je suis dans la même situation que toi. Ecris moi: alain.puig@outlook.fr

    • etienne 21/11/2014 at 17:30 - Reply

      Bonjour
      je suis également dans cette situation
      j avais réussi à arrêter 6 mois , en particulier la masturbation compulsive et les sites ; mais j’ai rechuté il y a quelques jours

      c’est vrai que ca isole , que c’est déprimant , qu l’on est moins efficace professionnellement,
      Avec ma femme ça se passe normalement , mais il est vrai que je n’ose en parler à personne

      A bientôt et merci pour ce site et ce forum

    • Ali 07/07/2015 at 01:05 - Reply

      Bonjour
      Et moi ca fait 28 ans que je me bats contre mois sans succes c est triste! Je veu pas vous decourager mais dure dure

      • Florent 07/07/2015 at 07:45 - Reply

        Salut Ali,

        Dur dur en effet, pourtant, ce qui compte c’est de te donner des moyens concrets et de pouvoir voir une amélioration, si minime soit-t-elle. Le problème réside dans le découragement.

        • Ali 07/07/2015 at 13:52

          Merci Florent

          ma rechute maintenant est au 1 ou 2 mois et je travaille la-dessous. mais surtout je n’ai personne avec qui je peux en parler.

      • Florent 07/07/2015 at 18:51 - Reply

        As-tu éclusé toutes les possibilités de http://stopporn.fr/en-parler/ ? Si tu n’as vraiment personne à qui parler, ne te bats pas d’abord contre le porno mais plutôt contre la solitude pour trouver de vrais amis !! Le porno déclinera progressivement.

    • Sandrine 23/02/2016 at 16:18 - Reply

      Si je peux me permettre un conseil:
      Ne te bats pas contre tes pulsions ou contre tes faiblesses. Ne te bats pas contre la pornographie. Le combat est perdu d’avance. Fixe tes yeux sur autre chose. Change ton hygiène de vie, améliore tes relations avec les gens de ton entourage. Change de combat. Tu vaincras le mal par le bien. Que Dieu t’éclaire ! Amicalement

  2. sylvain 11/12/2014 at 20:39 - Reply

    Il faut parler ! Je souscrit entièrement. Je suis rester silencieux de longues années je pensais toujours pouvoir m’en sortir tout seul, du coup je me trouvais toujours des excuses et le temps s’écoulait, perdu à jamais. La honte, la fierté, le déni, la peur de décevoir, tous ces sentiments je les ai éprouvés et ils m’ont empêché de parler. Si à l’époque j’avais pu avoir accès à un site comme celui-là, j’aurais sûrement pris conscience de ma situation. Un jour j’en ai parlé à un ami il m’a aidé bien au-delà de ce que je pouvais attendre d’un ami mais il habitait loin et je ne voyais pas d’amélioration. Par désespoir j’ai coupé contact. Grave erreur !! Sans son soutien ce fut la chute libre ! Il m’a fallut plus de deux ans pour comprendre que j’avais au contraire besoin de son aide et qu’il fallait que je parle à d’autres. Je l’ai fait j’en ai parlé à un autre ami, j’ai sollicité aussi l’aide de religieux de mon église qui se sont montrés pleins d’amour et fermes à la fois. Grâce à tout ça je tiens bon depuis un mois. J’ai aussi pris rendez-vous chez un psychiatre pour la semaine prochaine histoire de mettre toutes les chances de mon côté. Il faut parler ! Attention toutefois à bien choisir des personnes de confiance !

    • Florent 11/12/2014 at 22:40 - Reply

      Génial Sylvain. Merci pour cette validation de ta part. Je suis convaincu que seul, c’est impossible.

  3. bloy 29/12/2014 at 19:12 - Reply

    Cela fait tellement de temps que je suis dedans, que j’ai un peu de mal à imaginer en sortir…

    Après des années de timidité extrême, d’auto-sexualité avec revues et films, des années de séances psy m’ont permis de me sociabiliser un peu, et même si je ne me sentais pas de goût en la matière, j’ai trouvé progressivement que les saunas gays me permettaient d’avoir le plaisir sans l’épreuve de la séduction…

    Je suis finalement devenu (à moins que je l’ai toujours été) presqu’impuissant, utilisant des médocs pour avoir des érections fiables, et je ne peux pas du tout en parler à ma femme…

    Je me sens assez seul et minable, mais je ne suis même pas vraiment sûr de vouloir en sortir… Je me demande si cette addiction, qui me pousse aux mensonges, ne m’aide pas aussi un peu à survivre à des pulsions dépressives ou suicidaires…

    • Florent 29/12/2014 at 19:55 - Reply

      Moi, le simple fait de ne pas me contrôler me faisait me sentir encore plus minable… La fierté de moi-même et le contrôle retrouvé, ça n’a pas de prix ! Visiblement, ta psychothérapie t’a fait du bien, c’est déjà super positif. Faut voir le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein.
      Courage !

  4. Alex 10/02/2015 at 01:09 - Reply

    Salut, moi aussi, je suis un porno dépendant, je sais pas comment faire pour m’en sortir !!
    ça fait tellement longtemps que je suis dedans (depuis l’adolescence), et aujourd’hui je me rend compte que j’ai perdu beaucoup de chose et que j’aimerai vraiment en finir avec ça et vivre normalement.

    Aidez-moi s’il vous plaît !!!

    Si il y a des gens qui vivent dans la même ville que moi (j’habite sur Rennes), que je pourrai rencontrer pour échanger ça serai cool !!

    • Florent 10/02/2015 at 07:58 - Reply

      Salut Alex,
      Pour commencer ta démarche tranquillement et simplement, je te conseille de t’inscrire sur un forum. Ce n’est pas une solution miracle mais ça peut t’aider à prendre un peu de recul (du moins au début). Ensuite, de te poser et d’analyser ta vie au regard des conseils qui sont donné sur ce site ou sur orroz ou pornodependance.
      Ensuite, il n’y a pas de secret, il faut tâtonner, chercher des aides, des solutions.
      Tiens nous au courant.

