Nous fêtions ses anniversaires de sevrage

//Nous fêtions ses anniversaires de sevrage

Sophie (le prénom a été changé) m’a envoyé son témoignage. Son mari était porno dépendant et s’en est sorti. Merci Sophie ! Pour votre histoire !


Merci pour votre site. Il a un esprit que je partage totalement. Vous avez un regard à la fois équilibré et radical sur l’addiction à la pornographie. À mon avis, c’est la bonne méthode pour s’en sortir. Je voudrais témoigner en tant que « femme » de porno-addict.

J’ai très tôt su que mon mari avait un problème avec la pornographie (bien avant notre mariage), tout simplement parce qu’il a eu le courage et l’honnêteté de m’en parler. Je ne lui en ai pas voulu parce que j’ai surtout vu à quel point ça le faisait souffrir. Moi qui n’y connaissait rien à tout ça, je l’ai vu au bord des larmes.

J’ai essayé de l’aider en lui proposant de fêter les anniversaires de non-consultation (1 mois, 2 mois etc…), en l’encourageant… Je crois que ça a beaucoup soudé notre couple et ça nous a appris à nous connaître vraiment, même dans les côtés obscures de notre personnalité. Cela m’a aussi donné une immense confiance en lui, qui dure toujours aujourd’hui.

Je reste vigilante, mais toujours pour l’aider, pas pour le « fliquer ». Il s’en est super bien sorti ! Nos rapports sexuels sont beaux et si je peux m’abandonner dans ses bras, c’est aussi parce que j’ai conscience de tous les efforts qu’il a fait pour moi dans ce domaine.

Crédit photo et Licence de l'image
2017-12-29T15:44:52+00:00 By |Témoignages|7 Comments

7 Comments

  1. Dali 44 24/06/2014 at 02:01 - Reply

    Bonjour, et merci pour votre site que je viens de découvrir.Merci aussi à Sophie pour son témoignage, c’est des Femmes comme elles qui pourraient nous aider en comprenant cette souffrance ultime liée à notre conscience plus ou moins en rapport avec la culture judéo-chrétienne.Étant porno-dépendant j’espère que ce site m’aidera.Les conseils semblent bons et incitent à être mis en application. Je consulte un thérapeute mais ce sujet ne lui semble pas grave, il nous faudrait une association des pornos-dépendants anonymes avec l’aide d’un professionnel à mon avis ou de quelqu’un de formé aux relations humaines.Cela est ‘il possible en France.
    Bravo pour votre courage et votre engagement.

    • Florent 24/06/2014 at 07:49 - Reply

      Merci pour vos encouragements ! Si votre thérapeute ne vous convient pas vous pouvez toujours en changer. Il existe une association comme celle que vous décrivez. Jetez un oeil sur la page « En parler », il s’agit de DASA France. À mon tour de vous encourager dans votre chemin vers le sevrage : courage et souplesse ! :-)

  2. Coralie 09/02/2015 at 17:17 - Reply

    Bonjour
    En couple depuis 30 ans mon mari a une addiction au sexe par internet depuis 4 ans
    Je ne demande qu’a l’aider mais il refuse de me parler
    Je suis prête à tout entendre
    Nous n’avons plus de relations ni sexuelle ni de vie commune
    Nous vivons dans le même appartement comme des colocataires
    Pourtant avant son addiction nous étions des libertins et cela a été une escalade de rencontres et de pratiques aux qu’elles j’ai dit non mais c’était trop tard ne voulant pas accepter certaines choses …
    Il consulte une psy depuis 2 mois mais c’est de pire en pire
    Et il pense au divorce maintenant
    Voila ma lamentable histoire au bout de 30 ans et des tonnes de mouchoirs , de nuits blanches et d’idées noir
    Si vous êtes dans mon cas bon courage et félicitations à ceux qui s’en sont sortie si cela est vraiment possible

    • Florent 09/02/2015 at 20:34 - Reply

      Coralie, les mots sont faibles pour répondre à un tel commentaire, à une telle histoire…
      Courage !

  3. Silvio 11/02/2015 at 10:21 - Reply

    Merci Coralie pour ton témoignage!
    Je te souhaite beaucoup de courage et des solutions pour toi ou ton couple!
    C’est tellement politiquement incorrect de dire que les pratiques hors d’une relation d’amour et de fidélité (porno, libertinage, jeux SM, de groupe, masturbation, prostitution,…) peuvent conduire à une escalade menant à de terribles souffrances. Il y a qu’a voir comme 50 nuances de grey est encensé par l’ensemble des médias!

  4. MrG 22/10/2015 at 12:44 - Reply

    J’aime vraiment ce témoignage, merci.

    Le plus difficile en couple lorsque l’on est dépendant, c’est la position de l’honnêteté entre les deux…
    Evidement rien ‘nest parfait et c’est justement là que souvent le bas blesse. Dans mon cas, étant « l’homme », je l’ai vécu dans le sens ou la « femme » se positionnait de manière céleste.

    C’est à dire que lorsque j’ai avoué je suis devenu le fautif, des formes d’aide plus ou moins violentes, des rejets (ça c’est le plus courant). Avec le recul ma dernière compagne était elle aussi très faible sur certains sujets, j’ai alors compris que je ne devais pas me soumettre totalement juste parce que je suis addict. Cela étant néfaste sur le travail de confiance en sois et en l’autre, la soumission fait partie de la vie de couple. Mais la faiblesse ne doit pas être le prétexte à la domination, finalement un travail sur l’humilité peut-être rédempteur à l’addiction et à l’addiction dans la vie de couple.

    Même sans addiction nous avons femmes et hommes, nos perversités, nos démons, nos erreurs passées, l’accepter chez sois aide à l’accepter chez l’autre.

    Il me reste encore à travailler sur le sevrage, à rencontrer quelqu’un, il me reste tout simplement à aller de mieux en mieux.

    • Florent 24/10/2015 at 20:51 - Reply

      Salut MrG,
      Évidemment, c’est un travers délicat à éviter que de se placer en situation de supériorité pour la personne aidante. C’est tout à fait destructeur.
      Parfois, quelque chose est brisé et il faut du temps pour reconstruire.
      Tu as bien raison quand tu dis : « il me reste tout simplement à aller de mieux en mieux. »
      Good luck !

Leave A Comment

Commentez, échangez, merci pour votre participation ! Restez cool et respectueux.
Votre commentaire est anonyme (votre adresse email ne sera pas publiée).