Je commence ces quelques lignes dans le train. Je suis choqué.

En attendant sur le quai de la gare, un train qui avait du mal à arriver, je remarque un homme avec son portable un peu trop perpendiculaire au sol pour en consulter l’écran confortablement. Une jolie demoiselle est dans sa ligne de mire. Une femme passe derrière lui. Il cache l’écran.

Même manège en essayant de dissimuler son smartphone derrière un journal gratuit. Je constate avec stupéfaction qu’il braque le capteur de son appareil vers la jeune femme en jupe devant lui. Sans son consentement.

J’hésite, je me dis que je dois me tromper. Pourtant je le vois zoomer et dézoomer avec des mouvements de pinces du pouce et de l’index.

Je veux en avoir le coeur net. Je me lève et fais le tour en passant derrière lui. Je jette un oeil à son écran (chose que je ne fais jamais d’habitude).

Je vois des jambes anonymes. Des clichés de jambes de femmes dans des lieux publics. Cet homme en a toute une collection ! Je suis effaré.

Cet homme prend en photo les jambes des femmes dans la rue

Notre train arrive. Je le suis. « Que vais-je faire ? » C’est la question que je me pose les mains tremblantes et le souffle court. Car oui, je suis énervé. Ces femmes pourraient être ma mère, ma soeur, ma femme, une de mes amies… J’aurais eu envie de le prendre en photo comme il prenait en photo ces filles ! Un homme au Costa Rica a dénoncé ce genre de pratique : il a été poignardé (probablement pour avoir diffusé cette vidéo…) Bref, concernant mon gars, il marchait vite, je l’ai perdu dans la foule… Et puis je n’étais pas sûr que ce soit vraiment illégal à cette distance. Enfin c’est ce que je me suis dit.

Deux questions

Croyez-vous que la pornographie aide ces gens-là à se maîtriser ?

Croyez-vous que les publicitaires aident ces gens à se maîtriser ? Voyez cette campagne de pub dont la marque de collants Le Bourget se gargarise :

Campagne de pub le Bourget

Un rien provocante, la femme Le Bourget interpelle les hommes et leur fait savoir que d’accessoire, le collant est devenu une arme de séduction active !

Le mot interpeller me paraît un doux euphémisme… Pourquoi la femme Le Bourget interpelle le passant avec ce « Tu les aimes mes jambes ? » sans intérêt. C’est du sexisme pur et simple de bas étage. La femme est réduite à ses jambes. Elle est provocante et agressive pour les yeux du passant. Sur la photo de gauche, la jupe dépasse même la croisée des jambes ! Mais de qui se moque-t-on ? Voyez plutôt :

Femme le Bourget provoquante

 

Des jambes et des sexes d’actrices sur son écran, l’homme dont il est question dans cet article était passé à des jambes de passantes. Et la prochaine étape, c’est quoi ?

Partage, de près ou de loin tous sont concernés !
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrEmail this to someone