    • Puig 15/02/2016 at 17:08 - Reply

      Alex, je suis de Rennes aussi. Je serais d’accord d’en parler avec toi…

  5. mell 22/03/2015 at 00:58 - Reply

    salut,… je suis venue ici pour regarder vite fait et je tiens a remercier. j’ai presque les larmes aux yeuxparce que j’ai beau etre uune fille et bah je suis aussi tomber dans la pornographie et je n’arrive pas a en sortir… pourtant j’ai essayer a de nommbreuses reprise mais rien. et j’ai peur d’en parler…

    • Florent 25/03/2015 at 22:59 - Reply

      Salut Mell,
      Merci pour ton message. Je suis content de pouvoir faire réagir à ce sujet. C’est possible d’en sortir. Sors de toi même, ne te concentres pas directement dessus, sinon tu ne verras que ça !
      Courage, tiens moi au courant.

    • Margot 16/06/2016 at 22:45 - Reply

      Salut mel moi aussi je suis aussi une fille et tomber dans cette addiction depuis que j’ai 18 ans peut etre… J’ai beau tout essayer pour arreter j’ai eu des periodes de haut et de bas et mm tres bas… La porno est une drogue ! J’en souffre enormement et si tu veux en parler en privé tu peux m’envoyer un mail mz080390@gmail.com je serai ravi d’echanger avec toi

  6. Luc 20/04/2015 at 18:01 - Reply

    Bonjour,

    Je suis dans la dépendance jusqu’au coup, avec des hauts et des bas, des grands moments d’abstinence puis d’immenses rechutes, comme maintenant, depuis de longues années et malgré ma fréquentation sérieuse de groupes d’entraide. En outre je me sens épuisé par mon travail. C’est donc pour établir un contact et un peu trouver de l’aide que j’écris sur ce site: je suis en quête de conseils, même momentanés.

    Merci d’avance de vos réactions.

    Luc

    • Florent 20/04/2015 at 18:14 - Reply

      Salut Luc !

      C’est formidable de faire de longues séries de sevrage. Arrêter n’est pas une fin en soi. La manière de percevoir la vie dans son ensemble est une des clés. Mais tu dois le savoir puisque tu fréquentes les groupes d’entraide. Le fatigue (du travail notamment) ne va pas t’aider.

      Si d’autres ont des conseils…
      N’hésitez pas.

  7. Landry 28/04/2015 at 01:36 - Reply

    Salut.
    J’ai passé l’après midi entier à regarder les commentaires des différents articles. C’est effarant de constater la souffrance, le désespoir, la solitude, la honte que la pornographie suscite dans la vie des hommes et même des femmes.

    Je hais la pornographie de tout mon coeur. Ironie du sort c’est un nom féminin. Si Pornographie était une femme en chaire et os, je serais le premier à la courtiser. Ne serait ce que pour goûter ses gâteries mirobolantes. Mais comme dans le conte de Hansel&Gretel, la maison de sucreries cachait une mégère cannibale. Le principe est le même.
    Je continue ma métaphore, Pornographie est une femme irrésistible. Elle ne refuse rien. Quand tu la cherches elle est toujours là…Mais elle est chronophage. Gourmande des faibles d’esprit. Et puis, ce qui me met en rogne c’est son sourire vainqueur quand, fatigué de vouloir lui résister, elle te pousse un de ces faux soupirs qui te vont déverser toute ton énergie.
    Finalement heureusement que la perfection n’existe pas. J’ai 21 ans et j’ai pas encore eu la chance d’avoir une copine. Pourtant je suis sûr que rien est plus beau, plus vrai que le regard entre deux êtres imparfaits. Le couple vu comme une union créant une seule chose, c’est peut être ça la perfection.

    Depuis cinq ans je suis un de ceux qui gâche leur jus nuit et jour. Cinq ans. J’aimerais tant blâmer mes camarades de collèges qui aujourd’hui ont une vie sociale et de couple tout à fait normal. Ça m’est totalement étranger. Ça fait peur en y pensant. 21 ans, sans copine, sans vie sociale. Serait ce ma faute ou c’est la faute à la pornographie ? Je crains que ce soit la mienne, bien que je ne contrôle pas cette addiction.
    J’ai lu des commentaires de personnes dépendantes depuis des dizaines d’années. J’ai lu des cinquantenaires être accro’. C’est juste incroyable. Mais moi je veux pas. Je refuse de ravir ma jeunesse pour un plaisir de 5 cinq secondes. Je la « deglinguerai » la Pornographie.

    Je souhaite courage à tous mes « frères » dans ce combat. Si il y a peut être quelque chose de positif dans cette addiction c’est SE BATTRE.
    Merci à stopporn d’exister et de soutenir des gens comme nous dont le silence et la honte nous retranche dans l’isolement.

    Amicalement, Landry

    • Luc 06/06/2015 at 19:14 - Reply

      Oui fais attention quand et parce que tu es jeune, ce qui est un très grande chance qui n’arrive qu’une fois… Je pense aussi avec Florent que la manière de « voir la vie » est aussi importante que le sevrage, en tout cas pour moi, mais là est précisément toute ma difficulté: je me sens bloqué, passablement dépressif et incapable d’imaginer « autre chose ». Donc tâche de ton côté de savoir et de faire ce qui compte vraiment pour toi sans avoir trop peur, car la pornographie est un leurre qui devient très vite un dangereux refuge.

  8. toub 10/08/2015 at 22:24 - Reply

    Bonsoir à tous,
    Je viens de découvrir ce site suite à un sentiment de désespoir que j’ai ressenti après l’acte. J’ai passé aux cribles tous les commentaires sur le sujet et ma fierté prend un gros coup quand je pense que je n’arrive pas à me défaire de cette besoin (limite naturel) de me masturber (excusez moi du terme) tous les 2 jours. Pourquoi 2 jours?à chaque fois que je fais l’acte, le jour suivant, je me fais la fausse illusion que je pourrai arreter. Ma fierté ainsi faussement retrouvée, le jour d’après je me dis que je serai capable de surmonter ce besoin;le problème, j’y pense tellement qu’arrivé chez moi, un faux besoin de regarder du porno naît et ainsi de suite…. J’ai vraiment du mal à m’imaginer arrêter un jour: je pense que ce sentiment de désespoir a peut-être eu le dessus mais j’aimerais tellement m’en débarrasser, me dire que j’ai le contrôle sur la chose.
    Merci pour ce site de partage. C’est la première fois que j’en parle et je peux vous dire que juste voir que je ne suis pas seul dans cette spirale et lire vos commentaires me fait un bien fou.
    Merci à vous tous pour votre aide.

  9. lol972 30/09/2015 at 04:54 - Reply

    Salut a tous moi cela doit faire plus de 6 ou 7 ans que j’ai ce problème. Je passe de phase de plus ou moins longue oú je n’ai pas ce comportement a des phases de rechute qui me déprime et prennent de mon temps.
    Je vis encore chez mes parents, je leurs en ai parler il y a quelques années, cela m’avais aidé. Mais j’ai rechuté et depuis j’ai honte de leur en reparler et de les décevoir a nouveau.

    Mais, j’ai quand même décidé d’entreprendre des changements pour diminuer ma consomation de pornographie et la masturbation ( je met mon smartphone dans une autre piece quand je suis seul dans ma chambre, j’ai commencé a faire du sport et j’ai mis en place un emploie du temps pour toujours être occupé a autre chose).

    J’essaye de me convaicre aussi d’en parler mais c’est vraiment très dur.
    Mais je ne désespere pas !
    Bon courage a tous ! Et merci pour ce site remplie de bon conseils.

  10. en parler 28/10/2015 at 13:45 - Reply

    ou pourrions-nous en parler? quel forum?

  11. Jules 09/12/2015 at 00:26 - Reply

    Bonjour,
    Je suis consommateur de porno depuis 9 ans environ. J’ai commencé à me masturber sans aucun support, puis avec des images, puis les vidéos. C’est pas une gêne dans ma vie je fais ça pck j’ai pas envie d’avoir des éjaculations nocturnes surtout. J’ai reconnais que j’ai une addiction puisque j’ai jamais coupé plus d’une semaine. Dans mon entourage, c’est qqch de normal hommes et femmes le font. J’ai commencé à me questionner pck je m’intéresse bcp au monde criminel et que c’est le crime organisé qui est souvent le bénéficiaire de notre consommation de x.
    C’est un milieu glauque les actrices deviennent souvent toxicomanes et puis pour notre cerveau c’est pas normal d’avoir accès à autant de chair à volonté, ça peut me detraquer moi ou les autres consommateurs si on limite pas. Donc j’ai mis des limites: pas de contenu que je ne pratiquerai pas en vrai (viol, bdsm,,,), pas de téléchargement, ne pas visionner de vidéos hors masturbation. J’ai recommencé la masturbation sans support, je viens de limiter le matin au réveil la masturbation et j’ai toujours 2 jours dans la semaine où je ne me masturbe pas. Je ne fixe pas à l’avance je décide la veille de ne rien faire ou un matin si j’ai pas l’érection matinale je sors directement du lit. Je ne fais que dans mon lit avec la tablette et jamais ailleurs.
    Je continue à me branler avec des films mais en respectant ces limites. Ma recherche c’est 10 mn max sur le site mais assez souvent bcp moins. Donc je suis pas intoxiqué par ça j’ai aucune honte à le faire mais je reconnais que je pourrais pas couper ça totalement, donc il y a addiction qd même.Mon objectif là ça serait de limiter moins de 4 visites de site x dans la semaine et 4 masturbations quand je suis célibataire comme maintenant.
    Très bon site au passage merci.

  12. alex 02/01/2016 at 20:34 - Reply

    j’ai une question a poser aux gens qui se marient en étant dépendant. Pouvez-vous arrêter en connaissant vos responsabilités, en ayant une femme ( ou un mari) a « disposition » ou c’est vraiment aussi coriace que ça ce porno de merde?
    ps: j’ai 19 ans et célibataire c’est pour ça que je pose la question.
    merci a celui ou ceux qui prendront la peine de me répondre.

    • Florent 03/01/2016 at 17:25 - Reply

      Salut,
      Oui, c’est vraiment coriace. Mais la chance que l’on a si son couple est cool c’est qu’on peut en parler avec une personne de proche.

  13. margot 03/01/2016 at 19:10 - Reply

    SVP y’a t’il quelqu’un qui peut m’aider ? Je suis désespérée… je me bats contre l’impossible depuis des années je n’en peux plus de cette addiction ! Je voudrais trouver de l’aide et arrêter…

    • Alex 09/05/2016 at 21:56 - Reply

      je ne pensais pas que les filles pouvaient avoir cette addiction

      • margot 12/05/2016 at 21:25 - Reply

        et pourtant…
        Je me sens terriblement seule… JE doute qu’il y ait d’autre filles ds ma situation….

  14. Faust 22/01/2016 at 20:31 - Reply

    Bonjour à tous…

    J’ai téléchargé plus de 300 vidéos X et je ne parle pas de photos… Je commence à saisir que mon comportement me coûte, que parfois je perds le contrôle de moi même car je désir de plus en plus. A tel point où je commence à passer des annonces pour rencontre sans lendemain, mais je franchit jamais le pas parce que la nana drrière son écran est trop « soft » pour moi. Je réalise peu à peu que je cherche un femme qui sexuellement parlant à la même vision hard que moi, et je sais que ce n’est pas ça l’amour, ni le sexe. Dans ma vie j’ai pris conscience que le porno a complètement biaisé ma vision des choses.

  15. Fift 25/01/2016 at 21:42 - Reply

    Bonjour Florent,

    Il y a quelques jours j’ai acheté ton livre et si je suis ici c’est pour suivre ton exemple et ta force d’optimisme. Malheureusement j’essaie de mettre en pratique certaine chose mais il y en une qui m’a fait défaut il y a quelques temps. J’ai décidé d’en parler à un ami mais, il l’a raconté m’a situation à tout le monde et les retours n’ont pas été positifs. Donc malheureusement aujourd’hui le fait de me confié à une personne me tracasse énormément, et comme je vois que c’est une démarche importante dans le sevrage je sais que je ne vais pas y arriver.

    De temps en temps je fais des rechutes mais je me bas a chaque fois pour ne pas resté pessimiste et laissé cette chose détruire m’a joie de vivre. 5 ans de combat et mon Energie s’épuise petit à petit. J’espère arriver à ton niveau un jour pour être encore plus à l’aise avec moi même si c’est possible……..
    En tout cas je sais pas ou je vais atterrir.

    Merci encore Florent et poursuit ton activité tu en aidera beaucoup qui emprunterons cette route.

    Bien chaleureusement.

    • Florent 04/02/2016 at 21:03 - Reply

      Bonjour Fift,
      Quand je dis d’en parler, c’est très délicat, j’en suis conscient. Choisir une personne qui soit aimante (ou au contraire détaché) et qui soit une tombe, est loin d’être facile !!
      Je ne suis pas sûr que l’ami en question puisse être compté dans le cercle de tes amis. Et puis les vrais amis sont rares. Je dirais qu’ils se compte sur les doigts d’une main.
      Faut être optimiste comme tu le dis.
      Plein de courage ! Hésite pas à laisser un commentaire sur Amazon, ça me fait toujours plaiz’

  16. Luciegarcia 23/02/2016 at 11:09 - Reply

    Bonjour Florent,
    Mon couple est peu à peu détruit par l’addiction de mon ami. Sites de rencontres et libertins, envoi de photos intimes, visionnage de vidéos porno, depuis 7ans que nous vivons ensemble cela n’a jamais cessé malgré mes colères et ma souffrance maintes fois exprimées. Et, cerise sur le gâteau voilà que son fils de 13 ans, que j’élève comme le mien, s’y met aussi! Mon ami pour sa part affirme faire ça pour « mater » sans passer à l’acte ni se masturber. L’adolescent, lui, a téléchargé sur tous les ordinateurs de la maison et sur plusieurs clés USB une vingtaine de films porno trash qu’il regarde 3 a 5 fois par semaine en se masturbant, à l’heure des devoirs, ou tôt le matin! Nous avons atterri chez le psychiatre, car en plus de porno le gamin vole, ment….voilà ma vie en ce moment. J’atteins le point de rupture. Et si je n’aborde pas le sujet avec mon compagnon lui n’en parle pas. Il ne lit même pas les mains que je lui envoie. Il a demandé pardon, nous avons un peu discuté, et c’est tout. Alors qu’il sait que je suis prêté à m’en aller en prenant mon enfant. Pourtant, je les aime, et j’ai pris en charge une lourde tâche en m’installant avec eux. Le handicap de son fils, une mère absente qui a abandonné ses enfants….que de douleur. Un froid a pris place dans mon cœur. Je ne le touche plus. Même lorsque je le vois malheureux. Je me suis endurcie de trop de désillusion. De trop de souffrance. Je ne pleure même plus. Je crois que nous avons atteint la fin de l’histoire. Nous allons perdre la famille que nous avons construit, nos trois enfants, notre maison. Tout ça pour du sexe virtuel. Car la confiance est totalement détruite. Comme je suis, moi détruite en tant que femme. En tant que corps. Je ne me vois même plus en tant que femme. Je ne sais même plus si, quand nous faisions l’amour, et nous le faisions plusieurs fois par semaine, c’est à moi qu’il pensait. Je suis l’autre. La compagne, je suis celle dont l’addiction détruit la vie alors qu’elle n’a rien demandé.

  17. Gany 15/06/2016 at 16:07 - Reply

    Bonjour,

    j’ai 30 ans, je suis en couple depuis une grosse dizaine d’année et même marié depuis 1 an. Depuis mon adolescence j’ai commencé à regarder de la pornographie d’abord avec des revues que je piquais dans les bureaux de tabac puis après avec internet tout s’est accéléré. Film après film, actrice après actrice, ma vie est devenue un enfer. Je vivais ma relation de couple à distance car elle et moi habitions alors à 500kms l’un de l’autre. Mon disque dur est devenu une vraie vidéothèque porno (300-400Go). Je classais par catégorie ou par actrice, je passais des après-midi voir des journées entières à parfaire ma collection. J’ai véritablement gâché des moments précieux et je me rends compte aujourd’hui de la chose. J’ai fait une grosse dépression suite au travail, puis parce qu’un beau jour, ma femme a fait sauter une soupape dont je n’imaginais même pas l’existence.

    Au sein du couple, on n’avait quasiment plus de relations sexuelles sans toutefois aller voir ailleurs. La fidélité (tactile) a toujours été au rendez-vous mais je me masturbais plusieurs fois par semaine, voir des fois plusieurs fois dans la même journée. Quand elle prétextait une fatigue ou quelque chose d’urgent à faire, j’allais sur mon ordinateur… et quand c’est elle qui venait me voir, je n’avais souvent pas envie de faire l’amour parce que je n’avais pas de désir aillant soulagé mes pulsions d’une manière peu satisfaisante (pornographie). Elle me reprochait de ne pas être passionné (un côté mécanique dans nos relations sexuelles), manque d’imagination, j’allais même jusqu’à ne pas réagir devant des tenues plus qu’explicites qu’elle achetait exprès pour moi, la blessant dans son amour propre sans m’en rendre compte. Je n’étais pas toujours là pour des moments où elle souhaitait ma présence et mon soutien, bref, je foutais tout en l’air à cause du porno.

    J’ai vraiment faillit perdre très gros. Le jour où ça a « pété » entre nous, j’ai tout déballé à ce sujet. J’ai fait des promesses que je tiens absolument à tenir car je suis véritablement amoureux de ma femme et je refuse de la perdre. J’ai commencé par supprimer l’intégralité du contenu que j’avais sur mon disque dur. Un vrai soulagement sur le coup mais je constate que mes envies de retourner sur les sites porno sont toujours là, juste sous la surface d’un océan vicieux qui m’aguiche depuis tant d’années. Quelques fois je regarde quelques secondes voir minutes des sites et après je m’en veux terriblement. Cependant, depuis qu’on en a parlé, que j’ai fait certains efforts de mon côté, quand nous faisons l’amour l’envie est vraiment là et je me rends compte du danger qu’est la pornographie pour tout le monde.

    J’en ai aussi parlé à mon meilleur ami qui a quelques soucis avec ça aussi (il me l’avait jamais dit) et du coup je me sens moins seul. Je vois une psychothérapeute qui m’aide à franchir un certain nombre de cap (pas que la pornographie, j’étais vraiment détruit dans beaucoup de domaine). Elle m’a conseillé d’en parler dans des groupes, et c’est du coup ce que je fais aujourd’hui. Je ne sais pas si quelqu’un va lire tout ça jusqu’au bout et donner suite à mon appel à l’aide. Je ne veux pas de rechute côté pornographie, je ne veux pas devenir asexué car j’adore ma femme et elle aime le sexe autant que moi. Il y a encore des moments où je pense ne pas assurer (j’éjacule trop vite et l’acte est donc décevant, ou alors mon cœur s’accélère de façon irrationnel à l’approche d’une possible relation sexuelle, un gros manque de confiance en moi m’habite et ces syndromes sont tous induits de l’addiction à la pornographie d’après ma psy).

    Ma femme et moi revenons tout juste d’un voyage ou nous avons fait le vide, où nous nous sommes recentré sur nous même et où notre vie de couple a été remise au premier plan (sans toutefois faire l’amour tous les jours, pour l’instant c’est plus de 1 à 3 fois par semaine mais j’imagine que c’est une fréquence raisonnable, je ne me rends pas bien compte des « normes »). Pendant notre voyage, nous nous sommes arrêté dans deux sex-shop où nous avons observé ensemble la lingerie, les accessoires. Nous avons acheter quelques petites choses assez soft pour attiser nos relations sexuelles, notamment les préliminaires. Je ne sais pas vraiment où j’en suis, ni si mes choix sont judicieux.

    Peut-être que d’autres personnes se reconnaissent dans mes propos, c’est pour cela qu’aujourd’hui j’ose écrire tout ça sans savoir si je fais bien de tout déballer comme ça. Je recherche des gens qui ont une expérience semblable à la mienne et qui sont prêt à en discuter. Tout ce que je sais et peux vous dire, c’est que j’ai des véritables objectifs pour m’en sortir, j’ai enfin compris LES dangers de l’addiction à la pornographie ET je ne veux pas perdre ma femme ! Je fais donc ça pour moi, mais pour elle aussi. Pour ceux qui sont réellement à la recherche d’une solution miracle, elle n’existe qu’en vous même et votre volonté de sortir de ce fléau. Gardez-vous toujours des choses à faire, un bon bouquin, une balade, du coloriage et du sport par exemple. Détournez votre besoin de pornographie par autre chose. Et si rechute il y a, acceptez vos imperfections, faites la paix avec vous-même. Procédez par étape, ralentissez la fréquence des vidéos ou de la masturbation au lieu de la stopper nette et être découragé par une rechute.
    Voilà voilà, les présentations sont faites. Biz ;)

    • Véronique 16/06/2016 at 22:23 - Reply

      Bonsoir,
      C’est déjà une très bonne chose que tu aies conscience du trouble, que tu aies déjà fait du « ménage » mais surtout que tu aies pris conscience que ta femme est très importante et que tu ne souhaites la perdre pour rien au monde ! Je te félicite pour ces « bons » points ;-) courage

  18. Margot 16/06/2016 at 22:46 - Reply

    Salut mel moi aussi je suis aussi une fille et tomber dans cette addiction depuis que j’ai 18 ans peut etre… J’ai beau tout essayer pour arreter j’ai eu des periodes de haut et de bas et mm tres bas… La porno est une drogue ! J’en souffre enormement et si tu veux en parler en privé tu peux m’envoyer un mail mz080390@gmail.com je serai ravi d’echanger avec toi

  19. Julien 11/07/2016 at 16:13 - Reply

    Salut,
    je suis dépendant à la porno depuis 15 ans. Je me décourage souvent car je pense prendre et avoir pris, durant mon cheminement vers la libération, de nombreux moyens. Le problème qui se pose pour moi c’est que j’arrive à contourner les filtres que l’on met sur le PC. Il y a en tout cas toujours une combine pour obtenir des images (clef usb que j’obtiens en demandant gentillement à un pote etc.) et donc l’informatique empêche, semble-t-il, la libération. Un principe de réalité : j’ai tout de même besoin du net pour communiquer, pour poster des mails (comme tous le monde ^^). J’avoue que je trouve ce problème parfois insoluble …

    • Stébastien 01/10/2016 at 13:20 - Reply

      Salut Julien,

      J’ai le meme problème que toi, j’ai déjà installé (il y a des années de ça) un logiciel qui m’empêchai d’accéder aux sites porno mais je craquais et le désinstallais tout simplement…je pense que pour s’en sortir il faut changer radicalement à l’intérieur….car le fait d’y aller est le signe d’une dépendance certes, mais aussi et surtout la conséquence d’autres problèmes parfois plus ancien et peut être d’une autre nature……..de nature spirituelle?

      • JULIEN 12/10/2016 at 14:54 - Reply

        Salut Sébastien,

        oui en prenant davantage de recul je crois que tu as raison sur le fond. Il faut faire ce que l’on peut pour mettre des barrières, même si celles-ci ne sont pas toujours efficaces, et puis à un moment donné faut avancer et changer de regard. Moi je n’ai plus mon pc portable mais seulement un pc fixe dans ma chambre et je m’en sors pour bosser même si ce n’est pas l’idéal. J’accède à internet dans un espace public pour lire mes mails. J’ai toujours un support (barrière que je n’ai pas mise) de type clef usb et ça me permet de transférer les dossiers de mon pc fixe vers l’extérieur (et oui faut bien envoyer des docs par mail ^^). Maintenant je ne veux plus me focaliser sur ces barrières à mettre à tout prix. De toute façon, aujourd’hui, quelque soit le lieu où l’on se trouve il y a un accès internet qui traine donc autant vivre avec, poser les barrières le plus possible mais sans trop se rigidifier… Bon courage à toi !

  20. Stébastien 22/08/2016 at 01:44 - Reply

    Bonjour à tous,

    J’ai 38 ans et je consomme « régulièrement » du porno depuis l’âge de 10 ans environ, cela a commencé par des images très soft de lingerie sur les catalogues de vente par correspondance…jusqu’aux films très violent et cru sans scénario sur les sites en ligne comme youporn et bien d’autre, encore plus décadent…

    J’ai eu des moments où j’ai réussis à limiter ma consommation mais il est vrai que chaque rechutes est décourageante et j’ai même l’impression des fois qu’aucun progrès n’a été fait…ma passion pour les femmes, la sexualité, le libertinage s’explique de plusieurs façon, une enfance difficile avec des humiliations à l’école, un père déserteur et violent, une mère dépressive…

    Je vais essayer d’évoquer certain points qui ne sont que le fruit de mon expérience personnelle, peut être que ça servira à d’autre…j’ai plus de questions que je n’ai de réponses malheureusement.

    Je fréquente le milieu libertin depuis 2008 environ et par intermittence, pour moi les clubs étaient des lieux que j’avais idéalisé…je pensai que j’allai y trouver des solutions à mes problèmes existentiel…

    Je ne blâme pas les clubs, ils ne sont que ce que les gens en font..mais je constate qu’il ne se passe à l’intérieur, que des choses vécu sous l’influence de la pornographie…parce que nous vivons dans une société pornographique ! Nous vivons dans un monde où tout est pub (même les films, les JT ect) et pour vendre la pornographie est un bon moyen…la frustration des gens issue de la difficulté qu’on les hommes et les femmes de se trouver un(e) partenaire fait qu’ils consomment encore plus (objets connectés, chaussures ect) donc à mon sens on peut dire que l’industrie pornographique « marche main dans la main » avec l’industrie de notre société de consommation, par des accointances que nous suspectons sans jamais faire le lien direct des différents intérêts car d’après moi,« tout est fait » pour que nous ne voyons pas la réalité d’un système qui asservit et qui prostitue..sans doute en toute légalité…

    Je haï la pornographie, premièrement parce que je ne peux pas m’en passer mais aussi parce que tout ce qui est derrière n’est qu’esclavage, prospérant sur la misère affective et sexuelle de la masse aveugle ( nous les consommateurs). Mais aussi parce quelle est le produit de ce système..elle en est la copie conforme, matérialisant ses vices, dans la marchandisation des individus..Aucune profondeur, aucune transcendance….

    Je pense donc que nous vivons dans une société pornographique qui favorise l’immaturité psychologique des individus (part l’abondance de plaisir, la satisfaction des moindre désirs et le fait que nous apprenons pas au enfants a vivre avec des frustrations, absences de limites clairement définie, l’attente, le travail, la conquête qui donne de la valeur aux choses..) de part la destruction de la structure traditionnelle de la famille: destruction du père (féminisation, répression de la moindre agressivité…) destruction de la mère (masculinisation, féminisme primaire ect) et donc famille monoparentale…comment grandir dans ces cas là ?

    La société pornographique qui donne une image dégradante de la femme (et de l’homme) toujours disponible, l’immaturité des gens qui sont incapable de résister à la frustration, une société de consommation où les relations hommes-femmes sont très compliqué…les technologies avancent dans l’optique d’un consommateur toujours plus connecté…on peut facilement s’imaginer que bientôt les gens ne sortirons plus de chez eux avec des machines sexuelle connecté, qui connaitrons tout nos phantasmes…il sera plus facile de satisfaire nos besoin sexuel sur le net que d’affronter la réalité d’hommes et de femmes qui sont en perpétuelle compétition…

    Alors comment y remédier ? Retour au naturel…aux spiritualités…

    Ce qui m’aide énormément c’est d’apprendre à sortir de chez moi pour aller vers les autres…mais aussi plus concrètement, vers les femmes…j’ai pris conscience que je ne savais pas aller vers une femme que je trouve jolie et lui avouer mon désir…c’est essentiel !!!

    Il existe des cours de séduction, des coach qui vous apprennent comment vous comporter dans les relation de séduction comme un psy comportementaliste vous expliquerai comment faire dans tel ou tel situation social…aller sur le net et regarder des vidéo de séduction m’a permis de faire des progrès…

    Retour à la nature, à la simplicité, manger plus sainement, la spiritualité, apprendre à devenir un homme en assumant son désir devant une femme..en sommes, grandir…

  21. Thérapeute Addicto 07/09/2016 at 01:43 - Reply

    Bonjour. Thérapeute spécialisé dans l’accompagnement de la dépendance comportementale et la codépendance, je propose mes services, de façon complémentaire à ce forum. Pour les dépendants, et pour les codeps donc.

    N’hésitez pas à m’écrire pour en parler et voir si je peux vous proposer un accompagnement.

    Je suis à Paris, peut-être peut-on envisager un accompagnement par skype pour les personnes désireuses mais éloignées.
    A bientôt.

    therapeute.addicto@gmail.com

  22. Veronique 30/09/2016 at 15:11 - Reply

    Bonjour,

    Je viens d’écrire à thérapeute Addicto pour poser une question mais je souhaite vous la poser à vous, Florent, et aux personnes qui souffrent de l’addiction au cybersex également afin d’être éclairée :

    – comment présenter votre livre à son conjoint quand il sait qu’il a ce problème comportemental, qu’on a essayé d’en discuter tous les deux à plusieurs reprises sans trouver de dénouement positif pour la « guérison », qu’il refuse mon aide ou tout aide, qu’il est extrêmement imprégné par ce besoin virtuel ?

    = sachant qu’il part à la semaine dans une ville voisine en location meublée, qu’il ne rentre que les week-ends et que je reste à la maison

    Je vous remercie si vous pouvez me répondre, amicalement
    Et je serai éventuellement intéressée pour rencontrer des personnes ayant souffert de cette addiction, qui ont réussi à s’en sortir ou presque pour en discuter, comprendre même si j’ai étudié ce trouble en long, large et en travers ; je suis sur Angoulême, merci

    • Florent 30/09/2016 at 20:03 - Reply

      Bonjour Véronique.
      Pour le livre, le mieux serait peut-être que tu lui fasse envoyer dans son meublé avec un petit mot gentil. C’est parfois plus facile par écrit que de vive voix pour ce genre de chose.
      Tiens nous au courant.

      • Véronique 04/10/2016 at 12:52 - Reply

        Bonjour Florent,
        Merci, c’est chose faite… je vous tiendrai au courant de ce qu’il en découle.
        Amicalement

      • Véronique 11/11/2016 at 17:12 - Reply

        Bonjour Florent,

        C’est chose faite, mon compagnon a le livre.
        Complètement, totalement, irrémédiablement fermé à toute communication quelle qu’elle soit, le livre croupit dans un coin de l’appartement près des toiles d’araignées. J’en suis très profondément désolée.
        Je lui ai écri une lettre que je lui ai remise lundi, 6 pages pour parler de la situation, où j’ai évacué pour ma part l’enfer quotidien que l’addiction procure à la conjointe (mensonges, ne se lave plus le week-end, pétage de plomb à la même époque comme l’année dernière, aucune motivation, plus de conversation, repli total, un zombie comme dans votre livre) … conséquence, il préfère la fuite ou plus précisément rompre malgré les sentiments qu’il a pour moi (pourtant dits la semaine auparavant). La bague est restée sur le chevet avant son départ pour la semaine au travail, il s’est remis « célibataire » sur le compte facebook, surfe encore plus sur les sites et se donne encore plus aux masturbations, webcams avec vieilles, jeunes, rondes, minces, belles, pas belles et j’en passe jusqu’à des heures pas possibles, négligence totale !
        Je suis dans une impasse… profondément meurtrie… impuissante face à cette situation… il ne me reste plus qu’à attendre qu’il lui arrive quelque chose de grave pour qu’enfin les institutions le prennent en charge car je n’ai aucun pouvoir d’agir face à tout cela, je ne peux même pas le faire hospitaliser de force. Malheureux d’en arriver à attendre le pire du pire (une tentative de suicide, un accident à cause de la fatigue générée, une schizophrénie, un burn out, un licenciement ou je ne sais quoi d’autre…) …
        Jje suis désemparée, malheureuse, usée… je ne sais plus quoi faire, je ne sais plus quoi penser

        Amicalement

  23. Stébastien 01/10/2016 at 13:11 - Reply

    Bonjour Véronique.

    Si je comprend bien votre conjoint est accro aux prestations de prostituées virtuelles ( via une web cam )?

    Pour répondre à votre question j’ai envie de vous poser une autre question: a t’il conscience que c’est pour lui un problème? C’est essentiel à mon avis, parce que si ce n’est pas le cas, je pense que c’est trop tot pour parler de sevrage….en attendant, vous pouvez toujours lui expliquer le mal que cela vous fais à vous….

    Le livre pourquoi pas (personnellement je n’ai pas l’intention de le lire pour l’instant, ni de l’acheter pour le moment), peut être qu’il trouvera à l’intérieur un détail qui rentrera en résonnance avec lui, qui provoquera un declic….je vous le souhaite à tout les deux…

    • Véronique 04/10/2016 at 13:26 - Reply

      Bonjour Sébastien,
      Effectivement, il sait qu’il a un problème ; il a déjà qualifié son comportement de « pas terrible ». Nous avons déjà parlé de ce souci plusieurs fois. Il ne navigue pas sur des sites de prostitution virtuelle (enfin je ne pense pas, le fait de payer lui pose problème étant donné qu’il est très radin), ce sont plutôt les sites gratuits ouverts à tous dédiés aux tchats, partages de webcams, échanges de photos pour coquineries en tous genres et ce, gratuitement.
      Comme le dit Florent le sexe est accessible à tous facilement de nos jours et ceux qui le pratiquent via le Net sont tous consentants puisque c’est l’objectif recherché. J’ai moi-même inventé des pseudos et personnages féminins pour me mettre en contact avec lui et j’ai constaté qu’il c’est inventé une vie, un personnage, que tout tourne autour du sexe dans son esprit (même avec échanges de photos, il n’est même pas capable de reconnaître mon corps, c’est pour dire !). A un point de partir à la semaine plus tôt sous prétexte que la route le fatigue alors qu’une fois arrivé dans sa location, il allume son pc, tchatte avec des femmes jusque pas d’heure dans la nuit à tôt le matin, déséquilibrant encore plus son horloge interne, son mode de vie, son hygiène de vie et tout ce qui va avec. Forcément il ne doit pas être joli joli quand il arrive au boulot les matins ! (il va finir par devenir inefficace dans ses tâches et responsabilités professionnelles… j’en suis presque sûre et ne serai pas étonnée). Je ne vous dis pas la tête qu’il a quand il rentre le week-end ; c’est fatigant également de le voir dormir, dormir, dormir à la maison… plus de motivation pour avancer les travaux, plus de conversation avec autrui, pas de participation à la vie de famille ou infime, il regarde des films, séries B débiles à la télé, même si c’est du déjà vu ; partout où nous nous rendons, ses yeux scrutent toute présence féminine, c’est hallucinant ; spirale infernale qui l’a absorbé complètement, vie de Zombie comme le dit Florent, décadence physique et psychologique…
      Pour moi c’est déroutant de voir jusqu’où il est arrivé : le mensonge, l’autodestruction, la double personnalité, le manque de respect. Même si les sentiments sont là autant pour lui que pour moi, il croit à sa vie virtuelle, à ses mensonges, à son personnage, continue sa destruction sans comprendre que moi, devenue co-dépendante, je souffre d’une puissance phénoménale et ce n’est pas faute de lui avoir dit, démontré et expliqué… il s’en moque !
      Je lui ai donc donné le livre, annoté de partout d’ailleurs… à voir s’il le lira, déjà… si ça lui apportera quelque chose… si c’est un outil de déclic… si… si…

      PS : Thérapeute Addicto m’a répondu, agréablement surprise pour la rapidité du retour de mon message, je vous le conseille pour vous qui avez des questions obscures à éclairer.
      Amicalement

      • Stébastien 15/10/2016 at 18:11 - Reply

        Bonjour Véronique,

        Je suis passé exactement par ce que tu décris sauf qu’en prime, j’entrainai ma copine dans le milieu libertin…

        Tout cela ne rime à rien, c’est un puit sans fond…

        Aujourd’hui j’en suis presque sorti mais pas totalement: j’ai réduis le temps ( à 1heure par jour en moyenne) que je passe sur les site libertin et/ou porno, avant cela pouvais être 3 à 6h heures par jours avec des crises de « boulimie » qui pouvait durer un weekend non-stop voir trois jours….

        J’ai cessé de croire que le libertinage est une solution à mon problème…c’est plutôt un esclavage donc a s’en méfier…

        Ce que tu décris chez ton conjoint peu être une dépendance découlant d’une immaturité psychologique et spirituelle…et j’insiste sur le spirituel…

        Mais au lieu de s’attaquer à la dépendance du porno ne vaudrais il pas plutôt s’attaquer aux origines (immaturité, centre d’intérêts, croyances) et faire de nouvelle choses comme aller aux champignons, aller à la messe et s’intéresser à l’histoire de ta famille ainsi que celle de ta region..?

        Personnellement je viens d’entrer au catéchisme dans la paroisse près de chez moi…et bien que cela m’aide énormément d’aller vers ce chemin…c’est justement a ces moment que les tentations sont les plus forte car vouloir aller vers le bien « fâche » le mal, qui tente de te détourner pour que tu reviennes vers lui…

        Et n’oublie pas ceci (qui n’est en rien une parole religieuse mais d’un célèbre poète): » La plus grande ruse du diable est de nous faire croire qu’il n’existe pas… »

        Tape: « Démonstration de l’existence de Dieu et raisons de croire chrétiennes » dans YouTube et tu auras peu être des réponses…

        Courage à vous deux…

  24. Alex 12/10/2016 at 21:03 - Reply

    Bonjour a tous je vien de decouvrir ce site et voir a quel point nous somme nombreux a etre triste et malheureux a cause de la pornographie fait mal.
    Je lutte depuis de nombreuse année et pourtant je n est que 24 ans.
    Colere tristesse honte solitude me ronge chaque jour.
    Je me sens completement perdu.

  25. Baptiste 26/10/2016 at 18:36 - Reply

    Bonjour à Tous

    Je suis adolescent et je n’arrive pas à me sortir de la pronographie.
    Pourtant ce n’est pas faute d’essayer mais à chaque fois je tiens difficilement plus d’une semaine. Je sens que cela va être de pire en pire et je suis vraiment à cours de solutions.
    Si quelqu’un savait comment je peux m’en sortir et pourrait m’aider…!!

    • Stébastien 26/10/2016 at 22:26 - Reply

      Bonsoir Baptiste

      Ne t’inquiète pas des éventuelles rechutes, la pornographie est la « drogue » la plus dure à arrêter pour plusieurs raison comme le fait qu’elle est diffuse, un peu partout autour de nous….comment ne pas replonger quand on est le citoyen (devrais je dire consommateur?) moyen et que l’on regarde la tv, lis des magazines et sors en boite les samedi… »tout » fait reference à la pornographie puisque tout est pub (pub tv, pub magasine, affiche, film, émission ect) et que le sexe fait vendre…

      Sans oublié que nous sommes « conçu » pour procréer (besoin de l’espèce) et que donc, une énergie importante stagne en nous quand nous essayons de lutter…ce serrais plus facile de lutter sans cette pornographie omniprésente mais voilà…le système est ce qu’il est…

      Si tu tiens une semaine c’est déjà bien…

      En ce qui concerne les solutions pour t’en sortir je pense qu’il n’y a pas de remèdes déjà tout préparés, et chaque personne doit trouver ce qui est bon pour lui…moi je me suis rapproché de la paroisse du coin et je suis devenu catéchumène…et si ce rapprochement vers Dieu m’apporte beaucoup, la route reste périlleuse…j’ai considérablement réduit ma consommation de porno sans l’arrêter totalement pour autant..peut être quand je serrai baptisé..peut être même avant ou apres…

      En attendant il faut que tu trouve ce qui te conviens à toi: sport, jouer d’un instrument de musique ect

      N’oublie pas qu’un équilibre ce sont des hauts et des bas donc pas étonnant que par moment tu rechutes…

      J’espère avoir répondu à ta question

      Courage,

    • Julien 28/10/2016 at 12:13 - Reply

      Bonjour à tous et à Baptiste en particulier,

      j’écris parce que ça me fait du bien et qu’exprimer un petit mot de temps à autre sur ce forum m’encourage. Je suis dépendant depuis 15 années déjà et j’ai pris conscience de l’importance de mon addiction il y a 3 ans et demi. Jusque là j’éprouvais comme beaucoup de grosses difficultés à me reprendre après mes chutes et je me décourageais presque tout le temps. Depuis quelques temps, en faisant le point sur ce chemin et en lien avec mon psy, j’ai vu que je ne pouvais évoluer que dans qqch qui est à ma portée. En effet, je ne peux pas vraiment combattre la pornographie en tant que telle, c’est trop puissant. J’essaye tant bien que mal de mettre des filtres pour mettre le max de distance avec « elle » mais y’a toujours des failles. J’en ai conclus que pour que j’avance il faut que j’investisse davantage dans qqch à ma portée, en l’occurrence c’est l’ouverture aux autres. En ce moment, j’essaye de m’organiser de manière à être invité chez tel ou tel ami, à organiser mêmes des petits rdv entre potes, d’appeler un ami de long date, de saisir les occasions de sortir de l’isolement. Ce matin je me suis dit : pose toi la question de comment casser ton isolement, comment en sortir, quel moyen tu vas trouver aujourd’hui pour te tourner vers la relation, vers la vie ? ». J’avance donc en ce moment avec cette philosophie là et j’ai expérimenté plusieurs fois depuis 2 mois que ça changeais qqch dans mon regard sur les femmes, sur l’homme en général et pour moi c’est très positif, c’est une avancée. Baptiste surtout ne te décourage pas, bon courage à tous, amitiés !

  26. tina 11/10/2017 at 14:29 - Reply

    bonjour
    jai besoin daides
    a lage de 14ans jai etais violé
    aujrdhui jai 20ans
    jai pu me tournée la page sur cette mauvaises aventures
    mais jai gardais quelque un des traumatisme
    je suis constament excité des quon me parles du sex ou mm en regardent des films ou il y a des seance erotique
    je sais plus quoi faire pour me controller
    sa devien un vrais problème dans ma vie
    et je culpabilise
    jai perdu beaucoup confiance en moi
    des fois même je me dis que je suis une p***
    bref…..
    aidez moi a metre fin a cela
    je suis partis chez un profesionelle mais jai du arreté faute de moinien et fautes de temps….
    aidez moi a men sortir parceque sa devien un calver pour moi……

    p.s desolé des fautes orthograth.

  27. Marie 11/01/2018 at 16:19 - Reply

    Bonjour, avec mon ami depuis presque 8 ans. Ayant certains doutes je regarde son historique et découvre qu’il regarde du porno et plusieurs fois dans la journée. Je décide d aborder le sujet, après avoir rejeter la faute sur moi, 2h après il me dit être accro et que je ne suis pas la cause de « ces pulsions incontrôlable » Avant elles avaient lieux 1-2 fois par semaines, depuis plusieurs mois tous les jours,… Je ne sais pas commnment réagir, pour l instant je suis dans un mal être avec lequel j’ai du mal a avancer, et surtout comment l aider ?
    Puis je partager mes questions avec quelqu’un ayant vécu la même situation ?

Leave A Comment

Commentez, échangez, merci pour votre participation ! Restez cool et respectueux.
Votre commentaire est anonyme (votre adresse email ne sera pas publiée).